Les affres des embouteillages (texte de Boileau, dessin de Kirk)

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Dénoncer les travers de la société
Type : Sujet complet | Année : 2016 | Académie : Inédit

 

6

Sujet inédit • Dénoncer les travers de la société

50 points

Les affres des embouteillages

Ce sujet regroupe tous les exercices de français de la 2de épreuve écrite.

1re partie • Analyse et interprétation de textes et de documents (1 heure)

Document A Texte littéraire

Si l’on en croit la peinture pittoresque de Boileau, la circulation dans les rues de Paris au xviie siècle n’avait rien à envier à celle d’aujourd’hui.

En quelque endroit que j’aille, il faut fendre la presse

D’un peuple d’importuns qui fourmillent sans cesse.

L’un me heurte d’un ais1 dont je suis tout froissé ;

Je vois d’un autre coup mon chapeau renversé.

Là, d’un enterrement la funèbre ordonnance

D’un pas lugubre et lent vers l’église s’avance ;

Et plus loin des laquais2 l’un l’autre s’agaçants3,

Font aboyer les chiens et jurer les passants.

Des paveurs en ce lieu me bouchent le passage ;

Là, je trouve une croix de funeste présage4,

Et des couvreurs grimpés au5 toit d’une maison

En font pleuvoir l’ardoise et la tuile à foison.

Là, sur une charrette une poutre branlante

Vient menaçant de loin la foule qu’elle augmente ;

Six chevaux attelés à ce fardeau pesant

Ont peine à l’émouvoir6 sur le pavé glissant.

D’un carrosse en tournant il accroche une roue,

Et du choc le renverse en un grand tas de boue :

Quand un autre à l’instant s’efforçant de passer,

Dans le même embarras se vient embarrasser.

Vingt carrosses bientôt arrivant à la file

Y sont en moins de rien suivis de plus de mille ;

Et, pour surcroît de maux, un sort malencontreux

Conduit en cet endroit un grand troupeau de bœufs ;

Chacun prétend passer ; l’un mugit, l’autre jure.

Des mulets en sonnant augmentent le murmure7.

Aussitôt cent chevaux dans la foule appelés

De l’embarras qui croît ferment les défilés,

Et partout les passants, enchaînant les brigades8,

Au milieu de la paix font voir les barricades.

On n’entend que des cris poussés confusément :

Dieu, pour s’y faire ouïr9, tonnerait vainement.

Boileau, Satire VI, 1666, vers 31-62.

1. Ais : planche.

2. Laquais : valets, serviteurs.

3. S’agaçants : jusqu’à ce que l’Académie le déclare invariable (1679), le participe présent prenait un s au masculin pluriel.

4. Pour prévenir les passants du danger, les couvreurs mettaient une croix sur la toiture en réfection.

5. Grimpés au : grimpés sur.

6. L’émouvoir : le faire avancer.

7. Murmure : bruit.

8. Brigades : groupes.

9. Ouïr : entendre.

Document B Kirk, « Si ces idiots prenaient le bus… » (1995)

Ce dessin a été publié dans le St. Paul Pioneer Press, journal local du Minnesota (États-Unis). Il est ici adapté en français.

© Kirk Anderson

fra3_1600_00_08C_01

questions 20 points

Les réponses doivent être entièrement rédigées.

Sur le texte littéraire (document A)

▶ 1. a) Quels sont les désagréments dont se plaint Boileau dans cet extrait ? (2 points)

b) Énumérez les différents éléments qui contribuent à ces désagréments. (3 points)

▶ 2. a) Quel est l’objectif de Boileau ? (2 points)

b) Quel genre littéraire choisit-il pour l’atteindre ? (2 points)

▶ 3. a) Quel est le temps employé par Boileau ? (2 points)

b) Pourquoi ce choix ? (1 point)

▶ 4. « font aboyer les chiens et jurer les passants » (vers 8) et « l’un mugit, l’autre jure » (vers 25) : comment appelle-t-on cette figure de style ? (1 point)

Une gradation.

Un parallélisme.

▶ 5. Identifiez au moins deux procédés employés par Boileau pour créer un effet d’exagération. (2 points)

Sur le texte et l’image (documents A et B)

▶ 6. Quelles ressemblances et quelles différences pouvez-vous trouver entre le texte et le dessin quant au sujet qu’ils évoquent ? (2 points)

▶ 7. Quelles réactions le dessin provoque-t-il en vous ? Que révèle-t-il sur les automobilistes et sur notre société ? (3 points)

2de partie • Rédaction et maîtrise de la langue (2 heures)

dictée 5 points

Le titre, la source de l’extrait et « commis » sont écrits au tableau au début de la dictée.

Émile Zola

Au bonheur des dames

1883

Inauguration d’un grand magasin

Enfin, on rouvrit les portes, et le flot entra. Dès la première heure, avant que les magasins fussent pleins, il se produisit sous le vestibule un écrasement tel, qu’il fallut avoir recours aux sergents de ville, pour rétablir la circulation sur le trottoir. […] Il y avait des poussées d’épaules, une bousculade fiévreuse autour des casiers et des corbeilles […]. Malgré le temps froid, les commis qui vendaient au plein air du pavé, ne pouvaient suffire. Une femme grosse jeta des cris. Deux petites filles manquèrent d’être étouffées.

Toute la matinée, cet écrasement augmenta. Vers une heure, des queues s’établissaient, la rue était barrée, ainsi qu’en temps d’émeute.

réécriture 5 points

« 

Là, sur une charrette une poutre branlante

Vient menaçant de loin la foule qu’elle augmente ;

Six chevaux attelés à ce fardeau pesant

Ont peine à l’émouvoir sur le pavé glissant.

 »

Réécrivez ces vers en remplaçant « une charrette » par « des charrettes », « une poutre » par « des poutres » et en faisant les modifications nécessaires.

travail d’écriture 20 points

Vous traiterez au choix le sujet A ou le sujet B.

Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ).

Sujet A

Tout comme Boileau, écrivez un texte à tonalité satirique racontant comment vous vous êtes retrouvé(e) pris(e) dans un mouvement de foule ou un embouteillage. Vous emploierez le présent et écrirez en prose.

Sujet B

Vous êtes un(e) militant(e) écologiste et vous devez écrire un discours destiné aux automobilistes pour essayer de les convaincre de la nécessité de moins utiliser leur véhicule. Vous développerez au moins trois arguments.

Les clés du sujet

Les documents

Le texte littéraire (document A)

Il s’agit d’une satire, c’est-à-dire un écrit dans lequel l’auteur attaque, en se moquant, les travers de la société de son temps. Ici, Boileau se plaint des encombrements de Paris au xviie siècle. En effet, les rues étroites, la circulation incessante et les travaux rendaient périlleux les déplacements dans certains quartiers de la capitale.

L’image (document B)

Ce dessin satirique vise à montrer aux automobilistes l’absurdité de leur comportement et la nécessité d’en changer. Il a été publié dans un journal américain, puis repris et adapté en français sur un site Internet destiné à encourager l’utilisation des transports en commun.

Travail d’écriture (Sujet A)

Recherche d’idées

Commence par choisir la situation que tu vas raconter : embouteillages de départ en vacances, foule en délire lors d’un concert… Fais appel à tes souvenirs ou à ton imagination.

Puisque tu dois décrire une scène mouvementée, tu peux faire une liste de verbes d’action à utiliser : courir, se bousculer, emporter, serrer, hurler, accélérer, freiner, klaxonner…

Conseils de rédaction

Raconte à la première personne. Tu dois vivre la situation de l’intérieur. Emploie le présent de narration, ce sera plus vivant.

La tonalité satirique vise à critiquer en se moquant ; elle utilise souvent l’humour, la parodie ou l’ironie. Ton texte doit divertir le lecteur. Il ne s’agit pas d’émouvoir, mais de faire rire : utilise un vocabulaire expressif, exagéré ; emploie des comparaisons, des métaphores ou autres figures de style.

Travail d’écriture (Sujet B)

Recherche d’idées

Cherche les arguments que tu peux utiliser pour essayer de convaincre les automobilistes : temps perdu et énervement liés aux embouteillages, manque d’exercice physique, pollution, dégradation de l’environnement, etc.

Conseils de rédaction

Respecte un plan que tu auras choisi à l’avance :

en introduction, présente le sujet de ton intervention ;

consacre un paragraphe par argument ; enchaîne les arguments dans un ordre d’importance croissant ;

rédige une courte conclusion.

Tu peux employer l’ironie pour rendre ton discours plus attrayant.

Corrigé

Corrigé

1re partie • Analyse et interprétation de textes et de documents

questions 20 points

▶ 1. a) Dans cet extrait, Boileau se plaint des « embarras de Paris » : dangers (chute d’objets par exemple), nuisances sonores et embouteillages en tous genres.

b) Les éléments qui contribuent à embouteiller les rues de Paris sont nombreux et variés. Toutes les classes sociales sont représentées : artisans, domestiques, bourgeois ou nobles ; les charrettes côtoient les carrosses et les animaux, mulets, chevaux, bœufs, se mêlent aux hommes.

▶ 2. a) Cette peinture pittoresque de la capitale n’a d’autre objectif que d’amuser le lecteur, de le faire rire ou sourire.

Info +

La satire est à l’origine un poème antique en prose et en vers, très répandu à Rome, et qui mêle attaque contre les individus et vérités morales.

b) Boileau adopte la forme traditionnelle de la satire héritée des poètes satiriques latins. Ce poème est composé d’alexandrins aux rimes suivies.

Zoom

Un parallélisme est une figure de style reposant sur la répétition d’une même construction syntaxique, ce qui crée un effet d’insistance.

▶ 3. a) Boileau emploie le présent de narration.

b) Il rend ainsi la scène plus vivante : elle semble se dérouler sous nos yeux.

▶ 4. Cette figure de style est un parallélisme.

▶ 5. L’accumulation, la surenchère dans les nombres (« un carrosse », « vingt carrosses », « plus de mille », « six chevaux », « cent chevaux »), les répétitions (« dans le même embarras se vient embarrasser », vers 20), l’hyperbole (« Dieu pour s’y faire ouïr tonnerait vainement », vers 32) contribuent à créer une impression de cacophonie et de désordre.

▶ 6. Le dessin et le texte sont tous les deux des satires sur les embouteillages subis par les citadins. Il est amusant de constater qu’un texte écrit au xviie siècle est plus que jamais d’actualité au xxie siècle, même si les automobiles ont remplacé les carrosses, les charrettes et les troupeaux de bœufs, créant un spectacle plus uniforme et moins pittoresque. Cependant, la pollution atmosphérique rend le problème plus crucial à notre époque.

▶ 7. Ce dessin satirique fait rire mais provoque aussi une certaine colère : les automobilistes coincés dans l’habitacle de leur voiture, pare-choc contre pare-choc, ont tous la même mine renfrognée et hargneuse, la même pensée enfermée dans les bulles qui envahissent le cadre et qui évoquent les nuages de pollution que les véhicules laissent derrière eux. Autant d’individus isolés qui ne communiquent pas, prêts à s’insulter au moindre incident et surtout égoïstes, refusant de renoncer au confort de leur voiture pour lutter contre la pollution. Sans compter – comble de l’absurdité – qu’ils rentreraient plus vite et avec moins de stress en empruntant les transports en commun ou en vélo.

2de partie • Rédaction et maîtrise de la langue

dictée

POINT MÉTHODE

1 Attention à toutes les marques du pluriel (s, x, -ent).

2 Il y a deux participes passés : étouffées et barrée. Ils sont tous deux employés avec l’auxiliaire être et donc s’accordent avec le sujet (deux petites filles et la rue).

3 Attention à l’infinitif du verbe suffire qui se termine par un e contrairement à rétablir.

Enfin, on rouvrit les portes, et le flot entra. Dès la première heure, avant que les magasins fussent pleins, il se produisit sous le vestibule un écrasement tel, qu’il fallut avoir recours aux sergents de ville, pour rétablir la circulation sur le trottoir […] Il y avait des poussées d’épaules, une bousculade fiévreuse autour des casiers et des corbeilles […]. Malgré le temps froid, les commis qui vendaient au plein air du pavé, ne pouvaient suffire. Une femme grosse jeta des cris. Deux petites filles manquèrent d’être étouffées.

Toute la matinée, cet écrasement augmenta. Vers une heure, des queues s’établissaient, la rue était barrée, ainsi qu’en temps d’émeute.

réécriture

Les modifications sont mises en couleur.

Attention !

« menaçant » est un participe présent et non un adjectif verbal. Il est donc invariable.

« Là, sur des charrettes des poutres branlantes

Viennent menaçant de loin la foule qu’elles augmentent ;

Six chevaux attelés à ces fardeaux pesants

Ont peine à les émouvoir sur le pavé glissant. »

travail d’écriture

Voici un exemple de rédaction sur chacun des deux sujets.

Attention les titres en couleur ne doivent pas figurer sur ta copie.

