Le Moyen-Orient à l’ère nucléaire

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Un foyer de conflits : le Proche et le Moyen-Orient depuis 1945
Type : Analyse de document | Année : 2017 | Académie : Pondichéry

 

hgeT_1704_12_00C

13

Pondichéry • Avril 2017

analyse de document

Le Moyen-Orient à l’ère nucléaire

En analysant le document, identifiez et expliquez les facteurs qui font du Proche et Moyen-Orient un foyer de conflits.

Document Introduction d’un rapport du Sénat français le 22 septembre 2008

Si l’Iran arrivait à se doter de l’arme nucléaire, comme l’Occident lui en prête l’ambition, une nucléarisation de l’ensemble de la région, qui n’a pas été déclenchée par la nucléarisation d’Israël, serait cette fois-ci à redouter.

Il y a ensuite, dans le temps long, un retour du religieux dans toute la région. […] La réislamisation est vraisemblablement une mutation du « panarabisme », ce rêve de l’unité du monde arabe porté avec panache par Gamal Abdel Nasser, qui s’est fracassé sur les défaites de l’Égypte et de ses alliés arabes face à Israël. […]

Vu de près, le tableau est plus nuancé. D’abord, parce que le fait nucléaire n’est pas une nouveauté au Moyen-Orient. Israël posséderait la bombe atomique depuis la fin des années 1960. […] Ensuite parce que l’Islam ne désigne pas un camp, mais une religion qui divise autant qu’elle unit les pays musulmans de la région.

[…] En quoi la partie qui est en train de se jouer au Moyen-Orient concerne-t-elle l’Europe ? Il y a, bien sûr, l’énergie et les intérêts commerciaux. L’Europe dépend du Moyen-Orient pour ses importations de pétrole et de gaz. Inversement, l’Europe exporte quantité de biens et de services vers cette région. […]

Il y a ensuite la sécurité. Le terrorisme inquiète de la même façon Européens, Américains et gouvernements du Moyen-Orient. De jeunes Européens prennent le chemin des madrasas, au Yémen ou ailleurs, tandis que d’autres meurent dans des attentats au Caire, à Londres ou à Madrid.

Le Moyen-Orient à l’ère nucléaire, rapport de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat français, p. 9

Les clés du sujet

Lire la consigne

La consigne de cette analyse de document vous invite à présenter les raisons qui font du Proche et Moyen-Orient un foyer de conflits.

Les termes « identifiez » et « expliquez » vous enjoignent à faire preuve de précision lors de cette présentation. Vos connaissances de cours vous permettront d’expliciter le propos de l’auteur de façon judicieuse.

Observer le document

Le document qui vous est proposé est un extrait de rapport officiel de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat français, publié le 22 septembre 2008. Il s’inscrit dans le contexte de la crise du programme nucléaire iranien qui oppose l’Iran du président Ahmadinejad aux pays occidentaux.

Ce texte présente de façon très claire les différents facteurs qui font du Proche et Moyen-Orient une région conflictuelle, notamment à l’échelle mondiale.

Définir les axes de l’analyse

Pour répondre à la consigne, il est plus pertinent d’adopter un plan thématique, d’autant plus qu’il est suggéré par la structure du texte.

Vous présenterez ainsi les facteurs géopolitiques, culturels puis économiques de conflits au Proche et Moyen-Orient.

Corrigé

Corrigé

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

Info

L’AIEA est une organisation internationale onusienne chargée de limiter les programmes nucléaires militaires.

[Présentation du document] Le document soumis à notre étude est un extrait d’un rapport du Sénat français intitulé Le Moyen-Orient à l’ère nucléaire, rédigé par la commission des Affaires étrangères. Il date du 22 septembre 2008, en pleine crise du nucléaire iranien qui oppose le président iranien Ahmadinejad aux pays occidentaux membres de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique). Ce texte présente notamment les dangers de nucléarisation de la région.

