La pilule du surlendemain

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : Féminin-masculin : synthèse
Type : Partie 3 | Année : 2016 | Académie : Pondichéry

 

31

Pondichéry • Avril 2016

Féminin/masculin • 6 points

La pilule du surlendemain

La contraception hormonale d’urgence regroupe les méthodes orales visant à limiter le risque de grossesse en cas de relations sexuelles non ou mal protégées. Conformément à une décision européenne, l’ulipristal (pilule dite « du surlendemain ») est désormais accessible selon les mêmes modalités que le lévonorgestrel (pilule du lendemain), c’est-à-dire délivré sans ordonnance en pharmacie.

D’après Porphyre, juin 2015.

On s’intéresse au mode d’action de l’ulipristal.

Document 1 Informations sur la pilule du surlendemain

La nouvelle pilule du surlendemain peut agir dans les 48 heures qui précèdent l’ovulation, quand le risque de grossesse est le plus important. Si elle est prise moins de 24 heures après le rapport, le risque de grossesse est divisé par 6. Si besoin, elle peut être utilisée jusqu’à 5 jours après le rapport. Ces 5 jours correspondent à la durée de survie des spermatozoïdes dans le corps de la femme. La molécule contenue dans la pilule du surlendemain, l’ulipristal, agit de deux façons :

– elle retarde l’arrivée du pic de LH ;

– elle empêche le développement correct de la muqueuse utérine.

D’après www.piluledulendemain.com

Document 2 Représentations des molécules de progestérone et d’ulipristal

sci1_1604_12_02C_01

Document 3 Évolution de plusieurs paramètres au cours des cycles ovarien et utérin

À l’aide de l’ensemble des documents proposés et de vos connaissances, répondez aux questions suivantes.

▶ 1. On s’intéresse à l’efficacité de la pilule du surlendemain.

Cochez uniquement la réponse exacte.

Une femme a eu un rapport mal protégé le soir du 13e jour de son cycle. Le 1er jour de ses dernières règles était le 18 août. Indiquez la date où la pilule du surlendemain aura le plus d’efficacité.

❑ le 31 août.

❑ le 1er septembre.

❑ le 2 septembre.

❑ le 3 septembre.

▶ 2. Expliquez en quoi le retard du pic de LH provoqué par la prise de l’ulipristal peut empêcher une grossesse.

▶ 3. Lorsqu’il y a déjà eu ovulation, expliquez comment la molécule d’ulipristal agit pour jouer son rôle de contraceptif d’urgence.

Les clés du sujet

Interpréter les questions

La première question est un QCM concernant le moment d’efficacité maximale de la pilule du surlendemain.

Les deux questions suivantes sont des questions ouvertes. Chacune d’elle vous amène à une réponse courte précisant le mode d’action de la pilule du surlendemain en fonction du moment du cycle où elle est prise.

Comprendre les documents

Le document 1 indique le moment optimal de la prise de la pilule du surlendemain en cas de rapport non protégé, et son mode d’action.

Le document 2 vous permet de comparer la structure de la molécule contenue dans la pilule du surlendemain avec celle de la progestérone.

Le document 3 est un document de référence rappelant l’évolution de l’ovaire et de la muqueuse utérine pendant le cycle, ainsi que la variation des concentrations d’hormones hypophysaires et ovariennes qui permettent la coordination de l’ovaire et de l’utérus.

Organiser les réponses

 1. Lisez bien attentivement le document 1 concernant le moment optimal de prise de la pilule du surlendemain. Utilisez le document 3 de référence sur le déroulement du cycle afin d’effectuer vos calculs.

 2. Vous devez mettre en relation les documents 1 et 3 afin de montrer que l’un des moyens d’action de la pilule du surlendemain est d’empêcher ou retarder l’ovulation si celle-ci n’a pas encore eu lieu.

 3. Exploitez tous les documents afin de montrer que le deuxième moyen d’action de la pilule du surlendemain est d’empêcher la nidation si l’ovulation a déjà eu lieu.

Corrigé

Corrigé

1. La date à laquelle la pilule du surlendemain aura le plus d’efficacité est le 31 août (réponse 1).

Info

Nous expliquons le raisonnement pour vous, mais ce n’est pas demandé lors de l’épreuve.

La femme a eu ses dernières règles le 18 août, or, d’après le document 3, l’ovulation a lieu en général lieu 14 jours après, c’est-à-dire le 1er septembre dans le cas présent.

Le rapport a eu lieu le soir du 13e jour de son cycle, c’est-à-dire le 31 août au soir, juste avant l’ovulation : il y a un fort risque de grossesse. Le document 1 indique que si la pilule du surlendemain est prise moins de 24 heures après le rapport, le risque de grossesse est divisé par 6. La femme a ainsi tout intérêt à prendre la pilule du surlendemain dès le 31 août avant de s’endormir, d’autant qu’en principe l’ovulation n’aura pas encore eu lieu (cf. question 2).

2. Comme le rappelle le document 3, le pic de LH hypophysaire déclenche l’ovulation vers le 14e jour du cycle. Un rapport précédant de peu cette date aura donc toutes les chances d’être fécondant.

On nous informe dans le document 1 que l’ulipristal, molécule active de la pilule du surlendemain, décale l’ovulation (si elle n’a pas encore eu lieu), en retardant l’arrivée du pic de LH.

Ainsi, même si la durée de vie des spermatozoïdes dans les voies féminines est de 5 jours, la prise de cette pilule a toutes les chances de fonctionner même pour un rapport non protégé qui a lieu peu de temps avant l’ovulation : celle-ci sera retardée, ainsi les spermatozoïdes ne pourront pas féconder d’ovule et il n’y aura pas grossesse.

> 3. Si un rapport non protégé se produit alors que l’ovulation a déjà eu lieu, la pilule du surlendemain peut quand même fonctionner pour empêcher une grossesse.

En effet, la molécule qu’elle contient présente une partie semblable à celle de la progestérone : ainsi, elle se fixe sur les mêmes récepteurs (document 2) et peut interférer avec son action sur la muqueuse utérine. C’est pourquoi on nous explique, dans le document 1, que cette pilule empêche le développement correct de la muqueuse utérine.

Si l’ovulation vient d’avoir lieu et qu’il y a fécondation, l’embryon ne pourra donc pas s’implanter dans la muqueuse utérine puisque celle-ci ne sera pas suffisamment développée pour accueillir une grossesse.