Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis 1945

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Un foyer de conflits : le Proche et le Moyen-Orient depuis 1945
Type : Composition | Année : 2014 | Académie : Inédit

 

France métropolitaine • Juin 2016

composition

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis 1945

Les clés du sujet

Le sujet porte sur un ensemble géographique allant de l’Égypte à l’Iran d’est en ouest, et du sud du Caucase à la péninsule Arabique, du nord au sud. Il couvre la période qui va de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours.

Comme vous y invite l’intitulé du programme (thème 2, question 2), la problématique que vous dégagerez doit montrer en quoi cet ensemble est un foyer majeur de conflits durant cette période.

Trois solutions s’offrent à vous : opter pour un plan thématique, un plan chronologique ou combiner les deux (plan chrono-thématique). Compte tenu de l’ampleur du sujet, vous ne chercherez pas à être exhaustif ; au contraire, vous vous limiterez à l’essentiel.

Corrigé

Corrigé

Point méthode

Construire un plan chronologique

1 Un plan chronologique est particulièrement adapté pour rendre compte d’une évolution sur une période de longue durée (ici de 70 ans environ).

2 Déterminez d’abord la ou les dates charnières de cette évolution, c’est-à-dire celles qui constituent des moments de rupture. Dans le cas présent, l’année 1991, caractérisée par la fin de la guerre froide et la victoire de la coalition internationale dans la guerre du Golfe, peut être retenue. C’est en fonction de cette date que vous construirez chacune de vos grandes parties (de 1945 à 1991 ; de 1991 à nos jours).

3 Ensuite, à l’intérieur de chaque partie, vous ferez la liste des informations que vous aurez à développer. Suivant les cas, vous pourrez procéder chronologiquement ou thématiquement.

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche et présentation du sujet] Les frappes de la coalition internationale contre l’État islamique en Syrie depuis 2014 nous rappellent que le Proche et le Moyen-Orient restent un foyer de conflits majeur à l’échelle mondiale. Ainsi la région est d’abord dominée par les Britanniques et les Français dans les années 1920-1930, ce qui est source de nombreuses tensions. À partir de 1945, période marquée par le déclin des puissances européennes au profit des États-Unis, crises et guerres se multiplient.

[Problématique et annonce du plan] En quoi les Proche et Moyen-Orient sont-ils un foyer de conflits majeur de 1945 à nos jours ? Nous présenterons d’abord les enjeux qui caractérisent cet ensemble géographique, puis l’évolution des conflits dans la région pendant et après la guerre froide.

I. Une région aux multiples enjeux

1. Des enjeux économiques

La région est une zone de passage et un carrefour entre l’Europe et l’Asie. Le percement du canal de Suez au xixe siècle a renforcé son importance stratégique aux yeux des puissances occidentales.

Le Moyen-Orient est la première région pétrolière du monde (deux tiers des réserves mondiales). À partir de 1945, la sécurisation de l’approvisionnement pétrolier devient un enjeu majeur pour les puissances occidentales.

La forte croissance démographique de la région pèse sur le développement économique et sur les ressources en eau, limitées en raison de l’aridité.

2. Des enjeux culturels

La région est caractérisée par une grande diversité ethnique et culturelle. Trois grands peuples dominent : les Arabes, les Turcs et les Perses. De plus, si l’islam est la religion majoritaire, deux grands courants s’opposent : le sunnisme et le chiisme. La présence de minorités chrétiennes et juives, parfois persécutées, accentue cette diversité religieuse.

Info

Jérusalem abrite notamment le mur des Lamentations, le Saint-Sépulcre et le dôme du Rocher.

 

Au Proche et au Moyen-Orient se trouvent des lieux saints des trois religions monothéistes : l’islam, le christianisme et le judaïsme. Jérusalem est l’enjeu de tensions entre Juifs et Arabes ; La Mecque et Médine, principaux lieux saints de l’islam, sont contrôlés par la dynastie saoudienne, ce que l’Iran remet en cause.

II. Un des théâtres de la guerre froide (1945-1991)

1. L’enjeu de la lutte d’influence américano-soviétique

Définition

Le mouvement panarabe ou panarabisme est un mouvement politique qui prône l’unité de tous les peuples arabes.

