Annale corrigée Dissertation

La préservation de l'environnement, un problème public

sesT_2000_14_00C

Sujet complet

Sujet zéro • Dissertation

1

Dissertation

Sujet zéro

La préservation de l'environnement, un problème public

4 heures

20 points

Intérêt du sujet • L'environnement est aujourd'hui une préoccupation majeure pour les citoyens.Comment la société dans son ensemble en est-elle venue à s'intéresser aux problèmes écologiques ?

 

 Comment la préservation de l'environnement est-elle devenue un problème public ?

Document 1Les parlementaires et l'environnement

Question posée aux parlementaires et à la population : De ces trois opinions, laquelle se rapproche le plus de la vôtre ? (en %)

Tableau de 7 lignes, 5 colonnes ;Tetière de 2 lignes ;Ligne 1 : ;Parlementaires;Public;Ligne 2 : 2003;2010;2003;2009;Corps du tableau de 5 lignes ;Ligne 1 : Les désordres du climat (tels que les tempêtes ou les inondations en France) sont causés par l'effet de serre; 21; 34; 35; 50; Ligne 2 : Les désordres du climat (tels que les tempêtes ou les inondations en France) sont des phénomènes naturels comme il y en a toujours eu; 18; 19; 14; 13; Ligne 3 : Aujourd'hui, personne ne peut dire avec certitude les vraies raisons du désordre du climat; 60; 44; 48; 36; Ligne 4 : Sans réponse; 1; 3; 3; 1; Ligne 5 : Total; 100; 100; 100; 100;

Source : Daniel Boy, « Les parlementaires et l'environnement », Les Cahiers du Cevipof, n° 52, 2010.

Document 2Les périodes historiques de la politique environnementale française

1971 : Création du ministère de l'environnement phase de fondation

institutionnalisation popularisation d'un concept flou

rassemblement des politiques (gérées de façon discontinue par plusieurs ministères).

enclenchement d'un travail de création ou de remise en ordre législatif ou réglementaire

stimulation des autres ministères à ranimer leurs départements environnementaux (entre autres par souci de ne pas les voir transférés au nouvel arrivant)

1990 : Plan national pour l'environnement phase de consolidation

territorialisation (décentralisation) : création des DIREN (directions régionales de l'environnement)

création d'agences périphériques : l'ADEME (Agence de la transition écologique), l'INERIS (Institut national de l'environnement industriel et des risques) et l'IFEN (Institut français de l'environnement)

augmentation substantielle du budget du ministère

définition d'objectifs chiffrés

intégration de l'environnement dans les activités économiques

2007 : Grenelle de l'environnement phase d'ouverture

instauration d'une procédure participative incluant cinq collèges : État, collectivités territoriales, patronat, syndicats et associations écologistes

annonce de l'intégration de l'environnement au cœur de la décision publique, ainsi que de mesures structurantes telles que la contribution climat-énergie, la trame verte, ou encore le plan massif de reconversion du bâti

Source : Valérie Lacroix et Edwin Zaccai, « Quarante ans de politique environnementale en France : évolutions, avancées, constante », Revue française d'administration publique, n° 134, 2010.

Document 3Le traitement des dimensions du changement climatique dans les journaux télévisés de 20 h de TF1 et France 2 entre 1997 et 2006 (en %, sauf effectif)

Tableau de 6 lignes, 12 colonnes ;Tetière de 1 lignes ;Ligne 1 : ;1997;1998;1999;2000;2001;2002;2003;2004;2005;2006;Total;Corps du tableau de 5 lignes ;Ligne 1 : Conséquences; 29; 33; 56; 41; 19; 33; 51; 63; 46; 69; 44; Ligne 2 : Causes; 23; 17; 33; 12; 6; 14; 22; 8; 17; 5; 15; Ligne 3 : Solutions; 49; 50; 11; 47; 74; 50; 27; 29; 37; 26; 40; Ligne 4 : Total; 100; 100; 100; 100; 100; 100; 100; 100; 100; 100; 100; Ligne 5 : Effectif; 35; 6; 9; 49; 31; 42; 55; 62; 102; 78; 469;

Source : Jean-Baptiste Comby, « Quand l'environnement devient “médiatique”. Conditions et effets de l'institutionnalisation d'une spécialité journalistique », Réseaux, n° 5-6, 2009.

