Lecture historique des mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Les mémoires : lecture historique
Type : Composition | Année : 2014 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Lecture historique des mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France
 
 

Les mémoires : lecture historique

hgeT_1400_00_36C

HISTOIRE

1

CORRIGE

 

Sujet inédit

composition

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

  • L’intitulé du sujet renvoie à la question du programme Les mémoires : lecture historique.
  • Il est centré sur la notion de mémoire, qui désigne l’ensemble des souvenirs et des représentations d’un événement propres à une communauté. Cet ensemble est fondé sur une histoire commune.
  • Il s’agit ici des mémoires de la Seconde Guerre mondiale qui, pour les Français, correspond à la période de l’Occupation et du régime de Vichy. Au cours de votre devoir, vous devrez montrer la façon dont cette période a produit différentes mémoires, avec un regard d’historien.

Dégager la problématique

Ainsi, pour faire le lien entre ces deux éléments, vous pourrez formuler une problématique de ce type : comment peut-on, avec un regard d’historien, décrire l’évolution des mémoires de la Seconde Guerre mondiale, de 1945 à nos jours ?

Définir le plan

  • Pour répondre à cette question, un plan chronologique s’impose.
  • D’après les travaux des spécialistes, deux étapes peuvent être distinguées : de 1945 à la fin des années 1960, une mémoire officielle s’impose ; à partir des années 1970, cette mémoire officielle est remise en cause par l’affirmation de mémoires diverses.
Corrigé

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche et présentation du sujet] En 2009, la diffusion télévisée du film de Philippe Triboit Un village français est un grand succès populaire. Celui-ci témoigne de l’intérêt du public français pour la période de l’Occupation, dont la complexité est soulignée dans le scénario. Cette œuvre est révélatrice d’une mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France, c’est-à-dire de l’ensemble des souvenirs et des représentations communes que les Français partagent. À ce titre, elle nourrit la réflexion historique sur une période dont l’historiographie est déjà abondante.

[Problématique et annonce du plan] C’est pourquoi nous nous poserons la question suivante : comment, avec un regard d’historien, peut-on décrire l’évolution des mémoires de la Seconde Guerre mondiale, de 1945 à nos jours ? Pour y répondre, nous montrerons d’abord que, de 1945 à la fin des années 1960, s’impose une mémoire officielle ; puis, que, depuis les années 1970, cette dernière est remise en cause à mesure que des mémoires diverses s’affirment.

I. De 1945 aux années 1970 : une mémoire héroïque

1. Une nécessité : reconstruire l’unité nationale

 

Définition

L’épuration désigne la répression, sauvage ou légale, menée à la Libération contre les personnes accusées de collaboration.

  • En 1945, les Français sortent traumatisés de la Seconde Guerre mondiale : la défaite militaire de mai-juin 1940 et l’armistice, la collaboration menée par le régime de Vichy, les persécutions politiques et raciales, l’épuration ont divisé la nation.
  • Dès la Libération, la priorité du général de Gaulle est de reconstruire l’unité nationale autour de sa personne en pansant ces blessures : il faut oublier au plus vite ce qui divise. Pour lui, la République n’a jamais cessé d’exister : le régime de Vichy est « nul et non avenu ».

2. La construction d’une mémoire héroïque

 

Info

Le résistancialisme est une expression créée par l’historien français Henry Rousso.

  • Les gaullistes imposent la mémoire d’une France unanimement résistante. C’est le mythe résistancialiste : la majorité de la population aurait combattu l’occupant allemand et le régime de Vichy dès le début du conflit, et aurait ainsi contribué à la libération du territoire. Le 18 juin 1960 est inauguré le mémorial de la France combattante au mont Valérien, qui devient un lieu de mémoire national.
  • Les communistes contribuent à la construction de cette mémoire en exagérant leur rôle dans les mouvements de Résistance : le Parti communiste français (PCF) se présente comme le « parti des 75 000 fusillés ». Guy Môquet, fils de député communiste et militant fusillé par les Allemands en octobre 1941, devient pour eux une figure canonique.

3. Les « oubliés » de la mémoire officielle

 

Définition

Les « malgré-nous » sont les soldats alsaciens et lorrains enrôlés contre leur gré dans la Wehrmacht.

  • Les vaincus de la guerre sont oubliés par une mémoire qui valorise les héros de la France libre et de la Résistance : il s’agit des prisonniers de guerre, des travailleurs du STO, des « malgré-nous » alsaciens et lorrains, des déportés. Ainsi, la spécificité de la Shoah n’est pas reconnue, d’autant que les victimes peinent à exprimer leurs souffrances.
  • Après les procès de Pétain et de Laval et l’épuration légale (1945), les lois de 1951 et 1953 permettent l’amnistie d’anciens collaborateurs (ex. : René Bousquet, ancien secrétaire d’État de la police de Vichy, amnistié en 1958).

