Le valet, un personnage essentiellement comique ?

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re Générale | Thème(s) : Beaumarchais, Le Mariage de Figaro – La comédie du valet (bac 2020)
Type : Dissertation | Année : 2019 | Académie : Inédit


Sujet d’écrit • Dissertation

Le valet, un personnage essentiellement comique ?

4 heures

20 points

Intérêt du sujet • Dans la comédie classique, la première fonction du valet est de faire rire. En a-t-il d’autres ? C’est la réflexion à laquelle nous invite ce sujet.

Le rôle du valet de comédie est-il uniquement de divertir le spectateur ?

Vous répondrez à cette question, dans un développement argumenté, en vous appuyant sur votre lecture du Mariage de Figaro de Beaumarchais et sur les autres textes étudiés dans le cadre du parcours « La comédie du valet ».

Les clés du sujet

Analyser le sujet

fra1_1900_00_44C_01

Formuler la problématique

Quelles peuvent être les différentes fonctions du valet dans le théâtre comique ?

Construire le plan

032_PLAN

Corrigé

Corrigé Guidé

Les titres en couleur ou entre crochets ne doivent pas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche] Depuis l’Antiquité, le théâtre est bâti autour d’un certain nombre de personnages typiques, dont les caractéristiques ont évolué au cours de l’histoire littéraire.

[Explicitation du sujet] Parmi eux, le personnage du valet de comédie est devenu un type incontournable, notamment dans le théâtre français des xviie et xviiie siècles. Son rôle est-il uniquement de divertir le spectateur ? Et, plus généralement, quelles sont les fonctions de ce personnage, qui a subi de multiples transformations jusqu’à occuper le devant de la scène dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais ?

[Annonce du plan] Nous verrons d’abord que le valet de comédie peut être en effet divertissant [I], avant d’étudier en quoi il est porteur d’une réflexion sociale et morale [II].

I. Le valet de comédie, un personnage divertissant

m Le secret de fabrication

Cette partie analyse les différents types de valets de comédie et en quoi ils permettent de mobiliser différents aspects du registre comique.

1. Le valet, entre ruse et maladresse

On peut distinguer différents types de valet : celui qui fait rire par ses maladresses bouffonnes, et le valet qui, par ses ruses et ses manigances, fait rire d’un autre personnage à ses dépens.

Dans L’École des femmes (1662), Alain et Georgette correspondent au premier type de valet. Ces deux paysans, choisis par Arnolphe pour leur stupidité, rivalisent de bêtise et de cupidité dans leur mission d’empêcher qu’Agnès ne s’enfuie de la maison dans laquelle elle est séquestrée.

Scapin, le héros des Fourberies de Scapin de Molière (1671) incarne le valet rusé par excellence. Il amuse le spectateur par l’enchaînement de ses « fourberies » : parmi elles, la fameuse scène de la bastonnade, où le valet, jouant du comique de langage afin de contrefaire différents accents, frappe son maître enfermé dans un sac. Le spectateur, pris à témoin, devient le complice de la forfaiture.

Dans Le Barbier de Séville (1775) de Beaumarchais, on retrouve les différents types de valets. Figaro se distingue par son agilité et son esprit de ruse. Deux autres valets, plus balourds, subissent ses manigances : L’Éveillé arrive sur scène en bâillant sans cesse ; La Jeunesse, vieux domestique, n’arrête pas d’éternuer. Leur attitude comme leur nom (un « éveillé » endormi, une vieille « jeunesse ») contribuent au divertissement du spectateur.

2. Un valet qui s’oppose à son maître

Le valet se confronte souvent à son maître, notamment dans le but de servir d’adjuvant à de jeunes amoureux dont les liens sont contrariés : c’est un schéma que l’on trouve fréquemment dans la comédie classique.

Dans Le Malade imaginaire de Molière (1673), c’est la servante Toinette qui va jusqu’à se déguiser en médecin afin de tromper son maître et d’aider la jeune Angélique à épouser celui qu’elle aime : le travestissement comique est au service de l’amour sincère.

Dans Le Mariage de Figaro (1784), c’est son propre mariage que Figaro doit sauver. Ses talents d’improvisation se dirigent alors contre son ancien allié, le Comte. Se crée un duel entre les deux personnages qui s’opposent sur bien des aspects : ainsi quand Figaro est spontané, inventif, fantasque, le Comte se distingue par sa noblesse parfois indigne et sa rigidité aristocratique.

Figaro se joue du Comte tout au long de la pièce : il feint par exemple de boiter pour innocenter Chérubin de sa présence dans la chambre de la Comtesse, le mène par le nez en lui faisant croire tout et son contraire.

3. Le valet maître de l’intrigue

Par ses ruses inventives, le valet de comédie en vient parfois à tenir tous les fils de l’intrigue.

à noter

Dans la première scène de la pièce, Suzanne résume bien le caractère de Figaro : « De l’intrigue et de l’argent : te voilà dans ta sphère. »

Ainsi en est-il en particulier de Figaro. Dans Le Barbier de Séville, il aide le Comte à séduire Rosine et à se jouer du vieux Bartholo. L’intrigue du Mariage de Figaro est tout entière construite sur les manœuvres qu’il entreprend afin de se marier avec Suzanne, de gagner la dot prévue et d’empêcher le Comte de s’interposer entre eux.

Chez Regnard, dans Le Légataire universel (1708), le valet Crispin, héritier des valets moliéresques, met tout en œuvre pour que son jeune maître reçoive l’héritage de Géronte, un vieil avare.

Le valet Dubois, dans Les Fausses Confidences de Marivaux (1737), est un meneur de jeu savoureux, qui fait preuve d’une duplicité machiavélique afin d’aider son ancien maître Dorante à conquérir sa nouvelle maîtresse Araminte.

II. Le valet de comédie, porteur d’une réflexion sociale et morale

m Le secret de fabrication

Cette partie analyse en quoi le personnage du valet de comédie permet une réflexion plus large sur la société dans son ensemble.

1. La critique morale

Le valet de comédie peut être utilisé par les dramaturges afin de dénoncer des comportements ou des codes moraux.

Dans Le Barbier de Séville, Figaro prend le parti de l’amour sincère, et se moque à plusieurs reprises de la jalousie du docteur Bartholo, qui séquestre Rosine afin de la forcer à l’épouser. C’est l’occasion d’une remise en cause des normes morales au sein d’une société qui étouffe les aspirations d’une jeunesse opprimée, contrainte à des mariages de raison.

Dans Le Mariage de Figaro, le valet se retourne contre le Comte afin de le mettre face à son inconstance : le début de l’acte iii est l’occasion d’un véritable duel verbal entre les deux hommes. Au début de l’acte v, Figaro, croyant à tort que Suzanne a décidé de le tromper, déplore le mensonge des femmes et l’hypocrisie générale de la société.

Molière, un siècle plus tôt, mettait en scène des valets critiques des mœurs dissolues de leurs maîtres : ainsi Sganarelle dans Dom Juan (1665), qui essaie en vain d’avertir le libertin des dangers de l’hypocrisie et de l’impiété.

De même, dans Tartuffe (1669), la servante Dorine est la seule à oser se dresser contre l’hypocrisie religieuse du faux dévot qui règne en maître dans la maisonnée. Elle utilise sa verve pour ridiculiser Tartuffe et sa fausse pruderie, après qu’il lui a demandé : « Avant que de parler, prenez-moi ce mouchoir. […] Couvrez ce sein que je ne saurais voir. » Plus généralement, Dorine, à l’instar de Toinette dans Le Malade imaginaire, devient gardienne de l’ordre et du bon sens lorsque ceux-ci semblent avoir déserté le foyer.

2. Une réflexion sur les rapports sociaux

Le valet de comédie gagne en épaisseur, quand il en vient à exprimer une réflexion sociale sur les rapports entre les êtres humains.

Dans L’Île des esclaves (1725) de Marivaux, les maîtres et les valets échangent de nom, de condition et de vêtements ; c’est l’occasion d’une réflexion profonde sur les différences entre les conditions sociales, même si le dénouement voit le retour à l’ordre traditionnel.

Beaumarchais pousse plus loin la critique sociale dans Le Mariage de Figaro : le valet remet explicitement en question les abus du pouvoir aristocratique. Le Comte devient l’emblème de la corruption et de la tyrannie, comme l’était déjà Bartholo dans Le Barbier de Séville. Dès 1789, les pièces de Beaumarchais sont prises en exemples par certains révolutionnaires.

à noter

On trouve dans la pièce de Beaumarchais ce qui deviendra la devise du journal Le Figaro une quarantaine d’années plus tard : « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. »

Figaro est également un dramaturge raté, qui a été confronté à la censure : attaqué de toutes parts, il a dû fuir Madrid et faire mille métiers avant de finir barbier à Séville. Le valet se fait, dans un fameux monologue, le porte-parole de l’auteur lui-même, afin de défendre la liberté artistique et littéraire.

Conclusion

[Synthèse] Le valet de comédie est donc un personnage protéiforme : il peut avoir une fonction proprement divertissante, mais peut aussi être porteur d’une réflexion plus complexe sur des sujets plus graves.

[Ouverture] Au xixe siècle puis au xxe siècle, le rôle du valet évolue considérablement au théâtre. Transfiguré en héros romantique dans le Ruy Blas de Hugo, interrogeant les rapports de domination sociale moderne dans Maître Puntila et son valet Matti de Brecht, confronté à la parodie cruelle des rapports sociaux dans Les Bonnes de Genet, le personnage du valet confirme son caractère plastique et sa capacité à faire réfléchir sur l’homme et la société.