La pilule du lendemain

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re L - 1re ES | Thème(s) : Prendre en charge sa vie sexuelle
Type : Partie 3 | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
La pilule du lendemain

Féminin/masculin

Corrigé

34

SVT

sci1_1200_00_49C

Sujet zéro

Féminin/masculin • 6 points

> À l’aide des documents 1 et 2 et de vos connaissances, rédigez un message expliquant à cette internaute en quoi la prise de la pilule du lendemain ne peut pas être considérée comme une interruption volontaire de grossesse.

Document
de référence

Message trouvé sur un forum de discussion

« J’ai dû prendre la pilule du lendemain il y a quelques semaines, et je n’arrive pas à m’en remettre. Pour moi, la prendre, ça veut tout simplement dire que si bébé il y a eu, je me suis faite avorter. Mon compagnon ne comprend pas du tout mon opinion. Pour lui, c’est juste le rattrapage d’un accident […] »

forum.aufeminin.com.

Document 1

Extrait de la notice d’une pilule du lendemain : Norlevo

La substance active est le lévonorgestrel. Les autres composants sont le lactose monohydraté, l’amidon de maïs, la povidone, la silice colloïdale anhydre, le stéarate de magnésium. Le lévonorgestrel appartient à un groupe de médicaments appelés progestatifs. Chaque boîte de Norlevo 1,5 mg contient un comprimé de 1,5 mg de lévonorgestrel.

Cette contraception d’urgence doit être utilisée le plus tôt possible, de préférence dans les 12 heures et au plus tard dans les 72 heures (3 jours) après le rapport sexuel non protégé, ou en cas d’échec de la méthode de contraception. Il est plus efficace si vous le prenez dès que possible après un rapport sexuel non protégé. Norlevo ne permet d’éviter une grossesse que si vous le prenez dans les 72 heures qui suivent un rapport sexuel non protégé. Il ne fonctionne pas si vous êtes déjà enceinte.

Document 2

Graphique montrant les variations de la concentration de LH au cours du temps chez une femme sans traitement et chez
une femme après un traitement au lévonorgestrel


LH est une hormone naturelle sécrétée par l’hypophyse.

LH0 : jour du pic de LH chez une femme sans traitement.

LH + 2 : deuxième jour suivant le pic de LH chez une femme sans traitement.

D’après svt.ac-dijon.fr, adapté de l’article original
« Emergency contraception with mifepristone and levonorgestrel :
mechanism of action
 », Marions et al. (2002).

Interpréter la question

La question vous impose de rédiger un message de réponse à une internaute concernant des doutes sur l’utilisation de la pilule du lendemain en rapport avec la notion d’IVG.

La forme est imposée, il faut donc suivre cette instruction et organiser votre réponse sous forme de message.

Comprendre les documents

Document de référence

C’est un extrait du message écrit par l’internaute anxieuse ; elle s’inquiète de savoir si la prise de pilule du lendemain peut correspondre à un avortement.

Document 1

Il s’agit d’un extrait de la notice d’une pilule du lendemain, Norlevo ; il concerne le contenu et le mode d’emploi de cette pilule. Parmi les nombreuses informations qui y figurent, vous devez uniquement sélectionner celles qui vous donneront des arguments pour répondre aux inquiétudes de l’internaute.

Document 2

Il s’agit d’un graphe montrant l’évolution de la concentration de LH (hormone hypophysaire) en fonction du temps, sans et avec traitement au lévonorgestrel, substance active de Norlevo. Le but est de comprendre le mode d’action de cette pilule.

Organiser la réponse

Il faut avant tout faire allusion au texte envoyé par l’internaute, pour montrer que vous avez compris scientifiquement ses inquiétudes ; ensuite, saisir les informations des documents pour argumenter une réponse montrant que la pilule du lendemain n’est en aucun cas une IVG ; enfin, il faut injecter des connaissances et les mettre en relation avec les informations trouvées dans les documents pour rendre plus claire leur compréhension.

Corrigé

Chère X,

Je comprends ton inquiétude : tu dis avoir pris la pilule du lendemain, et tu penses que si bébé il y a eu, alors « tu t’es faite avorter ».

Je voudrais te dire ce que je connais de la pilule du lendemain, pour te rassurer.

Avant tout, la pilule du lendemain est composée de lévonorgestrel, un dérivé chimique d’une hormone féminine naturelle, la progestérone ; comme tu as pu le lire dans la notice, elle est à prendre au plus tard dans les 3 jours suivant le rapport non protégé. Tu remarqueras en lisant bien la notice que cette pilule ne fonctionne pas si tu es déjà enceinte.

Par ailleurs, il se trouve que je connais un peu la biologie, alors je t’explique ce que j’ai compris du fonctionnement de cette pilule.

Si on observe l’évolution de la concentration d’une hormone issue de la base du cerveau (hypophyse), la LH, au cours d’un cycle, on constate un pic de LH (à environ 2 000 UA).

Quand on prend du lévonorgestrel, ce pic de LH n’est plus présent (son taux reste presque constant à 500 UA).

Il faut sûrement que je t’explique ce que cela signifie. Habituellement, le pic de LH venant de l’hypophyse est le déclencheur de l’ovulation. Il faut ­comprendre que quand tu prends le lévonosgestrel, comme il n’y a pas de pic de LH, alors il n’y a pas d’ovulation (si elle n’a pas encore eu lieu).

Comme tu le sais, l’ovulation, c’est-à-dire l’émission d’un ovule dans une des trompes, est nécessaire pour que cet ovule soit fécondé par un spermatozoïde ; ensuite seulement, la cellule œuf formée se divise et l’embryon peut aller s’implanter dans l’utérus.

Tu comprends donc qu’avec la pilule du lendemain et sans ovulation, il ne peut y avoir de grossesse.

Tu dois donc te rassurer : la prise de pilule du lendemain ne peut pas correspondre à un avortement. Quand on la prend, on ne sait même pas s’il y a eu fécondation, encore moins grossesse, et en plus si elle est prise alors que l’ovulation n’a pas encore eu lieu, elle l’empêche.

Bien à toi.