Annale corrigée Raisonnement sur un dossier documentaire

Le caractère cumulatif des inégalités

Raisonnement

Le caractère cumulatif des inégalités

2 h 30

10 points

Intérêt du sujet Ce sujet traite des différentes formes d'inégalités, mais également des mécanismes de causalité et de renforcement existant entre elles.

 

Vous montrerez que les inégalités économiques et sociales présentent un caractère cumulatif.

Document 1Montants de patrimoine net début 2015 (en euros)

Tableau de 6 lignes, 5 colonnes ;Tetière de 1 lignes ;Ligne 1 : Revenu disponible1;Patrimoine moyen;Patrimoine médian (D5);1er décile (D1);9e décile (D9);Corps du tableau de 5 lignes ;Ligne 1 : Inférieur au 1er quartile; 83 900; 18 000; 1 000; 218 500; Ligne 2 : Du 1er au 2e quartile; 132 500; 66 900; 2 800; 296 400; Ligne 3 : Du 2e au 3e quartile; 222 700; 157 500; 8 100; 476 200; Ligne 4 : Supérieur au 3e quartile; 496 800; 297 400; 42 900; 979 700; Ligne 5 : Ensemble; 235 900; 113 900; 3 000; 534 800;

Source : Insee, Les revenus et le patrimoine des ménages, 2018.

1. Revenu utilisable par un ménage pour la consommation ou l'épargne comprenant les revenus d'activité, de patrimoine et de transferts déduits des impôts directs.

Document 2Niveau de vie et espérance de vie

[…] Le niveau de vie1 peut être la cause directe d'un état de santé plus ou moins bon, et donc d'une durée de vie plus ou moins longue. Ainsi, les difficultés financières peuvent limiter l'accès aux soins. Par exemple, d'après l'enquête Santé et protection sociale de 2014, 11 % des adultes parmi les 20 % les plus modestes disent avoir renoncé pour des raisons financières à consulter un médecin au cours des 12 derniers mois, contre 1 % des adultes parmi les 20 % les plus aisés.

[…] Le niveau de vie a aussi un effet indirect sur la santé, parce qu'il est lié à des facteurs également associés à une santé plus ou moins bonne comme la catégorie sociale, le diplôme ou la région de résidence. Les cadres ont un niveau de vie élevé et sont moins soumis aux risques professionnels (accidents, maladies, exposition à des produits toxiques) que les ouvriers. De même, les comportements moins favorables à la santé sont plus fréquents chez les non-diplômés que chez les diplômés. Par exemple, d'après le Baromètre Santé 2016, 39 % des personnes âgées de 15 à 64 ans sans diplôme fument quotidiennement, contre seulement 21 % des diplômés du supérieur. Par ailleurs, un faible niveau de vie peut également être la conséquence d'une mauvaise santé plutôt qu'en être la cause. Une santé défaillante peut freiner la poursuite d'études, l'exercice d'un emploi, ou l'accès aux emplois les plus qualifiés.

Source : Insee Première, 2018.

1. Revenu disponible d'un ménage en tenant compte de sa composition.

Document 3Situation professionnelle trois ans après la fin des études, en fonction du diplôme obtenu

Tableau de 9 lignes, 8 colonnes ;Tetière de 2 lignes ;Ligne 1 : ;Taux de chômage (en %);Emploi à durée indéterminée (en %);Catégorie socioprofessionnelle1;Ligne 2 : CPIS;PI;E;O;Autres;Corps du tableau de 7 lignes ;Ligne 1 : Aucun diplôme; 49; 35; 1; 15; 37; 44; 3; Ligne 2 : CAP-BEP; 28; 49; 0; 13; 37; 48; 2; Ligne 3 : Baccalauréat; 19; 52; 3; 26; 42; 27; 2; Ligne 4 : Bac + 2; 12; 68; 6; 44; 31; 16; 3; Ligne 5 : Bac + 3/4; 13; 68; 17; 53; 22; 6; 2; Ligne 6 : Bac + 5; 10; 82; 59; 32; 6; 1; 2; Ligne 7 : Ensemble; 20; 62; 18; 33; 27; 20; 2;

Source : « Quand l'école est finie. Premiers pas dans la vie active de la génération 2013 », Céreq Enquêtes, n° 1, octobre 2017.

Note : CPIS : Cadres et professions intellectuelles supérieures. PI : Professions intermédiaires. E : Employés. O : Ouvriers.

 

Les clés du sujet

Analyser les termes du sujet et mobiliser ses connaissances

sesT_2100_00_11C_01

Exploiter les documents

Document 1. Ce tableau permet de voir le lien de corrélation entre patrimoine et revenu. Il vous faut ensuite l'expliciter en lien de causalité avec les notions de revenu disponible, épargne…

Document 2. Ce texte met en évidence les liens entre différentes formes d'inégalités. Notez-les selon les différentes variables socio­démographiques (niveau de vie, santé, diplôme, emploi…).

Document 3. Ce tableau présente le lien entre le niveau de diplôme et les conditions d'insertion des jeunes dans le monde du travail. Il montre que les inégalités sociales sont cumulatives et qu'elles peuvent avoir également des répercussions sur la situation économique.

Définir les arguments

Tableau de 3 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 3 lignes ;Ligne 1 : Argument 1; Les inégalités de revenus et de patrimoine se renforcent mutuellement.; Ligne 2 : Argument 2; Les inégalités sociales sont cumulatives entre elles.; Ligne 3 : Argument 3; Les inégalités économiques et sociales s'entretiennent mutuellement.;

Les titres de parties ne doivent pas figurer sur votre copie.

Introduction

Malgré l'affirmation de la devise républicaine, « Liberté, Égalité, Fraternité », nous vivons dans un pays où les inégalités réelles sont fortes. Les inégalités représentent les différences d'accès aux ressources rares et valorisées dans la société, qu'elles soient économiques ou sociales. Nous montrerons que les inégalités tant économiques que sociales peuvent s'entretenir mutuellement, d'où leur caractère cumulatif et auto-entretenu.

I. Les inégalités de revenus et de patrimoine se renforcent mutuellement

Les inégalités économiques représentent les inégalités de revenus (flux issus de la rémunération du travail et du capital) et les inégalités de patrimoine (stock des actifs détenus). Elles peuvent se cumuler car les revenus alimentent, par la « mécanique » de l'épargne, le patrimoine. Plus les revenus sont élevés, plus les capacités d'acquérir du patrimoine, sous forme d'actions et de biens immobiliers par exemple, sont importantes.

La répartition des patrimoines apparaît plus inégalitaire que la répartition des revenus : c'est ce que montre la comparaison des courbes de Lorenz. Ainsi, les 10 % des ménages les plus riches possèdent près de 50 % du patrimoine en France. Ils détiennent plus de 534 800 euros, contre moins de 3 000 euros pour les 10 % les moins bien dotés en patrimoine net (doument 1).

En outre, le patrimoine génère d'autant plus de revenus qu'il est important (dividendes, intérêts, loyers…). Enfin, il peut se transmettre entre générations par l'héritage, ce qui renforce son caractère cumulatif.

II. Les inégalités sociales sont cumulatives entre elles

Les inégalités en matière de santé sont en corrélation avec le statut social. L'emploi et la position sociale déterminent des conditions de travail plus ou moins pénibles et dangereuses. Le niveau de diplôme détermine la fréquence des consultations de santé et les pratiques à risques (document 2). L'espérance de vie est moins élevée chez les ouvriers que chez les cadres.

Il existe également une corrélation entre l'accès inégalitaire aux diplômes et le taux de chômage. Ainsi, en 2016, trois ans après la fin de leurs études, un jeune sur deux sans diplôme est au chômage, soit un taux quatre fois supérieur à celui des jeunes diplômés bac + 2 (document 3). Le niveau de diplôme est également important pour l'acquisition d'une position sociale décisive qui génère elle-même d'autres inégalités sociales. 91 % des jeunes diplômés bac + 5 occupent une position de cadre ou de profession intermédiaire, contre 29 % pour ceux uniquement titulaires d'un baccalauréat.

III. Les inégalités économiques et sociales s'entretiennent mutuellement

Les inégalités économiques favorisent les inégalités sociales. Des revenus faibles limitent l'accès aux soins et à une alimentation de qualité (document 2). De même, les familles aux faibles revenus ont de moindres possibilités pour financer les études de leurs enfants, générant une reproduction intergénérationnelle des inégalités d'accès aux diplômes. Enfin, les inégalités économiques ont des conséquences sur les conditions de vie (qualité du logement, lieu de résidence…) et sur les pratiques culturelles et de loisirs.

Réciproquement, les inégalités sociales favorisent les inégalités économiques. Ainsi, l'origine sociale peut déterminer la possession d'un capital culturel plus ou moins favorable à la poursuite d'études, pouvant réduire les chances d'accès à un diplôme, à un emploi à durée indéterminée (document 3) et donc à un salaire élevé. Le niveau de santé peut également avoir un impact sur les possibilités de poursuivre des études ou d'exercer un emploi (document 2).

Conclusion

Les inégalités sont donc multiformes et s'auto-entretiennent les unes les autres, formant un cercle vicieux pour les plus défavorisés et un cercle vertueux pour les plus favorisés : accumulation des handicaps d'un côté et des privilèges de l'autre. Ce système tend à se reproduire d'une génération à l'autre, entraînant une dynamique de creusement des inégalités qui peut menacer la cohésion sociale.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner