La vaccination, une pratique pour éviter le tétanos à Wallis-et-Futuna

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Le corps humain et la santé
Type : Exercice | Année : 2017 | Académie : Nouvelle-Calédonie

SVT

Le corps humain et la santé

28

sci3_1712_11_01C

Nouvelle-Calédonie • Décembre 2017

svt • 25 points

La vaccination, une pratique pour éviter le tétanos à Wallis-et-Futuna

document 1

Le tétanos est une maladie causée par la bactérie Clostridium tetani (voir photo, document 2). Ce micro-organisme présent dans le sol ou dans les excréments d’animaux est une bactérie très résistante. Il pénètre dans l’organisme simplement par une plaie qui peut très facilement passer inaperçue et se divise provoquant une infection.

La toxine fabriquée par cette bactérie affecte le système nerveux et provoque des paralysies musculaires douloureuses. Le tétanos est une maladie grave et mortelle dans 50 % des cas environ. Il se soigne difficilement.

Source : passeportsanté.fr

document 2

sci3_1712_11_01C_01

Bactéries Clostridium tetani en division.

ph © BSIP/UIG/Getty Images

Source : Cahier de SVT Nathan – Cycle 4 – 3e.

document 3

Il existe un vaccin efficace contre le tétanos (à condition que les rappels, à faire tous les dix ans, soient réalisés). Les enfants sont vaccinés dès les premiers mois de leur vie. Au cours de cette vaccination, le médecin pratique 2 injections successives, et une injection de rappel un an plus tard, d’une toxine tétanique traitée de façon à ne pas déclencher la maladie. Cette toxine traitée est appelée anatoxine.

Le tétanos n’est pas éradicable car les bactéries sont en permanence dans le sol et l’environnement, mais elle est totalement évitable par la vaccination et l’hygiène des plaies.

Source : passeportsanté.fr

document 4

sci3_1712_11_01C_02

Évolution de la quantité d’anticorps dans le sang (en unités par mL) en fonction du temps (en jours) après les deux injections successives d’anatoxine tétanique lors de la vaccination.

Source : Les cahiers de SVT – Cycle 4 – 3e, Nathan.

1. Citer deux types de micro-organismes, autres que les bactéries.

2. Donner une définition de la contamination.

3. En utilisant le document 4, comparer l’importance et la vitesse de réaction de l’organisme lors de la deuxième injection par rapport à la première injection d’anatoxine tétanique.

4. À Wallis-et-Futuna, on pratique de façon très importante l’élevage des cochons. Beaucoup de personnes marchent également pieds nus au quotidien.

À partir des documents 1, 3 et 4, expliquer en quoi ces deux comportements rendent la vaccination contre le tétanos indispensable à Wallis.

Les clés du sujet

Comprendre les documents

Le document 1 est un texte expliquant l’origine bactérienne du tétanos.

La photographie du document 2 montre des bactéries Clostridium tetani en division.

Le texte du document 3 explique la vaccination contre le tétanos.

Le graphique du document 4 montre l’évolution du nombre d’anticorps dans le sang lors de la vaccination.

Répondre aux questions

2. C’est une question de connaissances, mais le document 1 peut t’aider.

3. Tu dois comparer et mettre en évidence les différences de réaction immunitaire pour la première et la seconde injection d’anatoxine tétanique.

4. Utilise les documents afin de montrer l’intérêt de la vaccination en reprenant les comportements cités dans la question (élevage de cochons et marche pieds nus).

Corrigé

Corrigé

1. Un micro-organisme est un être vivant uniquement observable au microscope, donc qualifié de microscopique.

Parmi les micro-organismes pathogènes qui peuvent déclencher des maladies, il y a les virus.

On peut citer aussi les organismes du plancton et certains champignons comme les levures.

2. La contamination est l’entrée d’un micro-organisme pathogène dans un être vivant, c’est la première étape de l’infection qui entraîne une réaction immunitaire de défense.

Dans le cas des bactéries Clostridium tetani, la contamination se fait par une plaie au contact du sol ou d’excréments d’animaux où elles sont présentes.

conseil

Pour évaluer la réaction de l’organisme, tu dois lire le graphique qui donne la quantité d’anticorps dans le sang et donc la réponse immunitaire aux injections. En effet, lors de l’introduction d’éléments étrangers ou antigènes, le système immunitaire produit des anticorps afin de permettre leur destruction.

3. Après la première injection d’anatoxine tétanique, le taux d’anticorps augmente au bout de 6 jours et s’élève à 10 unités par mL de sang, ce taux reste élevé une dizaine de jours.

Après la seconde injection, le taux d’anticorps augmente au bout de 2 jours et s’élève à 1 000 unités par mL de sang et ce taux est toujours élevé après une vingtaine de jours.

Lors de la seconde injection d’anatoxine, la production d’anticorps, et donc la réaction immunitaire, est plus importante, plus rapide et plus longue, grâce aux cellules immunitaires à mémoire produites lors de la première réponse.

4. Il est noté dans le document 1 que la bactérie responsable du tétanos est présente dans le sol ou dans les excréments d’animaux. Elle pénètre dans l’organisme par une plaie, se divise rapidement et produit une toxine qui attaque le système nerveux en provoquant des paralysies musculaires douloureuses et la mort dans la moitié des cas. Il est indispensable de lutter contre cette maladie mortelle.

À Wallis-et-Futuna, il y a de nombreux élevages de cochons qui sont donc des sources de Clostridium tetani. De plus, beaucoup de personnes marchent pieds nus, ce qui entraîne un risque de contamination très important.

La bactérie est très résistante, elle reste en permanence dans le sol et l’environnement, il est donc difficile de la détruire et d’empêcher son contact avec des plaies.

La vaccination permet aux personnes d’avoir une réaction immunitaire plus rapide et plus importante, empêchant la multiplication des bactéries et l’apparition de la maladie.

Comme on ne peut empêcher la contamination importante par la bactérie tétanique, il est indispensable de vacciner les habitants de Wallis-et-Futuna pour que leur système immunitaire détruise les bactéries avant que la maladie ne se déclenche.