Le phénotype immunitaire et son évolution

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Quelques aspects de la réaction immunitaire
Type : Restitution des connaissances | Année : 2017 | Académie : Inédit

 

svtT_1705_00_03C

47

QCM no 9 • FESIC 2017

Quelques aspects de la réaction immunitaire

Le phénotype immunitaire et son évolution

document 1 Représentation schématique de deux variants du virus de la grippe

a. Variant 1 du virus de la grippe

svtT_1705_00_03C_01

b. Variant 2 du virus de la grippe (ce variant présente certains antigènes différents du variant 1)

svtT_1705_00_03C_02

document 2 Étude du taux d’anticorps chez un individu mis en contact avec le virus de la grippe à deux reprises ; la première fois à l’âge de 2 ans puis à l’âge de 5 ans

En abscisse sont indiqués les différents antigènes contre lesquels sont dirigés les anticorps.

a. Taux d’anticorps produits par l’individu à l’âge de 2 ans

svtT_1705_00_03C_03

b. Taux d’anticorps produits par l’individu à l’âge de 5 ans

svtT_1705_00_03C_04

Répondez par vrai ou faux.

a) Le document 2 montre que la réponse primaire à un virus n’est pas spécifique.

b) Quand l’individu est âgé de 5 ans, la production d’anticorps anti-C est plus importante, car il s’agit d’une protéine exposée à la surface du virus.

c) Chez l’individu infecté pour la deuxième fois par un variant du virus de la grippe, la production d’anticorps anti-A et anti-C traduit une réponse secondaire qui fait intervenir des cellules mémoires LT et LB.

d) Cette réponse à une deuxième infection par un virus grippal montre l’importance du choix de la souche virale utilisée pour le vaccin contre la grippe saisonnière.

Corrigé

Corrigé

a) Faux. À la suite d’une infection par le variant 1 du virus de la grippe, l’individu a produit quatre types d’anticorps, reconnaissant chacun un antigène du variant 1. C’est la réaction primaire. Chaque type d’anticorps ne reconnaît qu’un antigène, ce qui indique que la réponse primaire est spécifique.

Toutefois, si l’on considère globalement les variants 1 et 2, qui possèdent en commun les antigènes A et C, la réponse primaire au variant 2 produit aussi des anticorps anti-A et anti-C. Puisque la réponse primaire aux variants 1 et 2 produit les mêmes anticorps, anti-A et anti-C, elle n’est pas spécifique d’un variant pour ces antigènes. Compte tenu de ces explications, répondre « vrai » à cette première proposition pourrait être considéré comme correct.

b) Faux. La protéine antigénique C n’est pas exposée à la surface du virus, mais se trouve à l’intérieur de la capside du virus. En outre, la production importante d’anticorps C n’est pas due à la situation de la protéine chez le virus, mais à une réponse immunitaire secondaire (voir réponse à la question c).

c) Vrai. La réaction primaire contre le variant 1 a produit non seulement des anticorps anti-A et anti-C mais aussi des lymphocytes B mémoires et des lymphocytes T4 mémoires spécifiques des antigènes A et C. Ce sont ces cellules mémoires qui, au cours de l’infection par le variant 2, sont à l’origine d’une réaction immunitaire secondaire se traduisant par une production importante des anticorps anti-A et anti-C.

d) Vrai. La souche vaccinale doit, si possible, posséder les mêmes antigènes que ceux du virus qui risque d’infecter l’individu vacciné. Ainsi, cet individu aura non seulement des anticorps spécifiques des antigènes du variant infectieux, mais aussi des lymphocytes mémoires spécifiques, permettant une réponse secondaire rapide et importante. Il bénéficiera d’une protection efficace.