La mondialisation : acteurs, flux, débats

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : La mondialisation, fonctionnement et territoires
Type : Composition | Année : 2014 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
La mondialisation : acteurs, flux, débats
 
 

La mondialisation, fonctionnement et territoires

hgeT_1400_00_19C

Géographie

27

CORRIGE

 

Sujet inédit

composition

  • Le libellé du sujet reprend l’un des énoncés du programme officiel (thème 2, question La mondialisation, fonctionnement et territoires). Vous prendrez soin cependant de l’analyser avec précision.
  • La problématique que vous formulerez ne doit pas reprendre tels quels les termes du sujet. Elle doit mettre en évidence la notion de fonctionnement de la mondialisation.
  • Le plan, quant à lui, est suggéré dans le libellé : les acteurs, les flux et les débats que suscite le processus de mondialisation sont à présenter tour à tour.
Corrigé

Analyser un sujet de composition

1Repérez d’abord les mots clés du sujet. Ici : mondialisation, acteurs, flux, débats. Au fur et à mesure, précisez leur signification. Il s’agit souvent de notions définies en cours.

2Déterminez les limites spatiales du sujet. Dans le cas présent, le monde entier est à prendre en compte. Attention, une démarche géographique implique souvent un changement d’échelle (mondiale, continentale, nationale, régionale voire locale).

3Précisez le type de sujet. Il peut s’agir d’un sujet tableau, comme ici (décrire un phénomène géographique), analytique (décrire et expliquer un phénomène géographique) ou dialectique (discuter une affirmation).

Ces différentes étapes vous permettront de formuler une problématique pertinente puis de construire un plan adapté.

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche et présentation du sujet] La crise financière et économique qui a débuté en 2008 illustre bien l’existence d’un espace mondialisé. En effet, sous sa forme contemporaine, la mondialisation se caractérise par l’intégration progressive des territoires et des sociétés à l’échelle mondiale. Ce processus implique une multiplicité d’acteurs, génère des flux intenses et variés, mais suscite de nombreux débats.

[Problématique et annonce du plan] Comment la mondialisation fonctionne-t-elle ? Pour répondre à cette question, nous présenterons les différents types d’acteurs qui l’animent, puis les principaux flux qu’elle provoque avant d’évoquer les arguments de ses défenseurs et de ses détracteurs.

I. Les acteurs de la mondialisation

1. Les firmes transnationales (FTN)

  • Ce sont les acteurs majeurs de la mondialisation : 82 000 FTN réalisent deux tiers du commerce mondial et 25 % du PIB mondial.
  • Pour profiter des avantages comparatifs des États (fiscalité, coût de la main-d’œuvre), elles pratiquent la division internationale du travail : au Nord sont localisés les centres de direction et de recherche ; au Sud, les unités de production (ex. : Toyota). Cependant, l’essor des FTN des BRICS atténue ce clivage (ex. : siège social du pétrolier chinois Sinopec à Shanghai, du pétrolier brésilien Petrobras à Rio).

2. Les institutions internationales

  • L’OMC (Organisation mondiale du commerce) a pris le relais du gatt en 1995. Elle cherche à libéraliser les échanges commerciaux et veille au respect des règles commerciales.
  • Le FMI (Fonds monétaire international), fondé en 1944, a pour objectif d’assurer la stabilité du système monétaire international et de gérer les crises financières. Il peut accorder des prêts aux États en difficulté.

3. Les États

  • Ils participent à la mondialisation en ratifiant les traités internationaux et en favorisant les investissements (ex. : création de zones franches).
  • Ils régulent la mondialisation par leur politique monétaire, sociale et le contrôle de certains flux (migratoires, commerciaux).
 

Info

Depuis 1999, le groupe des 8 pays les plus industrialisés (G8) s’est ouvert aux pays émergents pour former le G20.

  • Les plus riches, réunis au sein du G8 ou du G20, inspirent des décisions internationales (ex. : lutte contre les paradis fiscaux).

4. D’autres acteurs

  • Les ONG agissent pour des causes internationales comme la lutte contre la faim (Action contre la faim) ou la protection de l’environnement (Greenpeace). Elles contribuent à la formation d’une opinion publique internationale.
  • Les organisations clandestines exercent des activités illégales (trafics de drogue, d’armes, de produits de contrefaçon, etc.). Elles génèrent des flux financiers qui transitent par les paradis fiscaux.

