Annale corrigée Mobilisation des connaissances Ancien programme

La solidarité mécanique dans les sociétés contemporaines

Amérique du Nord • Juin 2017

mobilisation des connaissances • 3 points

La solidarité mécanique dans les sociétés contemporaines

À l'aide d'au moins deux exemples de votre choix vous mettrez en évidence des formes de solidarité mécanique au sein des sociétés contemporaines.

Les clés du sujet

Définir les mots-clés

La solidarité mécanique (ou par similitude) désigne, selon Émile Durkheim, les liens qui unissent les membres d'une communauté partageant les mêmes valeurs, normes et croyances, ce qui lui confère une très forte cohésion.

Cette forme de solidarité domine dans les sociétés traditionnelles, mais persiste dans les sociétés contemporaines dans lesquelles se développe la solidarité organique qui repose sur la différenciation et la complémentarité entre des individus plus autonomes.

Structurer sa réponse

Après avoir expliqué ce qu'est la solidarité mécanique, il s'agit de montrer en quoi elle subsiste aujourd'hui, en s'appuyant sur deux exemples.

Corrigé

Introduction

info

Émile Durkheim évoque l'approfondissement de la division du travail et l'augmentation de la densité matérielle et morale de la société pour expliquer le développement de la solidarité organique.

La solidarité mécanique caractérise les liens qui unissent les membres d'un groupe social fortement homogène, les conduisant à adhérer à des valeurs et à des normes communes qui s'imposent à tous. Cette forme de solidarité recule dans les sociétés marquées par le développement de l'individualisme, au profit de la solidarité organique qui lie les individus par leurs différences et leur complémentarité. Pourtant, la solidarité mécanique persiste dans les sociétés contemporaines, ce qui va être montré en s'appuyant sur deux exemples.

Développement

Au sein du monde professionnel subsistent des formes de solidarité mécanique. Ainsi les membres d'une même organisation syndicale, d'une même corporation professionnelle (groupe de professeurs d'une discipline ou de commerçants…) sont réunis par le partage d'une même vision de leur métier, d'un même but à atteindre, d'intérêts communs à défendre. Ils partagent des valeurs et des représentations communes, vecteurs d'une cohésion forte au sein du groupe, qui s'incarnent dans l'existence d'un collectif.

De nombreux jeunes se reconnaissent également au sein de groupes de pairs partageant des croyances, des styles musicaux, vestimentaires, langagiers communs, qui les identifient et dans lesquels ils se reconnaissent. Ici encore c'est bien de la similitude entre les membres du groupe que naissent la solidarité et la cohésion du groupe.

Conclusion

Si la solidarité mécanique a reculé dans les sociétés où s'affirme le primat de l'individu, elle persiste néanmoins dans de nombreuses sphères sociales et garantit la cohésion sociale.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner