Annale corrigée Dissertation Ancien programme

La poésie vise-t-elle seulement à idéaliser le quotidien ?

Idéaliser le quotidien • Dissertation

fra1_1806_07_02C

3

France métropolitaine • Juin 2018

Écriture poétique et quête du sens • 14 points

Idéaliser le quotidien

Dissertation

La poésie vise-t-elle seulement à idéaliser le quotidien ?

Votre argumentation s'appuiera sur les textes du corpus, les textes étudiés en classe et vos lectures personnelles.

Se reporter aux textes du corpus.

Les clés du sujet

Comprendre le sujet

Le présupposé est : la visée d'un poème est d'idéaliser le quotidien.

« visée » signifie « rôle, utilité, but ».

« idéaliser » signifie « embellir » et implique une transformation de la réalité quotidienne grâce à l'écriture poétique.

« quotidien » renvoie au monde de tous les jours.

Le sujet porte sur les objectifs des poètes et sur les fonctions/les enjeux de la poésie.

Reformulez la problématique : La poésie doit-elle avant tout idéaliser (= transformer et embellir) la réalité quotidienne ?

« seulement » suggère qu'elle peut avoir d'autres visées. Vous devez dépasser le présupposé.

Chercher des idées

Interrogez-vous sur les sources d'inspiration du poète et sur ses buts lorsqu'il écrit.

Subdivisez la problématique en sous-questions : Quelle représentation du monde quotidien les poètes veulent-ils donner ? Pourquoi et par quels moyens idéalisent-ils le monde quotidien ? La poésie n'a-t-elle pas d'autres fonctions ? lesquelles ? Toutes ces fonctions sont-elles incompatibles ?

Chercher des exemples de poèmes traitant du quotidien

Choses (Ponge, Le Parti pris des choses)…

Activités de tous les jours : l'école (Prévert, « Page d'écriture », « Le Cancre »), le travail, les métiers… 

Moments de la journée, lieux réels (Du Bellay, « Heureux qui comme Ulysse… »)…

Situations réelles (le vieillissement : Ronsard, « Quand vous serez bien vieille » ; Baudelaire, « Les Petites Vieilles »)…

Préciser les notions abordées

Constituez-vous une réserve de mots pour éviter les répétitions dans votre réflexion.

Pour « idéaliser » : diviniser, embellir, ennoblir, exalter, flatter, glorifier, magnifier, purifier, rehausser, spiritualiser, styliser, sublimer…

Pour « quotidien » : de tous les jours ; monde réel/réalité/réaliste/réalisme ; familier ; commun, courant, ordinaire ; coutumier/coutume ; habitude(s)/habituel ; banal/banalité ; normal/normalité ; trivial ; objet, chose…

Pour réussir la dissertation : voir guide méthodologique.

La poésie : voir lexique des notions.

Corrigé

Les titres en couleur et les indications entre crochets servent à guider la ­lecture mais ne doivent pas figurer sur la copie. Le corrigé se présente sous forme de plan qu'il faut alimenter en exemples analysés.

Introduction

[Amorce] « Les poètes tentent de greffer aux hommes d'autres yeux et de transformer ainsi le réel », affirme Kafka. Il entend par là que la poésie vise essentiellement à métamorphoser le monde et le quotidien. [Problématique] La poésie doit-elle avant tout idéaliser la réalité quotidienne ? [Annonce des axes] Certes, les poètes s'inspirent du quotidien et le plus souvent l'embellissent [I]. Mais s'attachent-ils toujours au quotidien ? Ont-ils toujours pour but de le magnifier [II] ? En réalité, la poésie ne saurait avoir une seule visée et peut-être sa raison d'être ne réside-t-elle que dans son existence en tant qu'art [III].

I. Le poète s'inspire du quotidien et l'embellit

1. Pourquoi le quotidien ? Quel quotidien ?

Pourquoi le quotidien ? Parce que le poète, homme parmi les hommes, est sans cesse confronté au quotidien. Hugo écrit dans Les Contemplations : « Ah ! insensé, qui crois que je ne suis pas toi ! », rappelant ainsi l'humanité de tout poète. Baudelaire parle de son lecteur comme de son « semblable ».

Quel quotidien ? Celui du monde qui entoure tout homme : les objets ; les lieux (la maison, le village natal : Du Bellay « Heureux qui comme Ulysse ») ; la ville : Baudelaire (Le Spleen de Paris) ; le jardin : Nerval (« Une allée du Luxembourg ») ; les personnes : Saint-Amant (« Le Paresseux ») ; Baudelaire (« Les Petites Vieilles ») ; les activités ordinaires : Prévert et l'école (« Page d'écriture »).

Le poète, être sensible et observateur, est dans la contemplation.

2. L'idéalisation du quotidien

Artiste, souvent rêveur, le poète réduit rarement la réalité quotidienne à ses aspects utilitaires et la transforme par son regard. Exemples : poésie romantique et symboliste [exemples personnels] ; « Le pain » (Francis Ponge, Le Parti pris des choses), élevé à une dimension cosmique, comparé à la terre.

Pourquoi idéaliser le quotidien ? Pour faire rêver [exemples personnels] ; pour mieux supporter les maux du monde (Baudelaire et le titre éclairant de son recueil Les Fleurs du mal/« Spleen et Idéal ») [+ exemples personnels] ; pour rendre hommage (corpus) ; pour montrer les facettes inconnues du quotidien et en dévoiler ce qui nous est invisible [textes du corpus]. Exemple commenté : « Zone », d'Apollinaire (Alcools), s'inspire du quotidien de Paris observé lors d'une journée de déambulation, en exalte et en idéalise le modernisme industriel.

