Le rôle de l’administration dans le gouvernement de la France

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Gouverner un Etat-nation : la France depuis 1946
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2013 | Académie : Asie
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Le rôle de l’administration dans le gouvernement de la France
 
 

L’échelle de l’État-nation

hgeT_1306_05_01C

HISTOIRE

20

CORRIGE

 

Asie • Juin 2013

étude critique de document

> À partir de l’étude critique du document, montrez en quoi ce document rend compte du rôle de l’administration dans le gouvernement de la France de la IVe et de la Ve République.

Document

La carrière d’un haut fonctionnaire, Paul Delouvrier (1914-1995) évoquée par le journal L’Humanité, 18 janvier 1995

« La mort de Paul Delouvrier

Avec la mort, hier, de Paul Delouvrier, c’est l’un des derniers grands serviteurs de l’État du temps du général de Gaulle qui vient de disparaître. Inspecteur des finances, il participera aux combats de la Résistance dans la région de Nemours, fit partie, à la Libération, d’un cabinet ministériel, avant de diriger, en 1948, la section financière du commissariat général du Plan.

Dix ans plus tard, il sortit de l’ombre, à la faveur du retour au pouvoir du général de Gaulle qui le nomma délégué général du gouvernement en Algérie. L’anecdote veut que, tenté de refuser ce poste, il objecta : “Mon général, je ne suis pas de taille.” Ce à quoi il lui fut répondu : “Vous grandirez, Delouvrier !”.

Pendant près de deux ans, il fut donc l’un des hommes clés de la politique algérienne de de Gaulle, avant de devenir, en 1961, celui de la restructuration de la région parisienne. Nommé délégué général de ce qui s’appelait alors un “district”, il attacha son nom au projet des “villes nouvelles” et, d’une façon plus générale, à l’élaboration, en 1965, du premier schéma directeur d’aménagement de l’Île-de-France.

Préfet de la région parisienne de 1966 à 1969, Paul Delouvrier avait gardé un œil critique sur l’expérience qu’il avait initiée et sur ses développements ultérieurs. “On rêve d’un idéal et la vie en offre rarement le spectacle”, confiait-il, il y a moins d’un mois, au journal Libération, avant de tenter cette définition : “Une ville, c’est un référendum permanent.” Ou encore : “Une banlieue, c’est une zone d’habitation qui ne propose pas les équipements d’une ville. En ce sens, un banlieusard est citoyen mutilé.” Paul Delouvrier présida ensuite aux destinées d’EDF – de 1969 à 1979 – puis, jusqu’en 1984, à celles de l’établissement public du parc de La Villette. Il était âgé de quatre-vingts ans. »

L’Humanité, 18 janvier 1995, www.humanite.fr/node/211315

Lire la consigne

La consigne ne commande qu’une seule action : « montrer […] le rôle de l’administration ». Il faut donc identifier dans le document les fonctions occupées par Paul Delouvrier afin de les présenter et les expliquer. Mais pour réaliser une « étude critique », vous devez, pour chaque fonction, évaluer le travail de l’administration. Cette analyse sera menée à partir de vos connaissances et de remarques tirées du texte. L’association de l’énoncé « Gouverner la France » et du « en quoi » inscrit dans la consigne permet de définir la problématique du sujet : en quoi gouverner la France depuis 1946 s’est-il avéré efficace ? L’administration a-t-elle répondu à l’attente des Français ?

Analyse du document

La consigne ne demande pas explicitement de présenter le document, mais pour introduire votre réponse, il est mieux de le faire. Le texte est un hommage diffusé au lendemain du décès d’un haut fonctionnaire de l’État. Il est publié dans un journal d’opinion : L’Humanité est l’organe de presse du Parti communiste français, mouvement qui a peu participé à la gouvernance de la France. L’auteur salue la mémoire d’un administrateur dont la carrière couvre cinquante ans (de 1945 à 1995) et les deux républiques concernées par cette période. Le document offre ainsi un aperçu représentatif de la gouvernance sur le long terme.

Organisation de la réponse

Le « en quoi » de la consigne invite à suivre une approche thématique, guidée par les fonctions occupées par Delouvrier. Trois fonctions peuvent être dégagées du texte : participer à l’exercice de l’exécutif, aménager le territoire et diriger une entreprise nationale. Chacune offre un axe d’étude. La critique liée à celle-ci se fera point par point, chaque rôle étant évalué dans sa réussite et ses limites.

Corrigé

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

 

Conseil

L’entrée en matière et l’introduction qui suit permettent de poser le sujet et d’amener la présentation du document. Celui-ci apparaît ainsi comme une réponse au sujet (voir le point méthode « Présenter un document »).