II. L’émergence des mémoires de la Seconde Guerre mondiale (à partir des années 1970)

1. Un contexte favorable au réveil des mémoires

  • La fin des années 1960 est marquée par le déclin du gaullisme(de Gaulle démissionne en 1969) et du communisme, l’arrivée à l’âge adulte d’une génération n’ayant pas connu la guerre et l’essor d’un esprit contestataire (ex. : crise de mai 1968).
  • Des œuvres cinématographiques portent un regard critique sur la période de l’Occupation et remettent en cause le mythe résistancialiste (ex. : Le Chagrin et la Pitié de Marcel Ophüls, 1971 ; Lacombe Lucien de Louis Malle, 1974).
  • Des travaux historiques pionniers contribuent également à un réexamen des faits (ex. : La France de Vichy de Robert Paxton, 1973) puis à l’étude des mémoires elles-mêmes (ex. : Le Syndrome de Vichy de Henry Rousso, 1987).

2. L’affirmation de la mémoire de la Shoah

 

Info

Klaus Barbie a été chef de la Gestapo à Lyon de 1943 à 1944 ; Maurice Papon a été secrétaire général de la préfecture de Gironde de 1942 à 1944.

  • Le procès d’Eichmann (1961) et la guerre des Six Jours (1967) favorisent l’émergence d’une mémoire juive militante. Ainsi, l’avocat Serge Klarsfeld, fils de déporté, s’appuyant sur la loi de 1964 rendant imprescriptibles les crimes contre l’humanité, pourchasse des collaborateurs ayant contribué à la Solution finale. Son combat aboutit notamment aux procès de Klaus Barbie (1987) et de Maurice Papon (1998).
  • Des œuvres cinématographiques sensibilisent le grand public à la Shoah (ex. : le téléfilm américain Holocaust diffusé en France en 1979, le film Shoah de Claude Lanzmann sorti en 1985).
 

Définition

Le négationnisme consiste à nier l’existence du Génocide, c’est-à-dire la réalité des chambres à gaz et de la Shoah.

  • Cependant, le développement des thèses négationnistes dans les années 1970 oblige les militants à ne pas baisser la garde : en 1981, Georges Wellers, survivant d’Auschwitz, doit publier Les chambres à gaz ont existé.

3. L’État face aux mémoires

 

Info

Les 16 et 17 juillet 1942, 13 000 Juifs sont arrêtés par la police parisienne et conduits au Vélodrome d’Hiver avant d’être déportés.

  • En 1990, la loi Gayssot qualifie de délit la contestation de l’existence des crimes contre l’humanité.
  • En 1993, le président François Mitterrand décide de faire du 16 juillet, jour anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv’, une journée nationale commémorative, sans toutefois reconnaître la responsabilité de l’État français dans la déportation des Juifs.
  • Le 16 juillet 1995, le président Jacques Chirac reconnaît officiellement cette responsabilité, tout en rendant hommage aux Justes, c’est-à-dire aux Français qui ont sauvé des Juifs de l’extermination nazie. À partir de 2000, le dimanche le plus proche du 16 juillet devient une journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France.
  • En 2007, le président Nicolas Sarkozy décide de consacrer une journée nationale en l’honneur de Guy Môquet pour redonner toute sa place à la Résistance. Ce choix est vivement contesté par les enseignants et les historiens, qui dénoncent une instrumentalisation du personnage.
  • On assiste ainsi à une inflation de lois mémorielles qui tendent à substituer le devoir de mémoire au devoir d’histoire. Cependant, les historiens actuels proposent une analyse plus nuancée de cette période durant laquelle la majorité des Français semble s’être accomodée de l’Occupation, en attendant des jours meilleurs.

Conclusion

[Réponse à la problématique] Ainsi, les mémoires de la Seconde Guerre mondiale connaissent une évolution en deux temps : de 1945 aux années 1960, sous la houlette du général de Gaulle, une mémoire héroïque, fondée sur le mythe résistancialiste, tend à s’imposer ; à partir des années 1970, en lien avec le déclin du gaullisme, cette mémoire est remise en cause, ce qui permet notamment l’émergence d’une mémoire spécifique à la Shoah.

[Ouverture] La mémoire de la Seconde Guerre mondiale semble aujourd’hui apaisée. Cependant, la persistance d’un discours négationniste nous rappelle que la vigilance reste toujours de mise face à ce que l’historien Pierre Vidal-Naquet appelait « les assassins de la mémoire ».