Le continent africain face au développement et à la mondialisation

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Afrique : les défis du développement
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2012 | Académie : Sujet zéro
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
&nbsp
Le continent africain face au  d&eacute veloppement et &agrave la mondialisation

L&rsquo Afrique  : les d&eacute fis du d&eacute veloppement

Corrig&eacute

45

G&eacute ographie

hgeT_1200_14_06C

Sujet z&eacute ro

&eacute tude critique de documents

Document 1

La richesse mondiale


Source  : RAMSES, 2012.

Document 2

Le t&eacute l&eacute phone portable en Afrique

&laquo   D&eacute fiant les sc&eacute narios les plus optimistes, l&rsquo Afrique comptabilisait plus de 267 millions d&rsquo abonnements au mobile fin 2007 et, compte tenu du taux de progression &eacute valu&eacute encore aujourd&rsquo hui &agrave 40 %, on a sans doute d&eacute j&agrave largement d&eacute pass&eacute ce chiffre. [...]

Cela fait longtemps maintenant que le t&eacute l&eacute phone portable fait partie du paysage africain, avec ses surnoms et les nouvelles habitudes &ndash et nuisances &ndash que l&rsquo on trouve partout dans son sillage. En avoir un serait m&ecirc me une &ldquo obligation&rdquo , &agrave lire le message de Charles de Kinshasa, &ldquo sinon on n&rsquo est pas dans le r&eacute seau&rdquo . Preuve s&rsquo il en &eacute tait encore besoin de sa propagation fulgurante parmi les populations urbaines africaines, tous les entretiens audio enregistr&eacute s lors de cette enqu&ecirc te ont &eacute t&eacute r&eacute alis&eacute s gr&acirc ce au cellulaire, nos t&eacute moins ne disposant d&rsquo aucun autre num&eacute ro pour les joindre. &ldquo Imaginez &agrave la maison, nous raconte Abdoulaye de Ndjamena, nous sommes dix et sept ont un t&eacute l&eacute phone portable.&rdquo [...]

Dans des pays o&ugrave la t&eacute l&eacute phonie fixe est presque inexistante [...], le mobile continue son implacable progression. L&rsquo association GSM, qui regroupe quelque 750 op&eacute rateurs &agrave travers le monde, affirme d&rsquo ailleurs vouloir investir 50 milliards de dollars suppl&eacute mentaires en Afrique subsaharienne pour &ldquo couvrir 90  % de la population d&rsquo ici les cinq prochaines ann&eacute es.&rdquo Autre signe de la concurrence entre les acteurs &eacute conomiques sur cette zone, le rachat de 70  % de Ghana Telecom par le g&eacute ant britannique Vodafone en juillet dernier pour la somme de 900  millions de dollars ! March&eacute en formidable expansion, le secteur du mobile a en outre un impact beaucoup plus fort en Afrique qu&rsquo ailleurs, selon Vanessa Gray du d&eacute partement des statistiques de l&rsquo Union Internationale des T&eacute l&eacute communications.

Bien s&ucirc r, le ph&eacute nom&egrave ne est tr&egrave s variable d&rsquo une r&eacute gion &agrave l&rsquo autre. Comme pour l&rsquo Internet, ce sont les extr&eacute mit&eacute s sud et nord du continent qui sont en t&ecirc te pour le nombre d&rsquo abonnements avec respectivement 85  % et 53  % des personnes effectivement munies d&rsquo un t&eacute l&eacute phone contre un peu plus de 25  % pour l&rsquo Afrique subsaharienne. Entre un pays et un autre les &eacute carts ne sont pas moins saisissants : moins de 2  % d&rsquo abonnements en &Eacute thiopie contre pr&egrave s de 90  % au Gabon... [...]

Si les villes africaines r&eacute sonnent de plus en plus des conversations bruyantes des abonn&eacute s au t&eacute l&eacute phone portable [...], les campagnes africaines en revanche sont encore tr&egrave s calmes. En 2007 selon l&rsquo UIT, 7  % des foyers africains disposent effectivement d&rsquo un t&eacute l&eacute phone mobile en zone rurale. Et si les endroits o&ugrave l&rsquo on peut capter le signal sont de plus en plus &eacute tendus, 40  % de la population n&rsquo est pas encore couverte par un r&eacute seau de t&eacute l&eacute phonie mobile, soit plus de 300 millions de personnes. &raquo

Article publi&eacute par Anne-Laure Marie sur le site Internet de Radio  France  International (RFI) le 22  octobre 2008.
Source : https://www.rfi.fr/actufr/articles/106/article_73839.asp

&gt   Montrez en quoi ces deux documents rendent compte de la situation contrast&eacute e du continent africain face au d&eacute veloppement et &agrave la mondialisation. Quel regard critique peut-on porter sur ces documents  ?

Lire la consigne

  • Le sujet reprend &agrave l&rsquo identique la formulation d&rsquo une partie du programme. Il vous est donc demand&eacute d&rsquo analyser en quoi les deux documents fournis permettent de rendre compte de la situation du continent africain au regard du d&eacute veloppement et de la mondialisation.
  • Il vous est sp&eacute cifiquement demand&eacute de proc&eacute der &agrave une analyse critique de ces documents. Rappelons que ce regard critique est indispensable, m&ecirc me quand la consigne ne le pr&eacute cise pas.

Analyser les documents

  • Le document 1 provient d&rsquo une source fiable  : le rapport RAMSES 2012, &agrave partir de donn&eacute es issues du FMI. Il s&rsquo agit d&rsquo une carte par anamorphose repr&eacute sentant le PIB par &Eacute tat en 2011  : la g&eacute om&eacute trie des &Eacute tats du monde est d&eacute form&eacute e en fonction de leur PIB. Si l&rsquo unit&eacute est pr&eacute cis&eacute e (en Mds de $ courants), il s&rsquo agit surtout d&rsquo une &laquo   carte &agrave voir  &raquo , destin&eacute e &agrave montrer d&rsquo un seul coup d&rsquo &oelig il une id&eacute e g&eacute n&eacute rale.
  • Le document 2 est un texte de presse de 2008, tir&eacute du site web de Radio France Internationale. Par l&agrave -m&ecirc me, il doit &ecirc tre pris avec beaucoup de pr&eacute caution. Son sujet est le d&eacute veloppement du t&eacute l&eacute phone mobile en Afrique.

D&eacute finir les axes de l&rsquo &eacute tude

Un premier axe d&rsquo &eacute tude peut porter sur la persistance de la pauvret&eacute du continent africain, en introduisant cependant des nuances r&eacute gionales. Un deuxi&egrave me axe fera un bilan plus positif de la croissance et du d&eacute veloppement en Afrique, en s&rsquo appuyant essentiellement sur le document  2 mais sans n&eacute gliger de relever les limites &eacute nonc&eacute es dans le document. Un troisi&egrave me axe se livrera &agrave la critique des documents, en s&rsquo effor&ccedil ant de d&eacute passer leurs limites.