La plasticité cérébrale

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : La communication nerveuse
Type : Pratique du raisonnement scientifique 2 | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
La plasticité cérébrale

La communication nerveuse

Corrigé

33

Corps humain, santé

svtT_1200_00_20C

Sujet inédit

pratique du raisonnement scientifique

Exercice 2 • 5 points

Chez le rat comme chez les autres mammifères, les observations sur les mouvements engendrés par la stimulation électrique du cortex ont permis de délimiter le cortex moteur et la représentation des différentes parties du corps au niveau de ce cortex (document a).

Des chercheurs ont voulu étudier la stabilité de cette carte motrice. Pour cela, chez un rat adulte, ils ont sectionné sous anesthésie les fibres nerveuses motrices innervant les muscles moteurs des vibrisses. En stimulant électriquement différents points du cortex moteur (points distants de 0,1 à 0,5 mm), 15 jours après la section des fibres motrices des vibrisses, ils ont établi la carte motrice représentée sur le document b.

Document

Plasticité des cartes corticales


a. Carte représentant le cortex moteur d’un rat normal

b. Carte obtenue chez le rat dont le nerf moteur commandant les vibrisses a été sectionné

> À partir des informations extraites du document, indiquez si les résultats obtenus permettent ou non d’évoquer une certaine plasticité du cortex moteur du rat.

Comprendre le sujet

  • Le problème est d’établir si le traumatisme (suppression de la capacité à mouvoir les vibrisses) subi par le rat a des conséquences sur le cortex moteur.
  • Ne pas se limiter aux différences des deux cartes du cortex moteur proposées mais montrer ce que signifient ces différences d’un point de vue fonctionnel, physiologique.

Mobiliser ses connaissances

  • L’exploration du cortex cérébral permet de découvrir les aires motrices spécialisées à l’origine des mouvements volontaires.
  • La plasticité cérébrale explique les capacités de récupération du cerveau après la perte accidentelle de fonction d’une partie du cortex moteur.
Corrigé

Quinze jours après la section des nerfs moteurs des vibrisses, on constate que la stimulation d’une partie de la région du cortex moteur, qui avant l’opération déclenchait un mouvement des vibrisses, provoque maintenant un mouvement du membre antérieur ; une autre partie de l’aire des vibrisses engendre, après stimulation, des mouvements des paupières et muscles oculaires. Cela traduit un changement dans la carte motrice avec diminution considérable de l’aire des vibrisses et extension à ses dépens des zones commandant la musculature des membres antérieurs et des yeux. Cette réorganisation fonctionnelle est une manifestation de la plasticité cérébrale du cortex moteur du rat.