Lequel des deux est préférable : d’un côté, un roi conquérant et invincible dans la guerre ; de l’autre, un roi sans expérience de la guerre, mais...

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re L | Thème(s) : La question de l'homme dans les genres de l'argumentation
Type : Écriture d'invention | Année : 2014 | Académie : Moyen-Orient
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Fiction et argumentation
 
 

Fiction et argumentation • Invention

fra1_1406_09_03C

QUESTION DE L’HOMME

44

CORRIGE

 

Liban • Mai 2014

Série L • 16 points

Écriture d’invention

> Dans Les Aventures de Télémaque, les sages proposent une troisième question à Télémaque et à l’habitant de Lesbos (texte A, lignes 52 à 55) : « Lequel des deux est préférable : d’un côté, un roi conquérant et invincible dans la guerre ; de l’autre, un roi sans expérience de la guerre, mais propre à policer sagement les peuples dans la paix ? » Devant l’assemblée des sages, l’habitant de Lesbos (que vous nommerez Polémos) défend la première conception, Télémaque la deuxième. Rédigez ce débat argumenté.

Comprendre le sujet

  • Forme du texte à produire : « débat » contradictoire.
  • Sujet : « [roi] préférable » (conception du roi idéal), « la guerre / la paix ».
  • Type de texte : « défend / argumenté » indiquent que le texte est argumentatif. Il oppose deux thèses, deux conceptions.
  • Situation d’énonciation : Qui ? « l’habitant de Lesbos / Télémaque » ; Où ? « devant l’assemblée des sages » ; Quand ? dans l’Antiquité. Évitez les anachronismes.
  • Niveau de langue : celui du texte de Fénelon.
  • Registre : « débat » peut suggérer le registre polémique.
  • « Définition » du texte à produire, à partir de la consigne.
 

Débat contradictoire (genre), qui argumente sur (type de texte) le roi idéal, la guerre et la paix (thèmes), polémique (registre), pour opposer deux conceptions du pouvoir (but).

Chercher des idées

Le fond

  • Vous devez chercher des arguments et des exemples qui soutiennent les deux thèses, l’une belliciste et l’autre pacifiste.
  • Les personnages : Télémaque doit être l’image du philosophe éclairé et juste. « L’habitant de Lesbos », qui s’appelle Polémos [= la guerre, en grec]), peut être un personnage raisonnable (l. 32-35 du texte), ou sans modération, excessivement belliciste.
  • Vos lectures peuvent vous suggérer des arguments. À titre d’exemples : Rabelais, la guerre picrocholine dans Gargantua (Grandgousier, roi pacifique, opposé à Picrochole, roi belliciste) ; Damilaville, article « Paix » de l’Encyclopédie ; Giraudoux, La guerre de Troie n’aura pas lieu (I, 6).

La forme

  • Il ne s’agit pas de garder la situation d’énonciation du texte de Fénelon, récit à la 1re personne. Le texte est un échange de paroles au style direct.
  • Il s’agit des mêmes personnages que chez Fénelon : vous devez en conserver le style et le ton et donc analyser les faits d’écriture.

>Pour réussir l’écriture d’invention : voir guide méthodologique.

>La question de l’homme : voir mémento des notions.

Corrigé

Nous vous proposons l’extrait d’une écriture d’invention possible, volontairement inspirée des lectures citées plus haut mais adaptées (pour vous montrer comment vous pouvez tirer profit des textes étudiés au cours de l’année).

Polémos. – Pour assurer la prospérité de son peuple, le roi doit prendre exemple sur d’illustres héros comme Alexandre. Il lui faut non seulement être en mesure de défendre son pays contre les invasions et ambitions de ses voisins, mais aussi d’affermir sa puissance par sa capacité à soumettre les autres peuples ; il en tirera alors gloire mais aussi prospérité économique : plus de territoires amène plus de richesses, plus de richesses engendre bonheur et aisance. D’ailleurs ne dit-on pas : « Si tu veux la paix, prépare la guerre » ?

 

Conseil

Apprenez par cœur les phrases-clés des textes analysés dans l’année, pour pouvoir les utiliser dans vos textes d’invention. Elles servent en effet d’arguments d’autorité.

Telémaque. À quoi sert d’envahir avec une soif insatiable les autres nations ? « Mieux vaut garder, sauver, régir et administrer1» son pays – si petit soit-il – et ses terres, en bonne intelligence avec les nations voisines, et cultiver avec elles de fructueux échanges économiques. Peu m’importe que le roi soit expert à la guerre ! Que prétendez-vous par ces belles conquêtes ? Pour moi, « ce que l’on appelle prouesses héroïques n’est que soif de sang et de pouvoir1». Pour quoi comptez-vous la perte de milliers d’hommes causée par les guerres ? Pour moi, le bon roi est celui qui est capable de dire : « Je n’entreprendrai guerre que je n’aie essayé tous les arts et moyens de paix1» et le meilleur des mondes serait celui où les rois, éclairés par les lumières de la raison, tiendraient le même discours.

Polémos. Voilà bien le discours utopique qui a causé la perte de bien des peuples ! « Savez-vous pourquoi vous êtes là, tous tant que vous êtes, prospères, sages et laborieux ? C’est parce que vos pères et vos aïeux ont été des guerriers2. » S’ils s’étaient amollis dans une vie paisible, devenus lâches et incapables de vous défendre, c’est vous qui demanderiez à votre roi de savoir vous sauvegarder et de vous rendre invincibles.

Télémaque. – « Où est la pire lâcheté ? Paraître lâche vis-à-vis des autres, et assurer la paix ? Ou être lâche vis-à-vis de soi-même et provoquer la guerre2? »

Polémos. – Oui, mais l’expérience montre que le roi, lorsqu’il mène ses troupes au combat, cimente les énergies et crée un vaste mouvement de solidarité. C’est ainsi que se construit l’unité nationale…

Télémaque. – « La guerre est un fruit de la dépravation des hommes ; c’est la paix qui donne de la vigueur aux empires ; elle maintient l’ordre parmi les citoyens ; elle favorise la population, l’agriculture et le commerce ; en un mot elle procure aux peuples le bonheur qui est le but de toute société. La guerre au contraire dépeuple les États ; elle y fait régner le désordre ; […] Les passions aveugles des princes les portent à étendre les bornes de leurs États, peu occupés du bien de leurs sujets3. » Mais, surtout, la guerre fait ressortir la bête en l’homme : tous les instincts que la civilisation a su l’aider à dominer ressurgissent. Oublié l’art ! Oubliée la morale ! Oublié le bonheur !

Devant une telle éloquence et une telle flamme, les sages de Lesbos reconnurent la parole de vérité qui allait sauver leur peuple.

1. Phrases extraites de Gargantua, de Rabelais.

2. Phrases extraites de La guerre de Troie n’aura pas lieu, de Giraudoux.

3. Phrases extraites de l’article « Paix » de l’Encyclopédie, par Damilaville.