La mondialisation en débat

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : La mondialisation en fonctionnement
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
La mondialisation en débat

La mondialisation en débat

Corrigé

38

Géographie

hgeT_1200_00_35C

Sujet inédit

étude critique de documents

>À partir des deux documents, vous montrerez que la mondialisation est un processus actuellement en débat, puis vous proposerez une critique de ce débat.

Document 1

Un défenseur de la mondialisation

La mondialisation est une transformation gigantesque des économies et des sociétés, dont on avait sous-estimé l’ampleur et qui frappe des pays en tête du classement de la richesse mondiale. Mais la démondialisation est un concept réactionnaire.

Les moteurs de la mondialisation sont le porte-conteneurs et Internet et la technologie ne reviendra pas en arrière ! Aujourd’hui, les frontières entre commerce international et commerce domestique ­s’effacent. Freiner vos importations revient à pénaliser vos exportations.

Entretien avec Pascal Lamy, directeur général de l’Organisation
mondiale du commerce (OMC), Le Monde, 30 juin 2011.

Document 2

Un défenseur de la démondialisation

Il faut dire à nos détracteurs de la démondialisation que le fonctionnement des échanges tel qu’il existe aujourd’hui nous entraîne vers l’abîme, les crises de dettes succédant aux bulles. Que faire parcourir 5 000 km à des tomates pour les payer dix centimes d’euros moins cher n’a pas de sens. Que l’Union européenne peut parfaitement maintenir une concurrence loyale entre nations européennes, tout en refusant de voir son industrie déménager en Asie pièce par pièce. Que, pratiqué à l’échelle européenne, le protectionnisme n’a rien à voir avec le repli sur soi que ses détracteurs décrivent en toute mauvaise foi, car la concurrence maintenue entre 27 nations interdira évidemment la naissance de rentes comme on en a vu dans le passé.

Philippe Cohen, « La démondialisation,
dernière hérésie dont on cause », Marianne, 21 juin 2011.

  • Commencez par noter les informations que vous avez sur les auteurs : Pascal Lamy est directeur général de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), une des institutions qui œuvre pour un commerce mondialisé et la baisse des droits de douane. Il est donc logique qu’il défende la mondialisation. L’autre auteur n’est pas forcément connu de vous mais le titre du document vous aide.
  • Essayez d’éviter de reprendre un plan qui reprend les arguments du premier texte dans une première partie et ceux du second dans la deuxième. Il vaut mieux essayer de confronter les deux documents dans chacune des parties.
Corrigé

Analyser un texte polémique

1 Le texte polémique exprime un point de vue et cherche à convaincre.

2 Commencez par regarder la source du document : elle présente l’auteur, que vous connaîtrez peut-être. S’il s’agit d’un article de presse ou d’un extrait de livre, le titre de la publication peut donner des indications sur la position.

3 Le principal risque est de ne pas prendre de recul sur les arguments. L’auteur souhaite défendre une position. Vous devez avant tout comprendre quelle est la thèse défendue.

4 Vous devez également pouvoir définir les termes employés. Cela permet au correcteur de vérifier que vous connaissez les notions principales.

5 Dans le détail, vous pouvez ensuite pointer les effets rhétoriques ou les exemples choisis. Mais attention ! Il ne s’agit pas de l’analyse d’un texte littéraire.

6 Pensez à citer entre guillemets les passages que vous utilisez.

Ce corrigé est proposé sous une forme entièrement rédigée.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Présentation des documents] Les deux extraits de texte proposés s’articulent autour d’un débat entre un défenseur de la mondialisation, phénomène qui met en relation les différentes parties du monde, et un défenseur de la démondialisation, concept récent, qui prône un retour au cadre national ou européen pour les activités économiques. On notera que Pascal Lamy est le directeur général de l’OMC qui est une des institutions qui œuvre pour un commerce mondialisé.

[Problématique] Dès lors, à partir de ces deux opinions, pourquoi peut-on dire de la mondialisation qu’elle est un phénomène économique contesté ?

I. La mondialisation est-elle inéluctable ?

Un phénomène majeur…

  • La mondialisation est un phénomène ancien mais qui s’est accentué ces dernières décennies. Elle consiste en une mise en relation croissante des différentes parties du monde et se traduit par la multiplication des flux, notamment économiques. On pourrait résumer cela en reprenant le document 1 : « les frontières entre commerce international et commerce domestique s’effacent. »
  • À travers les deux textes, on comprend qu’il s’agit d’un phénomène central dans l’organisation de nos sociétés. C’est ce que souligne Pascal Lamy en disant que « la mondialisation est une transformation gigantesque des économies et des sociétés, dont on avait sous-estimé l’ampleur. » La mondialisation implique un « fonctionnement des échanges » (document 2) à l’échelle mondiale puisqu’il est parfois plus rentable de faire parcourir 5 000 km à une tomate.

…qui présente des risques

  • Les deux auteurs laissent entendre que la mondialisation peut entraîner des risques. Pour Pascal Lamy, elle menace actuellement les « pays en tête du classement de la richesse mondiale ». On comprend qu’il est ici fait référence à la concurrence mondiale, qui remet en partie en cause la hiérarchie mondiale.
  • C’est aussi un point sur lequel insiste Philippe Cohen qui parle d’« abîme » en évoquant « les crises de dettes succédant aux bulles ».
  • Pourtant, les deux auteurs s’opposent sur les solutions à apporter aux défis posés par la mondialisation.

II. Quelles politiques de régulation pour la mondialisation ?

Le protectionnisme en question

  • On parle de politique protectionniste quand un pays cherche à limiter ­l’entrée de produits ou de capitaux, notamment par des droits de douane.
  • Pour Pascal Lamy, la démondialisation ne serait qu’une forme de protectionnisme. Selon lui, il n’est plus possible de revenir en arrière et entraînerait de nouveaux problèmes. Il souligne ainsi que « freiner vos importations revient à pénaliser vos exportations. »

Vers un nouveau protectionnisme ?

  • Mais Philippe Cohen plaide pour un nouveau protectionnisme, à l’échelle européenne pour éviter « de voir son industrie déménager en Asie pièce par pièce », c’est-à-dire pour éviter les délocalisations industrielles.
  • Selon lui, le protectionnisme n’est pas un « repli sur soi » s’il se fait à l’échelle européenne. Cela impliquerait de nouveaux droits de douane aux frontières de l’Union européenne.

III. Limites : un débat sur la mondialisation économique

Un débat centré sur la France et l’Union européenne

  • On peut remarquer que la question posée par les deux auteurs est bien la place de la France dans la mondialisation.
  • Il semble bien que le débat sur la mondialisation soit suscité par la crise actuelle. Pourtant, les effets de la mondialisation sont dénoncés depuis longtemps par d’autres pays, notamment les pays les plus pauvres (PMA, pays moins avancés) ou encore ceux qui ont connu les politiques de restructuration du FMI (Fonds monétaire international).

Le débat sur la mondialisation culturelle

D’autres débats existent sur la mondialisation mais ne sont pas évoqués ici. Il s’agit d’un débat entre les tenants de la mondialisation culturelle comme source de richesse et ceux qui pensent que ces flux culturels correspondent à une uniformisation et une américanisation du monde, à travers les médias, la musique, le cinéma, les goûts alimentaires…

Conclusion

Pour conclure, on comprend que la mondialisation, même si elle semble inévitable, est de plus en plus contestée. De nouvelles formes de régulation sont exigées.