Le PIB, un indicateur imparfait

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Croissance, fluctuations et crises
Type : Raisonnement sur un dossier documentaire | Année : 2017 | Académie : Nouvelle-Calédonie


Nouvelle-Calédonie • Novembre 2017

raisonnement • 10 points

Le PIB, un indicateur imparfait

> À l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que le PIB est un indicateur imparfait.

document 1 Quelques données, pour quelques pays, en 2013

Pays

Revenu national brut1 par habitant (en dollars PPA2 en 2011)

IDH

Rang de classement

selon le revenu
national brut par habitant

selon l’indice de développement humain

Norvège

63 909

0,944

6

1

Émirats arabes unis

58 068

0,827

8

40

Danemark

42 880

0,900

16

10

Australie

41 524

0,933

20

2

France

36 629

0,884

25

20

Pologne

21 487

0,834

51

35

Égypte

10 400

0,682

94

110

Madagascar

1 333

0,498

174

155

Source : PNUD, Rapport sur le développement humain, 2014.

1. Revenu national brut = PIB – revenus versés au reste du monde + revenus reçus du reste du monde.

2. Parité de pouvoir d’achat : mode de calcul du taux de change entre plusieurs monnaies consistant à mesurer le coût d’un panier de biens et de services identiques achetés dans chacune des monnaies des pays concernés.

document 2

[Le] temps est venu d’adapter notre système de mesure de l’activité économique afin de mieux refléter les changements structurels qui caractérisent l’évolution des économies modernes. La part croissante des services et la production de biens de plus en plus complexes font […] qu’il est plus difficile qu’auparavant de mesurer les volumes produits et les performances économiques. […]

Dans certains pays et certains secteurs, l’accroissement de la « production » tient davantage à l’amélioration qualitative des biens produits et consommés qu’à leur quantité. Rendre compte du changement qualitatif représente un formidable défi, mais est essentiel pour mesurer le revenu et la consommation réels, facteurs déterminants du bien-être matériel des personnes. […]

Les pouvoirs publics jouent un rôle important dans les économies contemporaines. Les services qu’ils offrent sont soit de nature « collective » comme la sécurité soit de nature plus « individuelle » comme les prestations de santé ou l’enseignement. […] Ces services […] restent toutefois mal mesurés dans de nombreux cas. Traditionnellement, les mesures reposent sur les dépenses mises en œuvre pour les produire (nombre de médecins, par exemple) davantage que sur les résultats réels produits (comme le nombre de prestations de santé dispensées). […]

En dépit des déficiences de nos outils de mesure de la production, nous en savons davantage sur la production que sur le bien-être. […] Il existe un écart croissant entre les informations véhiculées par les données agrégées du PIB et celles qui importent vraiment pour le bien-être des individus. Il faut, en d’autres termes, s’attacher à élaborer un système statistique qui complète les mesures de l’activité marchande par des données relatives au bien-être des personnes et des mesures de la soutenabilité.

Joseph E. Stiglitz, Amartya Sen, Jean-Paul Fitoussi, Rapport de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social, 2009.

document 3 Part du PIB national correspondant à l’économie non observée1 selon l’OCDE en 2012 (en % du PIB)

sesT_1711_11_00C_01

Source : www.economie.gouv.fr

1. Activités qui ne sont pas couvertes par les enquêtes statistiques (principalement économie souterraine légale ou illégale, production pour son propre compte), mais qui sont néanmoins estimées et intégrées au PIB.

Les clés du sujet

Entrer dans le sujet

Le PIB ou produit intérieur brut est un agrégat qui mesure la production marchande et non marchande réalisée par le travail rémunéré d’agents économiques résidant sur le territoire. Il est un indicateur de l’activité économique au cours d’une année, mais il ne prend en compte que ce qui est mesurable monétairement.

Comprendre les documents

Le document 1 permet de comparer le niveau de vie et l’indice de développement humain (IDH) de pays ayant des niveaux de développement différents. Le niveau de vie, mesuré par le revenu national brut par habitant, dépend du PIB ainsi que du nombre d’habitants. L’IDH est un indicateur composite qui prend en compte le niveau de vie, l’accès à l’éducation et à la santé. Il est inférieur à 1, et plus il est proche de 1, plus on considérera que le pays est développé. Le document permet de constater des différences dans le classement des pays en fonction des indicateurs utilisés.

Le document 2 met l’accent sur les imperfections du PIB. D’une part, il mesure mal l’évolution qualitative de la production, les services étant de plus en plus nombreux et les biens de plus en plus sophistiqués. D’autre part, la mesure de la production non marchande, principalement celle des collectivités publiques, est insuffisante.

Dans le document 3, on compare, pour un certain nombre de pays, la part estimée du PIB d’activités (économie souterraine, autoconsommation) dont la mesure est très incertaine, ce qui tend à sous-évaluer le PIB.

Définir le plan

Nous montrerons que le PIB ne mesure qu’une partie des richesses créées et qu’il reste insuffisant pour évaluer le bien-être de la population.