Le Sahara : ressources et conflits

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : L'épreuve orale
Type : Sujet d'oral | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Le Sahara : ressources et conflits

Oral • Géographie

Corrigé

59

Oral

hgeT_1200_00_55C

Sujet d’oral n° 8

étude de document

Document

Ressources et conflits au Sahara


Corrigé
Pistes pour l’oral

Préparation

Entrer dans le sujet

  • Le sujet reprend un intitulé du programme. Il ne peut donc vous surprendre.
  • Attention aux ressources : il y en a d’autres que les hydrocarbures. Les frontières, les circulations ou la localisation du Sahara par rapport à l’Europe constituent pour les États sahariens des ressources à part entière, car elles font l’objet de trafics.

Organiser l’exposé

  • Compte tenu de la légende de la carte, trois idées principales se dégagent et constitueront autant de parties dans votre exposé : la définition de cet espace particulier qu’est le Sahara, le recensement des ressources disponibles, les conflits qui l’affectent.
  • N’hésitez pas à montrer des exemples directement sur la carte pendant votre exposé. De même, pensez à intégrer l’actualité dans vos connaissances, par exemple en évoquant l’intervention française récente au Mali.

Présentation

Introduction

Jamais on n’a autant parlé du Sahara ! La rébellion touareg de 2012 et l’emprise d’AQMI sur le Nord-Mali rappellent qu’il s’agit là d’un espace particulier, dont les ressources très variées sont génératrices de conflits à de multiples échelles.

I. L’espace saharien

1. Le plus grand désert du monde

  • Le Sahara est le plus grand désert du monde : 8,5 millions de km², 3 000 km de profondeur.
  • L’aridité est la contrainte majeure : moins de 150 mm de précipitations.
  • Les paysages du désert – erg, reg, hamadas – sont marqués par cette aridité.

2. Un espace ponctuel et linéaire

  • Le Sahara est un espace de peuplement ponctuel (oasis), voire linéaire (vallée du Nil).
  • Désert de nomades mais de plus en plus un désert de villes en forte croissance.
  • Le Sahara est un désert traversé de flux qui en font une interface active.

3. Un espace en territorialisation

  • La colonisation opère un retournement spatial, vers les littoraux, dos au désert.
  • Depuis les indépendances, les États africains s’efforcent de territorialiser le Sahara.
  • Les puissances tentent d’y protéger leurs intérêts stratégiques, énergétiques, commerciaux : France, États-Unis, Chine.

II. Des ressources convoitées

1. Des ressources liées aux circulations

  • Un espace de commerce et de contrebande (cigarettes chinoises).
  • Interface de la mondialisation, le Sahara l’est aussi pour le trafic de stupéfiants.

2. Des ressources liées aux frontières

  • Frontières poreuses et États faibles sont une rente pour les pouvoirs locaux.
  • La frontière constitue une ressource à part entière, en raison des différences de taxation.

3. Des ressources liées aux matières premières

  • Le pétrole (Afrique du Nord, Soudan, Sahel) fait l’objet d’une course effrénée entre les grandes compagnies mondiales.
  • Le Sahara renferme de nombreuses richesses minières, parfois exploitées (voir carte). La présence d’occidentaux notamment sur les sites miniers est l’occasion d’une nouvelle rente, la prise d’otages.

III. Le Sahara, espace conflictuel

1. Des conflictualités transsahariennes

  • Déclin du nomadisme et des oasis, progrès de la sédentarisation et de l’urbanisation.
  • 1,5 million de Touaregs peuplent le Sahara. Révolte au Nord-Mali pour créer un État touareg, l’Azawad.

2. Des conflictualités régionales : l’exemple du Sahara occidental

  • Le Maroc l’annexe en 1975. Le Front Polisario proclame la République arabe sahraouie démocratique en 1976, avec le soutien de l’Algérie.
  • Dans les années 1980, le Maroc construit un mur de défense, le « mur des sables », se réservant ainsi les ressources de l’ouest.

3. Des conflictualités globales

  • Le Sahara est devenu une frontière migratoire pour l’Europe. Pourtant, seuls 10 à 20 % des migrants transsahariens cherchent à rejoindre l’Europe.
  • Le Sahara devient un espace conflictuel dans la lutte contre le terrorisme. Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) y enlève régulièrement des occidentaux et noyaute les conflits locaux, par exemple la révellion touarègue au Mali, déclenchant l’intervention française.

Conclusion

Loin de la carte postale, le Sahara est ainsi un espace agité, traversé, convoité, marqué de conflictualités à toutes les échelles. Son importance géostratégique n’a jamais été si marquée. Le Sahara fait ainsi partie de ces lieux de la mondialisation où se joue une part non négligeable du sort du monde.