De 1945 à 1995, la France a connu deux républiques et des gouvernements de sensibilités politiques allant de la droite gaulliste à la gauche socialiste ; elle a traversé de nombreuses crises, parmi lesquelles celles de 1958 et de 1968 ont ébranlé le pouvoir. Quel bilan peut-on faire de la gouvernance nationale pendant cette période ? L’évocation de la carrière d’un de ses hauts fonctionnaires permet de le dresser. Alors que la génération issue de la Seconde Guerre mondiale s’efface, le journal du Parti communiste français, L’Humanité, retrace la carrière de Paul Delouvrier qui vient de décéder. À travers les fonctions qu’il a pu exercer, nous pouvons analyser le rôle de l’administration publique dans le gouvernement de la France.

I. Participer à l’exercice de l’exécutif

 

Info

Le commissariat général au plan (1946-2006) était chargé de définir les grandes orientations économiques de la France pour des périodes de cinq ans.

  • Comme membre d’un cabinet ministériel, commissaire au plan (1er paragraphe), délégué général en Algérie (2e paragraphe) ou préfet (4e paragraphe), Paul Delouvrier a exercé des fonctions rattachées au pouvoir exécutif et liées directement au chef du gouvernement (président du Conseil sous la IVe République ou Premier ministre sous la Ve). Il a ainsi participé à la gouvernance du pays et incarne la continuité de l’État malgré le changement de constitution.
  • Dans le cadre de la planification, Delouvrier a œuvré à la reconstruction et à la modernisation réussies de l’économie nationale. Au service du général de Gaulle entre 1958 et 1961, il a aussi partagé avec celui-ci la difficile gestion du problème algérien dont l’issue est plus discutée : sortie de la crise par la négociation de l’indépendance du territoire que le PCF soutenait, mais échec pour les Français d’Algérie qui attendaient de l’homme du 18 juin 1940 qu’il s’y oppose. Gouverner la France s’avère difficile pour les fonctionnaires dont l’évaluation du bilan dépend des intérêts contradictoires des citoyens.

II. Aménager le territoire

 

Conseil

Toutes les informations que vous attribuez à un document doivent être justifiées. Vous devez prouver leur présence en citant le texte entre guillemets. Par courtoisie pour votre correcteur, localisez aussi l’extrait dans le document.

  • Comme représentant de l’État (son « délégué », 3e paragraphe), Paul Delouvrier a participé à une autre grande fonction publique : l’aménagement du territoire. En l’occurrence, il revient aux administrateurs de mettre à la disposition de leurs concitoyens les infrastructures dont ils ont besoin : constructions de logements et politique de la ville, ouvrages d’art (ponts, tunnels, dispositifs portuaires) et développement des réseaux de transport (routiers, ferroviaires, fluviaux, aéroports), création d’établissements de formation (écoles) ou de santé (hôpitaux).
 

Info

Entre 1945 et 1995, la population française passe de 40 à 60 millions d’habitants.

  • Dans ce domaine, les responsables français ont accompli un énorme travail, réussissant à loger, soigner et éduquer une population qui, naturellement ou par immigration, a connu une croissance sans précédent (+ 50 %). Mais, de l’aveu même de Paul Delouvrier, ce bilan doit être nuancé. L’aménagement urbain auquel il a travaillé n’a pas répondu aux attentes et les banlieues n’offrent pas à ceux qui y vivent les services qu’ils sont en droit d’attendre d’un État moderne. « Un banlieusard est un citoyen mutilé » confie Delouvrier au journal Libération peu avant sa disparition (4e paragraphe). Les cités construites dans les années 1970 sont parfois devenues des territoires d’exclusion économique et sociale.

III. Diriger une entreprise nationale

  • Sur la fin de sa carrière, Delouvrier a présidé des entreprises publiques : Électricité de France (EDF) et le parc de La Villette à Paris. C’est là une fonction qui s’apparente à celle d’un PDG du secteur privé. Si les finalités ne sont pas le profit et si le financement n’est pas soumis aux règles du marché, s’il s’agit toujours de rendre un service public (accès à l’énergie électrique ou à une forme de culture), le travail revient malgré tout à offrir à la population des prestations en concurrence avec d’autres fournisseurs d’énergie ou de produits culturels.
  • Dans ces domaines aussi, les agents de l’État n’ont pas à rougir de leur bilan : tous les Français ont eu un égal accès à l’énergie et à la culture indépendamment de leur lieu de résidence ou de leurs moyens économiques. Toutefois, si les communistes approuvent la gestion publique d’entreprises, celle-ci est fortement contestée et remise en cause dans le cadre de la mondialisation libérale. Là aussi, l’évaluation de la gouvernance est difficile à faire tant le bilan dépend des critères pris en compte.

Conclusion

Exigeant de ses agents compétence et polyvalence, gouverner la France depuis 1946 est un travail qui n’est pas facile à mener. Si, au regard des défis surmontés, le bilan est globalement positif, les limites du système français entretiennent les critiques. En termes strictement économiques, elles justifient d’importantes remises en cause ; mais le souci d’un développement durable n’oblige-t-il pas à prendre en compte des critères plus étendus ?