Note : ce codage thématique donne un échantillon de 469 unités car parmi les 396 sujets analysés certains abordent plusieurs dimensions du problème.

Lecture : en 1997, 29 % des sujets consacrés par les journaux télévisés de TF1 et de France 2 au changement climatique concernaient les conséquences de ce changement.

Document 4Les acteurs du Grenelle de l'environnement1

Tableau de 9 lignes, 2 colonnes ;Tetière de 1 lignes ;Ligne 1 : ;Part (en %);Corps du tableau de 8 lignes ;Ligne 1 : Collectivités territoriales; 10,6; Ligne 2 : Employeurs; 28; Ligne 3 : État; 39,8; Ligne 4 : Experts; 6,8; Ligne 5 : Organisations non gouvernementales environnementales; 8,1; Ligne 6 : Associations non environnementales; 2,3; Ligne 7 : Salariés; 4,2; Ligne 8 : Total; 100;

Source : d'après « Les effets du Grenelle de l'environnement sur l'action publique. Analyse comparée entre deux secteurs : déchets et bâtiment », Gouvernement et action publique, vol. 6, 2017.

1. Grenelle de l'environnement : ensemble de rencontres politiques organisées en France en 2007, visant à prendre des décisions à long terme en matière d'environnement et de développement durable.

 

Les clés du sujet

Analyser la consigne et dégager une problématique

sesT_2000_14_00C_01

Problématique. Par quelles voies la protection de l'environnement a-t-elle été mise à l'agenda politique ?

Exploiter les documents

Document 1. Ce tableau statistique élaboré par le Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, permet de comparer les perceptions des parlementaires et celles du public concernant le « désordre du climat » entre 2003 et 2010. Comment celles-ci évoluent-elles ? Que dit l'écart entre élus et opinion ?

Document 2. Ce texte met en évidence la politique menée en France par les pouvoirs publics pour préserver l'environnement sur près de quarante ans. Quelles en sont les grandes étapes ? Comment l'engagement des autorités politiques se développe-t-il ? Quels partenaires sont amenés à intervenir ?

Document 3. Les données de ce tableau portent sur le traitement par TF1 et France 2 des sujets liés à l'environnement entre 1997 et 2006. Que montre leur évolution quantitative ? Quel aspect de la question est-il de plus en plus abordé au fil du temps ?

Document 4. Ce tableau statistique présente les différents intervenants au Grenelle de l'environnement de 2007, un ensemble de rencontres organisées autour des thèmes de l'environnement et du développement durable. Quels en sont les acteurs principaux ? Comment peut-on qualifier ces rencontres sur le plan de la participation ?

Définir le plan

Tableau de 2 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 2 lignes ;Ligne 1 : I. La mobilisation des acteurs privés pour la préservation de l'environnement; Comment évolue l'opinion publique sur les questions environnementales (document 1) ?Quels sont les acteurs de la mobilisation pour l'environnement (document 4) ?Quels vecteurs favorisent la prise de conscience sur les questions écologiques (document 3) ?; Ligne 2 : II. La mise à l'agenda politique; Comment les pouvoirs publics prennent-ils en compte les problèmes environnementaux ? Retracez les grandes évolutions de l'action des pouvoirs publics (document 2).;

Les titres des parties ne doivent pas figurer sur votre copie.

Introduction

[accroche] Les programmes électoraux des principaux partis politiques en France mettent en avant la nécessité d'une « transition écologique », montrant ainsi que la protection de l'environnement est devenue une véritable question politique. L'opinion publique, quant à elle, s'était emparée depuis plusieurs années déjà du thème du développement durable. [présentation du sujet] On peut donc se demander comment la préservation de l'environnement est devenue un problème public, c'est-à-dire de quelle manière les actions permettant de protéger l'environnement naturel des sociétés humaines sont traitées par les pouvoirs publics. [problématique] Par quelles voies la protection de l'environnement a-t-elle été mise à l'agenda politique ? [annonce du plan] Pour répondre, il est d'abord nécessaire d'analyser la mobilisation des acteurs privés pour la préservation de la nature, puis sa prise en compte dans le cadre de l'action publique.

mot clé

La mise à l'agenda politique correspond au passage d'un problème du domaine privé au domaine public.