Sujet A

Conseil

Sois attentif aux exemples de comparaisons et métaphores proposées ici. Elles expriment, entre autres, la violence des mouvements de foule (torrent impétueux, marée humaine) et la sensation d’étouffement (étau).

[Mise en situation : entrée dans la station de métro] Je m’approche de la bouche de métro, lorsque je suis aspirée, entraînée par un flux incessant de passagers pressés qui se ruent dans l’escalier et envahissent l’étroit couloir qui mène aux portiques. Je cherche rapidement mon titre de transport et passe le portillon qui s’ouvre puis se referme comme une bouche vorace. Le torrent impétueux m’emporte de nouveau vers les quais à travers de longs boyaux blafards. Parfois le courant se divise selon les directions choisies par les usagers. Je suis ballotée, bousculée, malmenée.

Conseil

Tu peux faire le choix de décrire la foule, les gens qui t’entourent comme une masse anonyme et morcelée : un mur de bras, de jambes, de torses, les corps, une voix.

[Description du quai, puis du trajet en métro] Le quai est noir de monde. Une foule dense, compacte, rend toute approche impossible. Un mur de bras, de jambes, de torses se dresse devant moi. Le métro entre enfin dans la station. Il est bondé. Derrière les portes, les corps sont serrés, écrasés. Lorsqu’elles s’ouvrent, les passagers sont éjectés et viennent se heurter à ceux qui veulent à tout prix entrer. L’empoignade se fait violente. « Laissez sortir », entend-on hurler.

Je parviens à me glisser in extremis dans un petit interstice avant que les portes automatiques ne viennent se fermer au ras de mon nez. Mon visage est écrasé contre la vitre. Je ne peux remuer un orteil et retiens ma respiration. Je suis prise dans un étau. Une voix proteste : « Vous m’écrasez le pied ! » À la station suivante, je suis éjectée violemment du wagon par la marée humaine qui se précipite vers les sorties ou les correspondances ou reflue dans la rame. Encore cinq stations !

[Fin du récit] Je finis par émerger de cet enfer, moulue, courbatue, épuisée… me promettant de me mettre au vélo ou à la marche à pied !

Sujet B

[Introduction] Automobilistes pressés et irrités par les longues heures passées dans l’habitacle de votre voiture, c’est à vous que je m’adresse : j’aimerais vous faire comprendre combien votre comportement peut sembler à la fois absurde et irresponsable.

Conseil

Introduis un peu d’ironie pour rendre ton discours attrayant et efficace.

[1er argument : dans sa voiture, chacun est seul et devient agressif] Absurde, car vous vous retrouvez tous comme des moutons, à la queue leu leu pendant des heures à respirer les gaz qui s’échappent de vos tuyaux d’échappement, à maugréer et vous plaindre des autres qui auraient dû selon vous laisser leur véhicule au garage : c’est toujours la faute du voisin.

Absurde, car vous passez des heures, seuls dans cet espace étroit et étouffant qu’est votre voiture, cernés par d’autres automobilistes tout aussi solitaires, sans échanger d’autres propos que des injures, parfois, lorsque l’un d’eux vous serre de trop près.

[2e argument : la voiture fait perdre un temps précieux dans les embouteillages] Absurde aussi parce que vous seriez sans doute rentrés plus rapidement en transport en commun en profitant de votre trajet pour lire, pour somnoler ou pour échanger avec les autres usagers, si les wagons ou les bus, bien sûr, ne sont pas trop bondés. Absurde encore parce que vous auriez peut-être pu, au lieu de passer ces longues heures assis sur votre siège à prendre votre mal en patience, faire de la marche ou du vélo et entretenir votre forme. C’est votre santé qui est en jeu.

Attention !

Articule bien tes arguments au moyen de connecteurs logiques.

[3e argument : l’usage de la voiture va à l’encontre de la préservation de l’environnement] Irresponsable, enfin et surtout, parce que la qualité de notre environnement réclame la diminution de la circulation automobile, parce que c’est une question de santé publique, que l’avenir de vos enfants et de notre planète est en jeu. Cela vaut bien quelques sacrifices et une remise en question de nos petits égoïsmes.

[Conclusion] J’espère que vous saurez m’entendre et que certains d’entre vous laisseront leur chère automobile à la maison et utiliseront des moyens de transport plus écologiques : en effet, c’est ensemble que nous devons inventer des lendemains qui chantent.