[Problématique et annonce du plan] Nous l’analyserons pour répondre à la question suivante : quels facteurs font du Proche et Moyen-Orient un foyer de conflits ? Ainsi, nous présenterons d’abord les facteurs géopolitiques, les facteurs culturels puis les facteurs économiques.

I. Les facteurs géopolitiques

1. La question du nucléaire iranien

Selon les auteurs du rapport, le développement du programme nucléaire militaire de l’Iran menace l’équilibre régional, car il risque d’inciter d’autres pays à suivre cette voie (1re phrase).

Cependant, le rapport relativise ce risque en rappelant que la nucléarisation d’Israël à la fin des années 1960 n’a pas eu cet effet (3e paragraphe).

2. L’essor du terrorisme

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, le terrorisme est une préoccupation internationale autant que régionale (« Le terrorisme […] Moyen-Orient »). En effet, il menace les intérêts occidentaux et les États qui les relaient, comme l’Égypte.

Attention !

En 2008, l’organisation État islamique n’est pas encore un acteur géopolitique majeur.

Comme le rappelle la dernière phrase, la région est un lieu de formation pour des apprentis djihadistes européens, formés dans des écoles coraniques (les madrasas) et pilotés par l’organisation Al-Qaïda qui a revendiqué de nombreux attentats au début des années 2000.

II. Les facteurs culturels

1. « Un retour du religieux »…

Le texte évoque une « réislamisation » du Proche et Moyen-Orient. En effet, depuis la fin des années 1970, on assiste à l’essor des mouvements islamistes.

C’est le cas en Égypte, évoquée à plusieurs reprises, où les Frères musulmans défendent le modèle d’une société fondée sur les préceptes coraniques contre les valeurs occidentales.

2. … fruit de l’échec du panarabisme ?

L’essor de l’islamisme est présenté comme le substitut du panarabisme porté par Nasser, qui n’a pas résisté aux défaites des pays arabes face à Israël.

Gagnez des points !

Vous devez expliquer clairement la division entre pays musulmans à laquelle le texte fait allusion.

Ce mouvement serait ainsi source de confrontation entre les pays musulmans et l’État hébreu, soutenu par ses alliés occidentaux. Cependant, comme l’indique le troisième paragraphe, le monde musulman n’est pas un ensemble politique homogène : la division entre États à majorité sunnite, comme l’Arabie Saoudite, et États à majorité chiite, comme l’Iran, le montre.

III. Les facteurs économiques

1. Les richesses énergétiques

Le Moyen-Orient recèle deux tiers des réserves pétrolières mondiales et d’importantes réserves gazières. Comme le rappelle le quatrième paragraphe, les pays occidentaux restent très dépendants de cette région pour leur approvisionnement en hydrocarbures.

La sécurisation de cet approvisionnement passe donc par la nécessaire stabilité régionale. Même s’il apparaît à la fin du texte, cet enjeu est primordial.

2. Les intérêts commerciaux européens

Comme le souligne l’avant-dernier paragraphe, le Moyen-Orient est un partenaire commercial important pour les États européens : exportatrice d’hydrocarbures, la région est importatrice de produits industriels (ex. : avions, armes) et de services (ex. : ingénierie).

Gagnez des points !

N’hésitez pas à utiliser vos connaissances pour montrer les limites du texte.

En revanche, le texte ne mentionne pas le rôle de carrefour commercial mondial joué par l’ensemble du Proche et Moyen-Orient, particulièrement avec le canal de Suez.

Conclusion

[Réponse à la problématique] Ainsi, ce document montre que les conflits au Proche et Moyen-Orient s’expliquent par des facteurs très divers, à la fois géopolitiques, culturels et économiques.

[Critique du document] Son principal intérêt est de situer le problème du nucléaire iranien dans un contexte global. Cependant, en raison de son origine, il élude les responsabilités des pays occidentaux.