Le gouvernement de la République face à la crise de mai 1968

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Gouverner un Etat-nation : la France depuis 1946
Type : Composition | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Le gouvernement de la République face  à la crise de mai  1968

L’échelle de l’État-nation

Corrigé

22

Histoire

hgeT_1200_00_21C

Sujet inédit

composition

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

Le sujet porte sur le «  gouvernement  » (mot clé) de la République. Celui-ci est incarné par le Président, le général de Gaulle, et le Premier ministre Georges Pompidou. Mais l’analyse doit se limiter à son action dans le cadre de la crise de mai  1968. Le «  face à…  » de l’énoncé est essentiel  : il invite à évaluer la capacité que le pouvoir exécutif a eu de gérer le soulèvement étudiant, la grève générale de la période et leurs prolongements politiques.

Dégager la problématique

À travers l’analyse des décisions ou actions du gouvernement, le sujet conduit à s’interroger sur l’habileté (ou le manque d’habileté) des responsables de l’exécutif français. Ont-ils su faire face  ? Au-delà des personnes, c’est la fonctionnalité même des institutions qui doit être posée. Conçue pour donner à l’exécutif les moyens de résoudre une situation de crise (celle de l’Algérie en 1958), la Ve République a-t-elle répondu aux attentes de son fondateur  ?

Définir le plan

La crise ayant été polymorphe (révolte étudiante, mouvement social, crise politique), un plan thématique permettrait d’analyser l’action du gouvernement face à ses différents aspects. Mais le décalage dans le temps entre les mouvements de revendications d’une part, les hésitations des autorités d’autre part, font apparaître des périodes qui invitent à privilégier un plan chronologique. Ainsi, trois moments peuvent être successivement analysés  : la première quinzaine de mai, temps de la crise étudiante qui surprend un exécutif dépassé  la seconde quinzaine marquée par la grève générale que le gouvernement s’efforce de gérer de façon classique, mais sans succès  la fin mai-début juin, moment où de  Gaulle réagit en prenant des mesures d’exception qui lui permettent de rétablir l’ordre public. Épilogue de la crise, le référendum de 1969, dont le principe fut arrêté pendant le mois de mai  1968, peut être évoqué en fin de composition.

Pour lire la suite :