 

Dès la fin des années 1940, la région entre dans la logique des blocs : l’Arabie Saoudite, la Turquie, la Jordanie et Israël deviennent les alliés des États-Unis ; l’Égypte, la Syrie et l’Irak ceux de l’URSS. Cependant, le mouvement panarabe, porté par la Ligue arabe et Nasser en Égypte, tente, sans succès, d’échapper au monde bipolaire.

À partir de la fin des années 1970, les deux superpuissances voient leur influence reculer : en 1979, une révolution islamique en Iran rejette dos à dos modèle américain et modèle communiste ; de 1980 à 1988, la guerre Iran-Irak échappe en partie à leur contrôle.

2. Les guerres israélo-arabes

La naissance de l’État d’Israël en 1948, suite à l’échec du plan de partage de l’ONU et au retrait britannique, provoque une série de guerres entre l’État hébreu et ses voisins arabes (Égypte, Syrie, Jordanie) : guerre de 1948-1949 ; guerre des Six Jours (1967) ; guerre du Kippour (1973).

En 1979, sous l’impulsion des États-Unis, un traité de paix est signé entre Israël et l’Égypte. Il est rejeté par les autres pays arabes.

3. Le problème palestinien

Les Palestiniens sont un peuple sans État : ils émigrent massivement d’Israël vers les États voisins en 1948. À la suite des conquêtes israéliennes de 1967, 1,5 million d’entre eux vivent sous l’autorité de l’État hébreu.

Dans ce contexte se développe un nationalisme palestinien qui aboutit à la création de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en 1964, bientôt dirigée par Yasser Arafat. Ayant fait le choix de la lutte armée puis du terrorisme, cette organisation se retrouve en guerre contre Israël. En 1987 débute la première intifada.

De plus, l’activisme palestinien participe à la déstabilisation du Liban qui entre dans quinze années de guerre civile (1975-1990).

III. Une région au cœur des nouveaux enjeux mondiaux (depuis 1991)

1. L’espoir d’un « nouvel ordre mondial » (années 1990)

La victoire de la coalition internationale contre l’Irak dans la guerre du Golfe en 1991 fait naître l’espoir d’un « nouvel ordre mondial » fondé sur le respect du droit international, dont les États-Unis, bientôt unique hyperpuissance, seraient les garants.

Au Proche-Orient, sous l’égide des États-Unis, les accords d’Oslo sont signés en 1993 entre l’OLP et Israël : ils amorcent un processus de paix devant aboutir à la création d’un État palestinien. Dès 1995 cependant, l’assassinat du Premier ministre israélien Yitzhak Rabin le remet en cause.

2. Une région stratégique (depuis 2001)

Info

Contrairement à l’intervention militaire menée en Afghanistan, celle contre l’Irak a été décidée sans le mandat de l’ONU.

 

Les attentats du 11 septembre 2001 poussent les États-Unis et leurs alliés à intervenir militairement en Irak à partir de 2003 au nom de la lutte contre le terrorisme et de l’instauration de la démocratie. Cette initiative attise le sentiment anti-occidental et les tensions communautaires (sunnites, chiites).

À partir de 2000, le processus de paix israélo-palestinien s’enlise : les colonies juives se développent en territoire palestinien tandis que débute la seconde intifada, soutenue par le Hamas, mouvement islamiste rival de l’OLP.

En 2011, des révolutions arabes, fondées sur l’aspiration à la démocratie, touchent l’ensemble de la région. Sauf en Tunisie, ces mouvements aboutissent au renforcement des dictatures (Égypte) ou à des guerres civiles (Libye, Syrie).

Depuis 2014, l’État islamique, une organisation djihadiste recourant au terrorisme, contrôle de vastes zones en Syrie et en Irak. Commanditant des attentats dans le monde entier (comme ceux de novembre 2015 à Paris), l’EI est la cible de frappes aériennes d’une coalition internationale menée par les États-Unis.

Conclusion

[Réponse à la problématique] Depuis 1945, le Proche et le Moyen-Orient constituent une région aux forts enjeux économiques et culturels. C’est pourquoi ils sont un des théâtres d’affrontement de la guerre froide, de 1945 à 1991, puis l’épicentre de l’« arc des crises » après 1991.