Annale corrigée Analyse de document(s) Ancien programme

Le Proche et Moyen-Orient selon Barack Obama

France métropolitaine • Juin 2018

analyse de document

Le Proche et Moyen-Orient selon Barack Obama

À partir de ce document, montrez que, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Proche et le Moyen-Orient est à la fois un foyer de conflits et un enjeu des affrontements internationaux.

document Discours du président américain Barack Obama au Caire (Égypte) le 4 juin 2009

[…] Dans un passé relativement récent, les tensions ont été nourries par le colonialisme qui a privé beaucoup de musulmans de droits et de chances de réussir, ainsi que par une guerre froide qui s'est trop souvent déroulée par acteurs interposés, dans des pays à majorité musulmane et au mépris de leurs propres aspirations. En outre, les mutations de grande envergure qui sont nées de la modernité et de la mondialisation ont poussé beaucoup de musulmans à voir dans l'Occident un élément hostile aux traditions de l'islam. […]

Permettez-moi de m'exprimer aussi clairement et aussi simplement que possible sur certaines questions précises auxquelles nous devons maintenant faire face ensemble. La première est celle de l'extrémisme violent sous toutes ses formes.

À Ankara, j'ai fait clairement savoir que l'Amérique n'est pas – et ne sera jamais – en guerre contre l'islam. (Applaudissements)

[…] Voilà maintenant plus de sept ans, forts d'un large appui de la communauté internationale, les États-Unis ont donné la chasse à Al-Qaida et aux talibans. Nous avons agi de la sorte non par choix, mais par nécessité. […]

Je voudrais aussi aborder le dossier de l'Irak. Contrairement à la guerre en Afghanistan, la guerre en Irak est le résultat d'un choix, lequel a provoqué des désaccords marqués dans mon pays et à travers le monde. Tout en étant convaincu que le peuple irakien a gagné au bout du compte à être libéré de la tyrannie de Saddam Hussein, je crois aussi que les événements en Irak ont rappelé à l'Amérique la nécessité de recourir à la diplomatie et de construire un consensus international pour résoudre ses problèmes à chaque fois que c'est possible. […]

La deuxième grande source de tension que nous devons aborder concerne la situation entre les Israéliens, les Palestiniens et le monde arabe. […] Depuis des dizaines d'années, une impasse persiste : deux peuples aux aspirations légitimes, chacun marqué par un passé douloureux qui rend un compromis insaisissable. Il est aisé de pointer un doigt accusateur : les Palestiniens peuvent attirer l'attention sur la dislocation consécutive à la fondation d'Israël, et les Israéliens peuvent dénoncer l'hostilité et les attaques dont le pays a de tout temps fait l'objet à l'intérieur même de ses frontières et par-delà. Mais si nous examinons ce conflit à travers le prisme de l'une ou l'autre partie, nos œillères nous cacheront la vérité : la seule solution consiste à répondre aux aspirations des uns et des autres en créant deux États, où Israéliens et Palestiniens vivront chacun dans la paix et la sécurité. […]

La troisième source de tension est nos intérêts en commun à l'égard des droits et des responsabilités des États concernant les armes nucléaires. Cette question a constitué une source de tension entre les États-Unis et la République islamique d'Iran. Pendant de nombreuses années, l'Iran s'est défini en partie par son opposition à mon pays et il existe en effet un passé tumultueux entre nos deux pays. […] Chaque pays, y compris l'Iran, devrait avoir le droit d'avoir accès à l'énergie nucléaire pacifique s'il respecte ses engagements dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire.

Source : www.france24.com

Les clés du sujet

Lire la consigne

Le sujet porte sur l'ensemble du Proche et du Moyen-Orient depuis 1945. Des références à la situation héritée de la première moitié du xxe siècle sont toutefois nécessaires.

La consigne vous invite à montrer que cette région est un foyer de conflits (au sens large), à deux échelles : régionale et mondiale.

Observer le document

Le document est un discours prononcé par le président des États-Unis Barack Obama en juin 2009, quelques mois après son entrée en fonctions. Il s'adresse à des dignitaires musulmans réunis à l'université du Caire pour préciser la nouvelle politique extérieure des États-Unis au Proche et Moyen-Orient.

Après un rappel historique, il aborde successivement trois questions cruciales : la lutte contre le terrorisme, le conflit israélo-palestinien et le nucléaire iranien.

Définir les axes de l'analyse

Vous ne devez pas distinguer les deux termes de la consigne : « foyer de conflits » et « enjeu des affrontements internationaux ». En effet, échelle régionale et mondiale sont liées.

