Le continent africain face au développement et à la mondialisation

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Afrique : les défis du développement
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2012 | Académie : Sujet zéro
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Le continent africain face au  développement et à la mondialisation

L’Afrique  : les défis du développement

Corrigé

45

Géographie

hgeT_1200_14_06C

Sujet zéro

étude critique de documents

Document 1

La richesse mondiale


Source  : RAMSES, 2012.

Document 2

Le téléphone portable en Afrique

«  Défiant les scénarios les plus optimistes, l’Afrique comptabilisait plus de 267 millions d’abonnements au mobile fin 2007 et, compte tenu du taux de progression évalué encore aujourd’hui à 40 %, on a sans doute déjà largement dépassé ce chiffre. [...]

Cela fait longtemps maintenant que le téléphone portable fait partie du paysage africain, avec ses surnoms et les nouvelles habitudes – et nuisances – que l’on trouve partout dans son sillage. En avoir un serait même une “obligation”, à lire le message de Charles de Kinshasa, “sinon on n’est pas dans le réseau”. Preuve s’il en était encore besoin de sa propagation fulgurante parmi les populations urbaines africaines, tous les entretiens audio enregistrés lors de cette enquête ont été réalisés grâce au cellulaire, nos témoins ne disposant d’aucun autre numéro pour les joindre. “Imaginez à la maison, nous raconte Abdoulaye de Ndjamena, nous sommes dix et sept ont un téléphone portable.” [...]

Dans des pays où la téléphonie fixe est presque inexistante [...], le mobile continue son implacable progression. L’association GSM, qui regroupe quelque 750 opérateurs à travers le monde, affirme d’ailleurs vouloir investir 50 milliards de dollars supplémentaires en Afrique subsaharienne pour “couvrir 90  % de la population d’ici les cinq prochaines années.” Autre signe de la concurrence entre les acteurs économiques sur cette zone, le rachat de 70  % de Ghana Telecom par le géant britannique Vodafone en juillet dernier pour la somme de 900  millions de dollars ! Marché en formidable expansion, le secteur du mobile a en outre un impact beaucoup plus fort en Afrique qu’ailleurs, selon Vanessa Gray du département des statistiques de l’Union Internationale des Télécommunications.

Bien sûr, le phénomène est très variable d’une région à l’autre. Comme pour l’Internet, ce sont les extrémités sud et nord du continent qui sont en tête pour le nombre d’abonnements avec respectivement 85  % et 53  % des personnes effectivement munies d’un téléphone contre un peu plus de 25  % pour l’Afrique subsaharienne. Entre un pays et un autre les écarts ne sont pas moins saisissants : moins de 2  % d’abonnements en Éthiopie contre près de 90  % au Gabon... [...]

Si les villes africaines résonnent de plus en plus des conversations bruyantes des abonnés au téléphone portable [...], les campagnes africaines en revanche sont encore très calmes. En 2007 selon l’UIT, 7  % des foyers africains disposent effectivement d’un téléphone mobile en zone rurale. Et si les endroits où l’on peut capter le signal sont de plus en plus étendus, 40  % de la population n’est pas encore couverte par un réseau de téléphonie mobile, soit plus de 300 millions de personnes. »

Article publié par Anne-Laure Marie sur le site Internet de Radio  France  International (RFI) le 22  octobre 2008.
Source : https://www.rfi.fr/actufr/articles/106/article_73839.asp

>  Montrez en quoi ces deux documents rendent compte de la situation contrastée du continent africain face au développement et à la mondialisation. Quel regard critique peut-on porter sur ces documents  ?

Lire la consigne

  • Le sujet reprend à l’identique la formulation d’une partie du programme. Il vous est donc demandé d’analyser en quoi les deux documents fournis permettent de rendre compte de la situation du continent africain au regard du développement et de la mondialisation.
  • Il vous est spécifiquement demandé de procéder à une analyse critique de ces documents. Rappelons que ce regard critique est indispensable, même quand la consigne ne le précise pas.

Analyser les documents

  • Le document 1 provient d’une source fiable  : le rapport RAMSES 2012, à partir de données issues du FMI. Il s’agit d’une carte par anamorphose représentant le PIB par État en 2011  : la géométrie des États du monde est déformée en fonction de leur PIB. Si l’unité est précisée (en Mds de $ courants), il s’agit surtout d’une «  carte à voir  », destinée à montrer d’un seul coup d’œil une idée générale.
  • Le document 2 est un texte de presse de 2008, tiré du site web de Radio France Internationale. Par là-même, il doit être pris avec beaucoup de précaution. Son sujet est le développement du téléphone mobile en Afrique.

Définir les axes de l’étude

Un premier axe d’étude peut porter sur la persistance de la pauvreté du continent africain, en introduisant cependant des nuances régionales. Un deuxième axe fera un bilan plus positif de la croissance et du développement en Afrique, en s’appuyant essentiellement sur le document  2 mais sans négliger de relever les limites énoncées dans le document. Un troisième axe se livrera à la critique des documents, en s’efforçant de dépasser leurs limites.

Pour lire la suite :