Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : L'Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud
Type : Composition | Année : 2014 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales
 
 

L’Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud

hgeT_1400_00_22C

Géographie

30

CORRIGE

 

Sujet inédit

composition

  • Le sujet porte sur le continent américain dans son ensemble (Amérique du Nord et Amérique latine). Il vous invite à mettre en évidence deux dynamiques particulières qui l’affectent : les tensions géopolitiques et le processus de rapprochement entre les différents États.
  • La problématique ne doit pas se confondre avec l’annonce du plan, en partie suggéré par le libellé du sujet. Vous ne pouvez donc pas vous contenter d’une simple reformulation de ce dernier.
  • Un plan de type analytique vous permettra de répondre à la problématique : vous présenterez les différents contrastes du continent américain puis les tensions qui en résultent, avant de décrire les initiatives d’intégration régionale qui tendent à les atténuer.
Corrigé

Définir la problématique d’une composition en géographie

1 La problématique sert de fil conducteur à votre devoir. Elle se présente sous la forme d’une question auquel ce dernier répond. Faites en sorte qu’elle soit à la fois claire et concise : évitez les questions composées (ex. : « Comment… et pourquoi… ? »).

2 Vous devez la formuler à partir du libellé du sujet et de vos connaissances personnelles. Elle met en évidence le problème fondamental soulevé, explicitement ou implicitement, par le sujet. Ici, la notion de dynamiques spatiales est à inclure dans votre question.

3 Vous intégrerez la problématique dans votre introduction, après une brève accroche et la définition du sujet. L’annonce du plan, qui correspond aux différentes étapes de la réponse, la suivra.

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

 

Info

En septembre 1973, le président socialiste Salvador Allende est renversé par une junte militaire dirigée par le général Pinochet.

[Accroche et présentation du sujet] En septembre 2013, la commémoration du quarantième anniversaire du coup d’État du général Pinochet au Chili, soutenu par les États-Unis et les dictatures d’Amérique latine, a rappelé la forte interdépendance entre les États du continent américain. En effet, l’Amérique du Nord et l’Amérique latine sont toujours le théâtre de tensions géopolitiques mais également de tentatives de rapprochements entre États.

[Problématique et annonce du plan] C’est pourquoi l’on peut se poser la question suivante : quelles dynamiques spatiales affectent le continent américain ? Pour y répondre, nous présenterons d’abord les nombreux contrastes qui le structurent, puis les tensions qui le divisent, avant de montrer les formes d’intégration régionale qui atténuent ces divisions.

I. Un continent aux multiples contrastes

 

Définition

La limite Nord-Sud distingue les pays développés (IDH supérieur à 0,8) des pays en développement (IDH inférieur à 0,8). Elle est aujourd’hui contestée.

1. Des contrastes de développement

  • À l’échelle continentale, la limite Nord-Sud oppose les États d’Amérique du Nord (États-Unis, Canada) aux États d’Amérique latine. Parmi ces derniers, on trouve des pays émergents (comme le Mexique ou le Brésil), des pays intermédiaires et un PMA (Haïti).
 

Gagnez des points !

La prise en compte de différentes échelles permet de montrer les différentes dimensions d’un même phénomène.

  • À l’échelle nationale, des espaces bien intégrés à la mondialisation (régions littorales et métropolitaines) contrastent avec des espaces en marge (régions intérieures et rurales). Au Brésil, le Sudeste s’oppose ainsi à des périphéries peu dynamiques (Nordeste, Amazonie).
  • À l’échelle locale, en particulier intra-urbaine, cbd et quartiers résidentiels côtoient des bidonvilles (ex. : São Paulo).

2. Des contrastes culturels

  • L’Amérique du Nord est majoritairement anglo-saxonne et protestante ; l’Amérique centrale et du Sud, latine et catholique.
  • Cependant la présence de minorités culturelles rend la situation plus ­complexe (ex. : Hispaniques aux États-Unis, Amérindiens en Amérique latine).

3. Des contrastes politiques et géopolitiques

  • L’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud comprennent un nombre limité d’États, tandis que l’Amérique centrale est très morcelée.
  • De plus, différents types de régimes politiques coexistent : si les démocraties dominent au Nord comme au Sud (Canada, États-Unis, Brésil, Argentine), des régimes autoritaires, pour certains socialistes, subsistent (Cuba, Venezuela, Panama).

II. Un continent sous tension

1. Le rejet de l’impérialisme américain

 

Info

En 1823, le président des États-Unis James Monroe affirme que l’Amérique latine doit rester sous l’influence états-unienne.

  • Depuis le xixe siècle (doctrine Monroe), les États-Unis exercent une forte influence économique et géopolitique sur l’Amérique latine. La guerre froide a renforcé cette hégémonie (soutien aux dictatures militaires anticommunistes).
  • Actuellement, ils sont toujours très présents et actifs sur l’ensemble du continent : IIe flotte dans l’océan Atlantique, base militaire de Guantanamo, aide à la lutte contre les narcotrafiquants en Colombie, etc.
  • Cette hégémonie nourrit un fort sentiment anti-américain entretenu par certains dirigeants (feu Hugo Chavez au Venezuela, Evo Morales en Bolivie, Raul Castro à Cuba). Néanmoins, le mode de vie américain reste très attractif pour les populations du continent (ex. : influence des séries télévisées états-uniennes).

2. Des tensions internationales en voie de règlement

  • Il n’existe plus de conflits ouverts entre États ; le dernier en date, réglé en 1995, opposait l’Équateur et le Pérou.
  • Les contentieuxdiplomatiques sont souvent liés au contrôle des ressources naturelles (ex. : entre la Bolivie et le Chili pour l’accès à la mer).

3. De fortes tensions internes

  • Les conflits politiques se sont estompés depuis les années 1980, à l’exception de la Colombie où le gouvernement lutte toujours contre la guérilla marxiste des FARC.
  • En revanche, le trafic de drogue, contrôlé par des cartels, génère de nombreuses violences dans des États touchés par la pauvreté (Mexique, Salvador, Colombie).

III. Un continent en voie d’intégration

1. De nombreuses organisations régionales

 

Définition

Une zone de libre-échange est un espace de libre circulation des marchandises entre plusieurs États.

  • Deux zones de libre-échange dominent : l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) qui regroupe le Canada, les États-Unis et le Mexique ; le Mercosur (Marché commun du Sud) qui associe le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay et le Venezuela.
  • D’autres organisations économiques, moins complètes, existent, comme l’UNASUR (Union des nations sud-américaines) qui réunit les États d’Amérique du Sud autour de projets touchant les transports et l’énergie.
  • L’OEA (Organisation des États américains) associe l’ensemble des États du continent mais n’a qu’une vocation politique (promouvoir la démocratie) et sécuritaire (lutter contre les trafics).

2. Des flux de plus en plus intenses

  • Au sein des organisations économiques régionales, les flux commerciaux sont de plus en plus importants (multiplication par 10 dans le MERCOSUR entre 1990 et 2010). Cependant, ils profitent surtout aux grandes puissances économiques (États-Unis et Brésil).
  • Les flux de capitaux sont largement orientés Nord-Sud (ex. : investissements des ftn états-uniennes au Mexique).
  • Les flux migratoires s’organisent autour des États-Unis, principal foyer d’immigration continentale. 50 % de ceux qui migrent vers ce pays proviennent d’Amérique latine (Mexique et Amérique centrale principalement).

3. Les limites de l’intégration régionale

 

Info

Cet exemple est représentatif d’une tendance à la fermeture de certaines frontières au début du xxie siècle.

  • Des obstacles à la libre circulation des hommes subsistent. La frontière mexaméricaine devient une barrière de plus en plus difficile à franchir (construction de murs surveillés par des patrouilles).
  • L’intégration de l’ensemble du continent semble une perspective lointaine. Ainsi, le projet de ZLEA (Zone de libre-échange des Amériques), soutenu par les États-Unis, a été rejeté par de nombreux États d’Amérique du Sud, comme le Brésil.
  • Certains territoires et certaines populations restent en marge, comme les Amérindiens au Guatemala.

Conclusion

[Réponse à la problématique] Le continent américain se caractérise par de forts contrastes économiques, culturels et politiques, qui nourrissent des tensions géopolitiques et sociales aux échelles aussi bien continentale que nationale. Cependant, des dynamiques d’intégration régionale sont à l’œuvre autour des États-Unis et du Brésil.

[Ouverture] Ce processus nourrit une vive rivalité entre ces deux puissances. Chacune d’entre elles, en effet, cherche à conserver ou étendre sa sphère d’influence sur le continent.