Le socialisme en Allemagne

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2016 | Académie : Pondichéry


Pondichéry • Avril 2016

étude critique de document

Le socialisme en Allemagne

 Montrez que ce document témoigne des héritages et des transformations du projet politique du SPD jusqu’à la fin des années 1950.

Pourquoi le contexte dans lequel ce programme est adopté permet-il de comprendre cette évolution ?

Document Le programme du SPD après le congrès de Bad Godesberg

La démocratie doit devenir la forme de l’organisation étatique généralement admise parce qu’elle repose sur le respect de la dignité de l’homme et sur le sentiment de sa responsabilité. […]

Le parti social-démocrate d’Allemagne […] approuve la défense nationale. La défense nationale doit être adaptée à la situation politique et géographique de l’Allemagne et donc garantir les frontières qu’il importe de maintenir pour permettre une défense internationale, un désarmement contrôlé et la réunification de l’Allemagne […].

Le libre choix des consommateurs, le libre choix du lieu de travail, sont les fondements décisifs tandis que la libre concurrence et la libre initiative des entrepreneurs sont un élément important de la politique économique social-démocrate. L’autonomie des associations d’employeurs et de travailleurs lors de la conclusion de conventions collectives de travail représente un facteur essentiel d’un ordre libéral. Une économie totalitaire ou dictatoriale détruit la liberté, c’est pourquoi le SPD approuve une économie de marché où le libre jeu de la concurrence est effectif. Toutefois, lorsque des marchés sont dominés par des individus ou des groupes, il est nécessaire de prendre des mesures multiples pour préserver la liberté de l’économie. La concurrence dans toute la mesure du possible, la planification autant que nécessaire. […]

La propriété collective est une forme légitime du contrôle public à laquelle aucun État moderne ne peut renoncer. […]

Le mouvement socialiste remplit une mission historique. Il est né d’une protestation naturelle des travailleurs salariés contre le système capitaliste. Le sens du socialisme a toujours été et demeure d’éliminer les privilèges des classes dirigeantes et d’apporter à tous les hommes la liberté, la justice et le bien-être. Le parti social-démocrate, de parti de classe ouvrière est devenu un parti du peuple tout entier. Il veut placer au service de la liberté et de la justice les forces qui ont été libérées par la révolution industrielle et par la mécanisation de tous les domaines de l’existence.

Texte cité par Bernard Lachaise, dans Documents d’histoire contemporaine, volume II : Le xxe siècle, Presses universitaires de Bordeaux, 2000.

Les clés du sujet

Analysez le sujet

L’énoncé

Il renvoie à la question 1 du thème 2 et invite à caractériser l’idéologie socialiste en Allemagne. Dans l’esprit du programme, il s’agit d’évaluer celle-ci à partir du document proposé à l’étude.

La consigne

Elle précise les limites chronologiques du sujet (les années 1950) et la problématique proposée par la seconde phrase : « comprendre [l’]évolution » du SPD. Cette compréhension doit s’appuyer sur le contexte du document. C’est lui qui permet d’expliquer l’évolution relevée.

La première phrase de la consigne propose le plan à suivre. L’étude doit exposer en deux parties successives les « héritages » (ce qui ne change pas) et les « transformations ». Chacun de ces points doit être expliqué par le contexte.

Faites une introduction pour poser le sujet et présenter le document en exposant la situation de l’Allemagne des années 1950. En conclusion, rédigez une phrase qui souligne l’importance du changement analysé (le passage du socialisme à la social-démocratie) justifié par la rivalité des deux Allemagne.

Le document

Le document est le programme du parti socialiste ouest-allemand (le SPD) défini à la suite de son congrès de Bad Godesberg. C’est un document officiel qui fait événement. Il date de 1959, soit dix ans après la création des deux Allemagne, la République fédérale d’Allemagne (RFA) et la République démocratique allemande (RDA). C’est un moment où les tensions reprennent entre les États-Unis et l’Union soviétique dans le cadre de la guerre froide, laquelle connaîtra son paroxysme en 1961 avec la construction du mur de Berlin.

Utilisez les mots clés

hgeT_1604_12_00C_01

Évitez les pièges

Évitez l’étude linéaire. Les réponses attendues sont mélangées dans le texte, mais contrairement à l’ordre proposé par la consigne, l’extrait fait apparaître les changements au début (paragraphes 2 et 3) et les héritages à la fin (paragraphes 4 et 5).

Dans une approche antithétique, il vaut mieux finir par la thèse que l’on partage. Si vous pensez que les héritages sont plus importants que les changements, finissez par ceux-ci ; sinon, suivez l’ordre proposé par la consigne. Quel que soit votre choix, justifiez-le en conclusion en indiquant si, pour vous, le programme de 1959 est une révolution pour le SPD ou une simple réforme.