Un plan analytique est le plus adapté pour répondre à la consigne : d'après le document, vous présenterez tour à tour les facteurs de conflits, leurs manifestations puis les solutions proposées par l'auteur.

Corrigé

Introduction

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

[Présentation du document] Ce document est un discours officiel du président des États-Unis Barack Obama prononcé le 4 juin 2009, quelques mois après sa prise de fonctions. S'adressant à des dignitaires musulmans réunis à l'université du Caire, il annonce un changement dans la politique extérieure des États-Unis au Proche et Moyen-Orient, en rupture avec celle de son prédécesseur, George W. Bush.

[Problématique et annonce du plan] Son analyse nous permettra de montrer que, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Proche et Moyen-Orient est un foyer de conflits et un enjeu des affrontements internationaux. Nous rappellerons ainsi les facteurs de conflits, leurs manifestations puis les solutions proposées par l'auteur.

I. Les facteurs des conflits au Proche et Moyen-Orient

1. Un lourd héritage historique

gagnez des points !

Expliquez les propos de l'auteur en utilisant des notions du cours.

De 1919 à 1945, la région est dominée par les puissances mandataires (France, Royaume-Uni), ce qui attise les nationalismes (« les tensions… colonialisme »).

Durant la guerre froide (1947-1991), la région voit s'opposer les alliés des États-Unis aux alliés de l'Union soviétique (« ainsi que par une guerre froide… interposés »).

Cette longue domination étrangère favorise l'essor de l'islamisme, idéologie hostile aux valeurs occidentales (« En outre… aux traditions de l'islam »).

2. Des enjeux majeurs

Depuis les attentats du 11 septembre 2001 commandités par Al-Qaida, la lutte contre le terrorisme est la priorité des États-Unis (« La première… sous toutes ses formes »).

Depuis 1948, la question palestinienne est dans une « impasse » : le droit des Palestiniens à un État et la sécurité d'Israël semblent inconciliables.

Depuis 2006, la relance du programme nucléaire iranien est perçue comme une menace sur la sécurité régionale (dernier paragraphe).

II. Les conflits au Proche et Moyen-Orient en 2009

1. Les guerres d'Afghanistan et d'Irak

Depuis 2001, avec l'aval de l'ONU, l'armée américaine intervient en Afghanistan pour lutter contre le régime taliban qui soutient Al-Qaida (« Voilà maintenant… nécessité »).

Depuis 2003, sans l'aval de l'ONU, l'armée américaine occupe l'Irak de Saddam Hussein, accusé de soutenir le terrorisme. Le conflit divise tant les Américains que les puissances occidentales (« la guerre en Irak… le monde »).

2. Le conflit israélo-palestinien

Depuis 1948, les Palestiniens revendiquent un État et s'opposent à Israël, qui défend son intégrité territoriale (« depuis des dizaines d'années… et par-delà »).

Comme le souligne l'auteur, cet affrontement s'exprime à l'échelle nationale (intifadas) et régionale (exemple : guerre du Liban en 1982).

3. La menace iranienne

info

Signé en 1968, le TNP désigne le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

Depuis 1979, le régime iranien affiche son ­hostilité envers les États-Unis (« pendant de nombreuses années… deux pays »).

Au nom du TNP, les États-Unis font pression sur l'Iran pour qu'il renonce au nucléaire militaire.

III. Les solutions préconisées par Barack Obama

1. « Recourir à la diplomatie »

En rupture avec son prédécesseur, George W. Bush, Barack Obama privi­légie la diplomatie plutôt que la force.

Ainsi, dès 2008, il annonce le retrait des troupes américaines de l'Irak d'ici 2011.

2. « Construire un consensus international »

Le président Obama défend le multilatéralisme face à l'unilatéralisme qui a prévalu lors de la guerre en Irak.

attention !

Obama ne fait que reprendre le projet de partage de la Palestine, élaboré par l'ONU en 1947.

Ainsi, au Proche-Orient, propose-t-il la création d'un État palestinien pour répondre « aux aspirations des uns et des autres ».

Conclusion

[Réponse à la problématique] Ainsi, les conflits du Proche et Moyen-Orient s'expliquent par un lourd héritage historique et des enjeux majeurs. En 2009, ils opposent des acteurs régionaux et internationaux. Pour les résoudre, le président Obama privilégie la diplomatie et le multilatéralisme.

[Critique du document] S'il nous donne une vision synthétique des conflits dans cette région, le document est marqué par un point de vue occidental, donc partial.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner