La transformation de l’atmosphère terrestre

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Atmosphère, hydrosphère, climats
Type : Pratique du raisonnement scientifique 2 | Année : 2017 | Académie : Afrique


Afrique • Juin 2017

pratique du raisonnement scientifique

Exercice 2 • 5 points

La transformation de l’atmosphère terrestre

L’atmosphère primitive de la Terre, issue du dégazage volcanique au cours du refroidissement du globe, était très différente de l’atmosphère actuelle. La transformation de l’atmosphère au cours du temps est marquée en particulier par un fort enrichissement en dioxygène, ce qui lui a conféré un caractère oxydant.

À partir de l’exploitation des documents et de vos connaissances, reconstituez la chronologie des événements ayant abouti à une atmosphère riche en dioxygène.

document 1 Les formations sédimentaires d’oxyde de fer

a. Les paléosols rouges continentaux ou « red beds »

Les paléosols, ou sols fossiles, se sont formés par altération de roches continentales au contact de l’atmosphère. La couleur rouge de certains de ces sols provient de la forte teneur en hématite, minéral d’oxyde de fer de formule Fe2O3. Le fer y est oxydé sous la forme ionique Fe3+.

svtT_1706_01_02C_01

ph © Angus McComiskey/Alarmy Stock Photo

Dépôts sédimentaires continentaux de couleur rouge

Blyde River Canyon, Afrique du Sud

b. Les fers rubanés ou B. I. F. (Banded Iron Formations), des formations océaniques

Les fers rubanés sont formés par une alternance de couches d’oxydes de fer (rouges) et de couches siliceuses (grises). Ce sont des roches sédimentaires qui se sont formées en milieu marin par précipitation de fer et de silice en solution dans l’eau de mer.

Les couches rouges contiennent de l’hématite Fe2O3. Le fer y est oxydé sous la forme ionique Fe3+.

svtT_1706_01_02C_02

Fers rubanés de Barberton, Afrique du Sudph © Pierre Thomas

D’après planet-terre.ens-lyon.fr

c. Extension temporelle

svtT_1706_01_02C_03

D’après C. Klein, Nature, 1997

Les plus anciens fers rubanés sont datés de 3,8 milliards d’années (fers rubanés d’Isua au Groenland). Les plus anciens sols rouges sont datés de 2,2 milliards d’années (Blyde River). Tous les sols fossiles plus anciens sont dépourvus d’hématite et montrent un appauvrissement en fer que l’on attribue au lessivage des formes solubles du fer par les eaux de pluie.

document 2 Les différentes formes ioniques du fer

Le fer constitue 5 % de la masse de la croûte terrestre. En solution aqueuse, le fer existe à l’état naturel sous deux formes ioniques :

Fe2+, également noté Fe(II) ;

Fe3+, également noté Fe(III).

La forme Fe3+ est plus oxydée que la forme Fe2+.

Ces deux formes ioniques ne présentent pas la même mobilité dans l’eau.

Comportement des ions fer en solution selon le degré d’oxydation

svtT_1706_01_02C_04

ph © Kim Christensen / Shutterstock

Protégée de l’action du dioxygène de l’air, une solution de sulfate de fer(II) reste verdâtre et translucide.

Les ions Fe2+ demeurent en solution.

svtT_1706_01_02C_05

ph © Kim Christensen / Shutterstock

Sous l’action du dioxygène de l’air, la solution de sulfate de fer(II) a formé un précipité rougeâtre.

Les ions Fe2+ ont été oxydés en ions Fe3+ qui ont précipité aussitôt en oxyde de fer(III) Fe2O3 et hydroxyde de fer(III) Fe(OH)3.

document 3 Les stromatolithes

Les stromatolithes sont des formations sédimentaires carbonatées (calcaires) marines constituées d’une superposition de feuillets formant un dôme. L’origine biologique de ces formations a été démontrée pour des stromatolithes de 2,7 milliards d’années. Les plus anciens stromatolithes ont été datés à environ 3,5 milliards d’années.

Stromatolithe de Pilbara, Australie

Photographie d’une structure retrouvée dans une lame mince de stromatolithe fossile (Pilbara, Australie)

svtT_1706_01_02C_06ph © Auscape/UIG/Getty Images

1993 by the American Association for the Advancement of Science – J.W. Schopf in Science, 1993, vol. 260, no 5108, pp. 640-646.svtT_1706_01_02C_07

document 4 Les cyanobactéries

a. Caractéristiques des cyanobactéries actuelles

Les cyanobactéries sont des organismes microscopiques procaryotes. Leur cytoplasme contient notamment des pigments chlorophylliens.

svtT_1706_01_02C_08

Photographie au microscope optique de cyanobactéries actuelles (genre Nostoc)ph © Dr. Robert Calentine/Visuals Unlimited/Getty Images

b. Métabolisme des cyanobactéries actuelles

Une culture de cyanobactéries est placée dans une enceinte hermétique. Les teneurs en dioxygène et en dioxyde de carbone sont relevées en différentes conditions d’éclairement.

svtT_1706_01_02C_09

Évolution des teneurs en dioxygène et dioxyde de carbone de la culture de cyanobactéries

Les clés du sujet

Comprendre le sujet

Les documents à analyser se rapportent à la succession des phénomènes qui ont conduit à la présence de dioxygène dans l’atmosphère, sachant que l’atmosphère initiale n’en contenait pas.

Le document 2 fournit les données de chimie nécessaires pour exploiter les informations fournies par le document 1. Il n’est pas judicieux d’exploiter ce document isolément, et il est donc préférable de l’associer à l’analyse du document 1.

Il faut bien se rappeler qu’il y a un équilibre entre le dioxygène dissous dans l’eau et le dioxygène atmosphérique. Si les eaux marines sont oxygénées et que l’atmosphère est dépourvue de dioxygène, celui-ci diffuse de l’eau vers l’atmosphère.

Enfin, pour exploiter les documents 3 et 4, qui renseignent sur l’origine du dioxygène, il est nécessaire de réinvestir le principe de l’actualisme.

Mobiliser ses connaissances

L’atmosphère initiale de la Terre était différente de l’atmosphère actuelle. Sa transformation est la conséquence, notamment, du développement de la vie. L’histoire de cette transformation se trouve inscrite dans les roches, en particulier celles qui sont sédimentaires. Elles révèlent le passage de l’atmosphère primitive à l’atmosphère oxydante.