II. Des flux de toute nature

1. Les flux commerciaux

 

Définition

La conteneurisation désigne le transport de marchandises au moyen de conteneurs, caisses métalliques aux dimensions standardisées.

  • Entre 1980 et 2010, la valeur du commerce mondial a quadruplé. C’est le résultat de la libéralisation des échanges et de la révolution des transports maritimes (ex. : conteneurisation).
  • Les produits échangés sont d’abord les produits manufacturés (70 % des échanges), suivis par les produits énergétiques et miniers (20 %) et les produits agricoles(10 %).
  • Les flux commerciaux s’organisent autourde la Triade et des pays émergents (ex. : Chine).

2. Les flux immatériels

  • Les flux de capitaux ont quintuplé entre 1990 et 2010 sous l’effet de la déréglementation financière et de la multinationalisation. Ils sont polarisés par les grandes places boursières de la Triade (Londres, New York, Tokyo).
  • Les flux d’information explosent depuis les années 1990 en raison de l’essor d’Internet et de la téléphonie mobile (ex. : tweets).

3. Les flux humains

 

Attention !

Dans une composition de géographie, des valeurs datées doivent étayer votre propos.

  • Malgré des politiques restrictives, les migrations internationales augmentent rapidement : on est passé de 77 millions de migrants internationaux en 1975 à 220 millions en 2012. Il s’agit surtout de migrants économiques parmi lesquels se distinguent les travailleurs qualifiés (brain drain ou « fuite des cerveaux »). Ces flux sont multidirectionnels.
  • Les flux touristiques connaissent une véritable explosion (de 25 millions de touristes en 1950 à 1 milliard en 2010). La baisse des coûts de transport et la hausse du niveau de vie en sont les principaux facteurs. Quinze États accueillent deux tiers des flux (en premier lieu les États-Unis).

III. La mondialisation en débat

1. Les acteurs du débat

  • La mondialisation est défendue par les dirigeants des FTN, les institutions internationales et la majorité des dirigeants politiques acquis au libéralisme. Les réunions de l’OMC ou les sommets du G8 en sont l’illustration.
 

Définition

Attac est une ONG militant pour la taxation des transactions financières.

  • Au contraire, elle est combattue sous sa forme actuelle par les mouvements altermondialistes. Ceux-ci dénoncent une mondialisation principalement économique qui creuse les inégalités, et réclament un monde plus solidaire et plus respectueux de l’environnement. Très hétérogènes dans leur composition, ils cherchent à mobiliser l’opinion publique internationale en organisant des manifestations de protestation, en animant des forums sociaux mondiaux et en menant des actions spectaculaires (ex. : Greenpeace, Attac).

2. Les termes du débat

 

Info

Les NPIA (nouveaux pays industrialisés d’Asie), intégrés à la mondialisation, et les PMA (pays les moins avancés), restés en marge, sont des exemples révélateurs.

  • Quelques grandes questions opposent défenseurs et détracteurs de la mondialisation libérale. Elles concernent de nombreux domaines.
  • Dans le domaine socio-économique : la mondialisation favorise-t-elle le développement du Sud ou aggrave-t-elle les inégalités Nord-Sud ?
  • Dans le domaine politique : les décisions économiques doivent-elles être prises par les États les plus puissants ou par les citoyens ?
  • Dans le domaine culturel : la multiplication des flux favorise-t-elle une véritable ouverture culturelle ou, au contraire, entraîne-t-elle une uniformisation ?
  • Dans le domaine environnemental : la mondialisation conduit-elle inévitablement au gaspillage des ressources naturelles et à la dégradation de l’environnement ?

Conclusion

[Réponse à la problématique] Ainsi, le fonctionnement de la mondialisation repose sur de multiples acteurs, institutionnels ou non ; ce processus se traduit par la multiplication de flux de toutes sortes ; ses effets socio-économiques, politiques et culturels suscitent de nombreux débats opposant libéraux et altermondialistes.

[Ouverture] Cependant, la gravité de la crise actuelle ébranle de nombreuses convictions. Ainsi, en 2013, le FMI reconnaît que les politiques d’austérité n’ont pas relancé la croissance économique et ont amplifié les problèmes sociaux.