N’oubliez pas d’expliquer à l’aide du contexte. Faites attention : les héritages aussi méritent des explications. Chaque partie peut se subdiviser en deux sous-parties.

Corrigé

Corrigé

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Contexte et présentation du document] Coupée en deux depuis 1949, entre la République fédérale d’Allemagne (RFA) à l’ouest et la République démocratique allemande (RDA) à l’est, l’Allemagne de 1959 est au cœur de la guerre froide. Après quelques années d’apaisement, les tensions entre les deux blocs se ravivent et interrompent les négociations de Genève portant sur le statut de Berlin. C’est dans ce contexte difficile que les membres du Parti social-démocrate allemand (SPD) de RFA se réunissent à Bad Godesberg afin de définir leur programme politique officiel. Défenseurs historiques de la classe ouvrière, ils doivent rassurer leur électorat tout en préservant leur différence vis-à-vis de leurs concurrents communistes au pouvoir en RDA.

[Problématique] Dans ce contexte, en quoi le programme du SPD, dont nous avons ici un extrait, permet-il de comprendre l’évolution du parti ?

I. Un parti anticapitaliste, défenseur du peuple « tout entier »

Info

Cette tradition pacifiste avait volé en éclat en 1914 dans le cadre de l’union sacrée contre la France.

Faisant référence à son histoire, le SPD déclare qu’il reste fidèle à sa vocation de lutte contre le « système capitaliste » afin d’éliminer les « privilèges » et de défendre le prolétariat (« la classe ouvrière »). Il rappelle son attachement à la propriété collective des biens de production déclarée « légitime » et à la planification jugée « nécessaire ». S’il ne précise pas le contenu des termes, le SPD se déclare attaché à la démocratie et à la « dignité de l’homme ». Par deux fois en quelques lignes, il précise encore son souci de se mettre au service de « la liberté et de la justice ». En prônant l’idée d’un « désarmement contrôlé » associé au projet de « réunification » des deux Allemagne, le SPD veut se donner une image de parti favorable à la paix. À ce titre, il renoue avec la tradition pacifiste de la Ie et de la IIe Internationale du xixsiècle.

Toutes ces références inscrivent le parti dans la continuité de l’idéologie socialiste. Cette dernière s’explique par le souci de rester fidèle à son passé. Par ce choix, le SPD entend également rallier à lui une opinion publique pacifiste depuis la défaite de 1945, inquiète aussi de la guerre froide qui se joue sur son territoire et des difficultés sociales d’un pays à reconstruire. Dans ce contexte, il faut un État capable d’assumer ses « responsabilité[s] », comme y fait appel le texte.

II. Un parti en rupture avec le marxisme

Remarque

Le texte évoque le libre choix des consommateurs, lequel suppose qu’il existe un choix au niveau de l’offre.

Le nouveau SPD tient toutefois un discours économique en totale opposition avec la tradition socialiste : il « approuve » l’économie de marché, le « libre choix » et la « libre concurrence ». En prônant « la libre initiative des entrepreneurs » et « l’autonomie des associations d’employeurs », il va plus loin encore puisqu’il reconnaît l’existence d’un secteur privé et d’un patronat. S’il prend soin de maintenir la surveillance de ce dernier pour éviter les monopoles et toutes dérives contraires aux intérêts des salariés, il n’en admet pas moins les principes du capitalisme.

Le SPD explique lui-même ce virage par référence aux méfaits d’une « économie totalitaire ou dictatoriale ». Il vise l’expérience nazie d’une économie totalement contrôlée par l’État qui a conduit au désastre de 1945. Le changement accompli s’explique aussi par la concurrence de la RDA, devenue depuis 1949 l’incarnation d’une Allemagne communiste. Le SPD ne peut pas proposer aux Allemands de l’Ouest une copie de ce régime dont il dénonce les travers. Le parti compte aussi sur l’aide économique des alliés américains et ceux de la Communauté économique européenne (CEE) fondée deux ans plus tôt, lesquels n’accepteraient pas un discours de type marxiste.

Conclusion

Conseil

Pour conclure une étude de document, reprenez les termes de la consigne et dites en quoi le document aide à répondre à la problématique.

Le SPD de 1959 est-il encore un parti socialiste ? Le document permet de découvrir la rupture qu’il opère en abandonnant les notions de « dictature du prolétariat » et de « propriété collective des biens de production », piliers du socialisme marxiste. Il aide à comprendre comment ce changement, enraciné dans l’ancienne scission qui opposait révisionnistes et révolutionnaires à la fin du xixe siècle, se produit à la fois du fait de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et de l’impact de la guerre froide sur le pays divisé en deux États rivaux.