Le rôle des groupes d’intérêt dans la démocratie

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Le système politique démocratique
Type : Sujet de spécialité | Année : 2018 | Académie : France métropolitaine


France métropolitaine • Juin 2018

sciences sociales et politiques • 20 points

Le rôle des groupes d’intérêt dans la démocratie

 Comment les groupes d’intérêt influent-ils sur le fonctionnement de la démocratie ? (Sujet A)

document

Le lobbying1 […] est souvent perçu en France de façon négative : il renvoie à un monde politique où les décisions se prennent portes fermées, avec des enjeux de pouvoir qui échappent aux règles démocratiques. C’est là l’origine même du mot « lobby », qui désigne le corridor, en anglais. […]

Sur le modèle de la culture anglo-saxonne, plus ouverte aux groupes de défense d’un intérêt particulier, une autre conception du lobbying tend à émerger, qui fait des lobbies des acteurs nécessaires de l’élaboration de la loi.

Les groupes d’intérêt sont d’abord un moyen pour le législateur d’obtenir des informations sur la manière dont la loi est appliquée et sur les moyens de l’améliorer. Dans un monde de plus en plus technique et complexe, les parlementaires souhaitent sortir du tête-à-tête avec l’exécutif et multiplier leurs sources d’informations. La mission de contrôle dévolue au Parlement, et désormais inscrite dans la Constitution, rend ce besoin encore plus prégnant, car il ne peut y avoir d’évaluation objective sans audition de tous les acteurs parties prenantes au sujet d’évaluation. L’activité des groupes d’intérêt est ainsi nécessaire pour permettre au décideur public de mieux connaître les attentes de la société civile. […]

Certes, les informations délivrées par ces représentants d’intérêts sont, par nature, orientées puisqu’elles défendent un objectif particulier. Mais il revient au parlementaire de faire le tri entre les données qui lui sont transmises et de les confronter à d’autres pour en vérifier la véracité et la cohérence.

En regard de cette exigence d’information des parlementaires, il faut noter également les attentes de l’opinion publique pour participer plus directement au dialogue et à la négociation. Avec l’émergence de la société civile, les groupes sociaux demandent à être associés davantage à la décision politique. Cette demande est bien évidemment facilitée par les techniques d’information et de communication modernes, qui placent le Parlement sous l’œil constant des citoyens. Dans cet espace ouvert, il est facile de se mobiliser, de s’organiser en groupe et d’interpeller les décideurs publics. Les lobbies jouent alors un rôle de contrôle de l’action publique, alertant l’opinion en cas de besoin et permettant aux individus les plus directement concernés de se mobiliser ou de s’organiser.

Christophe Sirugue, « Rapport présenté à l’Assemblée nationale au nom du groupe de travail sur les lobbies », 2013.

1. Lobbying : stratégie menée par un groupe de pression cherchant à défendre ses propres intérêts auprès des décideurs politiques.

Les clés du sujet

Entrer dans le sujet, définir les mots-clés

La démocratie désigne un système politique reposant sur le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, celui-ci étant constitué de citoyens libres et égaux. L’existence de libertés publiques en démocratie rend possible la mobilisation de citoyens au sein de groupes d’intérêt.

Les groupes d’intérêt sont des organisations politiques cherchant à influencer le pouvoir politique dans un sens favorable à leurs intérêts et non à prendre le pouvoir. On retiendra ici l’acceptation la plus large des groupes d’intérêt englobant les différents acteurs de la société civile organisée qui utilisent plusieurs moyens pour arriver à leurs fins : l’influence mais aussi la coopération et la contestation.

Comprendre le document

Après avoir rappelé les risques du lobbying, le document précise que les groupes d’intérêt jouent un rôle informatif essentiel au travail législatif. Ils peuvent aussi se faire l’écho de préoccupations de la société civile.

Structurer sa réponse

Il s’agit de montrer que les différents groupes d’intérêt contribuent au fonctionnement de la démocratie grâce à différentes stratégies : l’influence, la coopération ou encore la contestation.