La technique

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ST2S - Tle STI2D - Tle STL - Tle STMG | Thème(s) : L'art et la technique
 

Sujet de type BAC – Explication de texte

Expliquez le texte suivant, en indiquant bien les étapes
de son argumentation.

Si nos organes sont des instruments naturels, nos instruments sont, par là même, des organes artificiels. L’outil de l’ouvrier continue son bras ; l’outillage de l’humanité est donc un prolongement de son corps. La nature, en nous dotant d’une intelligence essentiellement fabricatrice, avait ainsi préparé pour nous un certain agrandissement. Mais ces machines […] qui convertissent en mouvement des énergies potentielles accumulées pendant des millions d’années, sont venues donner à notre organisme une extension si vaste et une puissance si formidable, si disproportionnée à sa dimension et à sa force, que sûrement il n’en avait rien été prévu dans le plan de structure de notre espèce. […] Or dans ce corps démesurément grossi, l’âme reste ce qu’elle était, trop petite maintenant pour le remplir, trop faible pour le diriger. D’où le vide entre lui et elle. D’où les redoutables problèmes sociaux, politiques, internationaux, qui sont autant de définitions de ce vide et qui, pour le combler, provoquent aujourd’hui tant d’efforts désordonnés et inefficaces : il y faudrait de nouvelles réserves d’énergie potentielle, cette fois morale.

Henri Bergson, Les Deux sources de la morale et de la religion (1932).

Corrigé

Dans ce texte où Bergson reconnaît la place légitime de la technique tout en insistant sur les dangers liés à son développement, il faut distinguer trois phases du raisonnement.

L’auteur commence par une description originale de la technique. Il considère que les objets techniques qui nous servent d’outil sont des prolongements artificiels de notre corps. Désormais, le corps de l’homme ne se limite plus à ses organes naturels, mais il s’est agrandi en se donnant des organes artificiels. Il suffit par exemple de penser à la façon dont les télescopes augmentent notre pouvoir de vision ou dont un avion accélère et prolonge notre capacité de déplacement. Le développement technique est une modification du corps humain. Il appartient donc à l’évolution du vivant. L’homme technicisé n’a plus tout à fait le même corps que l’homme ancien.

Or les machines modernes ont une efficacité très importante et elles sont capables de rendre opérationnelles des puissances et des énergies qui étaient inexploitées depuis très longtemps. Si ces machines sont bien des organes humains, des parties d’un nouveau corps qui ne se définit plus seulement par la chair, alors il faut en conclure que la technique moderne donne à l’homme un corps extraordinairement puissant, sans rapport avec la façon lente dont l’évolution du vivant s’était accomplie jusqu’alors.

Bergson voit dans cette surpuissance du corps technicisé un danger. Il appelle « âme » la faculté qui se trouve en l’homme de diriger son corps et ses actes. Cette âme est à la fois la raison et la volonté. Or selon lui, il y a désormais une disproportion entre notre âme et notre corps. L’homme ne semble plus avoir la maîtrise de ses actes. Bergson ne condamne pas pour autant la technique, mais il appelle l’homme à développer sa raison, sa conscience morale, pour qu’elle soit à la mesure de la puissance de son nouveau corps.