3. Comment le poète idéalise-t-il le quotidien ?

attention !

Les exemples du corpus ne sont jamais suffisants : vous devez leur ajouter des exemples personnels. Ne vous bornez pas à citer des titres : un exemple non commenté n'a pas valeur de preuve et ne sert à rien.

Par l'exploitation de toutes les ressources des mots, à qui il redonne leur multiplicité de sens : « Florence est ville et fleur et femme, elle est ville fleur et ville femme et fille fleur tout à la fois » (Sartre). Jeu sur les mots, les sons, les rythmes et les sensations qui permet de transfigurer et d'idéaliser le monde qui nous entoure.

Par le recours aux images insolites (comparaisons, métaphores…), qui ­permet de rapprocher des réalités diverses et de substituer à notre vision routinière une nouvelle optique.

Exemples : évocation par André Breton de sa « femme au dos d'oiseau qui fuit vertical » ; métamorphose par Jacques Réda de « La Bicyclette » en oiseau, puis en planète ; transformation par Georges Fourest des « Sardines à l'huile » en sortes de saintes (« Priez pour nous ! »).

II. Mais s'inspire-t-il toujours du quotidien ? Vise-t-il toujours à l'idéaliser ?

1. La poésie peut se détacher du quotidien

Le poète peut trouver son inspiration dans des sujets hors de la banalité de la vie de tous les jours et s'intéresser à des émotions/des moments, des faits extraordinaires (chansons de geste et épopées + exemples personnels).

Le poète peut viser à créer un monde totalement affranchi de la banalité du quotidien et se donner pour mission d'être le créateur (sens étymologique du mot « poète ») et l'interprète d'un autre monde. Exemples : la suggestion d'une autre réalité par les symbolistes (univers de Rimbaud, où les « Voyelles » prennent des couleurs, où « une fleur [lui] dit son nom ») ; la recherche d'une autre réalité par les surréalistes où « la terre est bleue comme une orange » (Éluard).

2. Le quotidien, oui, mais en refusant de l'idéaliser

Quand bien même ils en « parlent », certains poètes refusent d'idéaliser le quotidien. Pour quelles raisons ?

Pour rendre compte de la réalité telle qu'elle est, sans la sublimer. Exemples : quotidien de l'école dépeint par Prévert (« Le Cancre », Paroles) ; évocation du vieillissement par Ronsard (« Quand vous serez bien vieille », Les Amours) ; poids du spleen chez Baudelaire (« Quand le ciel bas et lourd… », Les Fleurs du mal).

Pour dévoiler les vices et les dysfonctionnements de cette réalité et ainsi pousser à l'action. Poésie engagée : le poète met son art au service de ses semblables et en fait une arme destinée à changer le quotidien (exemples personnels ; Hugo, « Melancholia » ; les poètes résistants).

Pour remplir une fonction didactique (les Fables de La Fontaine).

Pour rendre compte de ses blessures intérieures : le poète décrit un/son quotidien qui prend une dimension métaphorique, à l'unisson de son état d'âme (symbiose). Exemples : poèmes de la tristesse (les romantiques ; Corbière, Les Amours jaunes), de l'ennui existentiel (Baudelaire) et de la douleur (Hugo, Les Contemplations).

Pour choquer et provoquer (Lautréamont, Les Chants de Maldoror).

[Transition] Faut-il cependant n'assigner à la poésie qu'une seule source d'inspiration et qu'une seule visée ?

III. La poésie ne peut être réduite ni à un seul thème ni à une seule visée

1. Des sources d'inspiration et des visées variées

La spécificité de la poésie réside dans la variété de ses sources d'inspiration [exemples personnels], dans la multiplicité et la complexité de ses fonctions [exemples personnels].

Le plus souvent ses fonctions se combinent et s'entremêlent dans un même poème [exemples personnels].

2. Un travail sur les mots, la stylisation par l'écriture

La poésie est l'art de parler de tout, mais pas nécessairement dans une visée d'idéalisation. Elle fait entrer dans un monde de symboles, retravaille le langage et s'affranchit de toute règle (Rimbaud, Une saison en enfer).

C'est dans sa définition complexe que se rejoignent toutes ses fonctions : être poète, c'est jeter un regard neuf sur soi et sur le monde, et en rendre compte avec un nouveau langage jusque-là inconnu.

3. Et si la poésie n'avait « d'autre but qu'elle-même » ?

On peut même se demander s'il faut assigner une quelconque visée à la poésie… Le poème relève de l'art qui n'a pas de finalité préétablie et peut aussi bien être un acte gratuit.

Ne peut-on dire avec Baudelaire : « La poésie […] n'a pas d'autre but qu'elle-même […]. La poésie ne peut pas, sous peine de mort ou de défaillance, s'assimiler à la science ou à la morale ; […] elle n'a [pour objet] qu'elle-même » ?

Conclusion

[Synthèse] Le poète peut choisir d'embellir et d'idéaliser le quotidien. Mais il peut aussi se tourner vers d'autres sources d'inspiration et assigner à son art d'autres visées que l'idéalisation de la réalité de tous les jours. [Ouverture] La poésie, par sa nature protéiforme, échappe à toute définition. Elle se situe à la croisée des genres et des arts : peinture (pour Horace), musique (pour Verlaine), « danse » (pour Valéry)…

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner