Le génocide des Juifs et des Tziganes : de la mémoire occultée aux mémoires plurielles ?

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Les mémoires : lecture historique
Type : Composition | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Le génocide des Juifs et des Tziganes  : de la mémoire occultée aux mémoires plurielles  ?

Les mémoires  : lecture historique

Corrigé

3

Histoire

hgeT_1200_00_03C

Sujet inédit

composition

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

  • Comme dans toute composition, vous devez définir les termes importants du sujet et en délimiter les périodes chronologiques, et si besoin, les limites spatiales. Ici, le sujet renvoie à la fois à une notion (la mémoire) et à une période précise (la Seconde Guerre mondiale), dans le cadre de la France de 1945 à nos jours.
  • Vous devez donc impérativement présenter la notion de mémoire, et montrer que celle-ci n’est pas figée dans le temps, mais qu’elle évolue.
  • Insistez aussi sur le fait que la mémoire d’un événement n’est jamais unique  : elle est toujours le fait d’individus, de groupes divers qui ont assisté à l’événement sans en avoir le même vécu ou le même ressenti.
  • Il faut mettre en évidence les enjeux de la mémoire dans la société française actuelle.
  • Dans un sujet traitant du thème de la mémoire, il est indispensable de citer les principaux travaux des historiens qui se sont intéressés à cette question.
  • Citer des titres d’œuvres cinématographiques est toujours bienvenu dans une composition. Le sujet s’y prête  : pensez par exemple à Nuit et Brouillard d’Alain Resnais et Jean Cayrol, ou à Shoah de Claude Lanzmann.

Dégager la problématique

Le caractère tardif de la construction de la mémoire des génocides doit apparaître dans la problématique. Nous vous proposons donc celle-ci  : en quoi peut-on dire que les mémoires des génocides ont mis du temps à se faire jour  ?

Définir le plan

Le sujet invitant à rendre compte d’une évolution, le plan chronologique s’impose. Il s’organise en trois parties correspondant à trois périodes  :

I. Une mémoire d’abord occultée et fondue dans la mémoire de la Résistance (1945-années  1960)

II. La mémoire juive du génocide revendique sa place dans la mémoire du second conflit mondial (années 1960-années  1990)

III. Les mémoires multiples de la Seconde Guerre mondiale (début des années 1990)