I. La mobilisation des acteurs privés pour l'environnement

Le secret de fabrication

La problématique incite à montrer comment l'opinion publique a modifié la perception des autorités politiques sur les questions liées à l'environnement. Pour y répondre, il est donc impératif de commencer par analyser l'évolution de l'opinion publique sur ces enjeux écologiques.

1. L'évolution de l'opinion publique

La prise de conscience des problèmes environnementaux par l'opinion publique a été relativement lente depuis les années 1970, marquée notamment par le naufrage du pétrolier Torrey Canyon en 1967 et la mobilisation en faveur de la défense du parc naturel de la Vanoise. Au cours de la décennie 1990, la société se rend mieux compte des risques que la dégradation de l'environnement peut entraîner pour la population, notamment la pollution, et les coûts humains qu'elle peut provoquer.

Cette prise de conscience s'accélère pendant les années 2000. Ainsi, alors qu'en 2003, selon le Cevipof, 35 % des personnes interrogées considéraient que « les désordres du climat (tels que les tempêtes ou les inondations en France) sont causés par l'effet de serre », ce chiffre a augmenté de 15 points de pourcentage en 2009 (document 1).

2. Le rôle des médias

Les médias, et en particulier la télévision, jouent un rôle important dans la formation de l'opinion publique. L'intérêt des journaux télévisés pour les questions environnementales participe dès lors à la mobilisation des citoyens sur ces enjeux. Ainsi, le nombre de sujets traités par les journaux télévisés de TF1 et France 2 portant sur le changement climatique a fortement augmenté depuis 2003-2004 (document 3).

Et non seulement le nombre de ces sujets s'est développé, mais la manière de les traiter a également évolué. Il est accordé de plus en plus d'importance aux conséquences du changement climatique : près de 69 % en 2006 (document 3). Cette évolution est aujourd'hui accentuée par la place donnée dans les médias à certaines personnalités, notamment la jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg.

II. La mise à l'agenda politique

1. L'évolution des positions des pouvoirs publics

Le poids grandissant des questions environnementales dans le débat public s'accompagne d'une diversification des acteurs mobilisés par l'écologie. L'action des mouvements de citoyens qui s'organisent pour agir auprès des pouvoirs publics est relayée par la communauté scientifique et par des organisations non gouvernementales (ONG), comme Greenpeace.

La pression de l'opinion publique sur les représentants politiques, notamment les députés, a fait évoluer l'opinion de ces derniers au sujet des problèmes environnementaux. Ainsi, entre 2003 et 2010, la part des représentants élus à l'Assemblée nationale considérant que « les désordres du climat sont causés par l'effet de serre » augmente (de 21 % à 34 %) et se rapproche de la perception des citoyens (document 1).

2. L'évolution de l'action des pouvoirs publics

On peut distinguer trois grandes phases dans la mise à l'agenda politique des problèmes liés à l'environnement en France. La première se situe au début des années 1970 avec la création d'un ministère de l'Environnement. Cette administration centrale vise alors à unifier les politiques et les législations nationales en matière d'écologie (document 2).

Dans un contexte mondial favorable qui voit notamment la création d'un Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sous l'égide des Nations unies, les initiatives des pouvoirs publics se renforcent au cours des années 1990. Un Plan national pour l'environnement est décidé et de nombreuses agences spécialisées sont instituées (ADEME, INERIS, IFEN).

En 2007 se réunit un Grenelle de l'environnement dont les annonces se veulent ambitieuses : contribution climat-énergie, reconversion du bâti, etc. La particularité de cette initiative politique est d'associer les différents acteurs publics (État, collectivités territoriales) et privés (associations, entreprises, syndicats) (document 4).

à noter

Le mot Grenelle fait référence à la réunion entre syndicats et gouvernement en 1968 au ministère du Travail situé rue de Grenelle à Paris.

Conclusion

[bilan] Depuis les années 1970, l'opinion se rend compte des effets de la dégradation de l'environnement et, peu à peu, se mobilise pour inciter les pouvoirs publics à prendre des mesures de protection. Cette mise à l'agenda politique s'effectue de manière graduelle de 1971 à 2007. [ouverture] Cependant, si les élus prennent conscience des risques humains liés à la pollution, les mesures prises par les pouvoirs publics seront-elles suffisantes pour éviter des dommages irréversibles pour la nature et l'homme ?

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner