Annale corrigée Dissertation

Les déterminants de la mobilité sociale

Dissertation

Les déterminants de la mobilité sociale

4 heures

20 points

Intérêt du sujet • La mobilité sociale est un enjeu majeur des sociétés démocratiques. Quelles sont les tendances de cette mobilité en France ? Comment les expliquer ?

 

Comment expliquer la mobilité sociale en France ?

DocumentDestinées sociales des femmes selon l'origine sociale de leur mère en 2015 (en %)

029_sesT_2000_00_19C_Groupe_Schema_0

Source : Insee Première, no 1739, février 2019.

AE : agricultrices exploitantes

PI : professions intermédiaires

ACCE : artisanes, commerçantes et chefs d'entreprise

EOQ : employées et ouvrières qualifiées

CPIS : cadres et professions intellectuelles supérieures

EONQ : employées et ouvrières non qualifiées

Document 2Catégorie socioprofessionnelle des personnes en emploi de 1982 à 2018 (en %)

sesT_2000_00_19C_01

Source : Emploi, chômage, revenus du travail, coll. « Insee Références », Insee, édition 2019.

Document 3Niveau de vie et taux de pauvreté selon le type de ménage en 2011

Tableau de 7 lignes, 7 colonnes ;Tetière de 2 lignes ;Ligne 1 : ;Taux de pauvreté (en %);Niveau de vie mensuel moyen en euros;Ligne 2 : Ensemble;Un enfant;Deux enfants;Trois enfants;Quatre enfants ou plus;Ensemble;Corps du tableau de 5 lignes ;Ligne 1 : Ménages d'une famille avec au moins un enfant mineur; 17,5; 13,9; 13,1; 21,3; 41,2; 1 800; Ligne 2 : Couples avec au moins un enfant mineur; 14,0; 9,9; 10,1; 17,8; 35,2; 1 880; Ligne 3 : Familles « traditionnelles »; 13,5; 10,0; 9,7; 18,0; 35,0; 1 910; Ligne 4 : Familles recomposées; 17,6; 9,3; 13,0; 16,3; 37,0; 1 660; Ligne 5 : Familles monoparentales; 39,6; 29,5; 35,7; 49,9; 75,3; 1 240;

Source : Couples et familles », coll. « Insee Références », Insee, édition 2015.

Document 4Obtention du baccalauréat selon la génération et le milieu social (en %)

sesT_2000_00_19C_02

Source : L'État de l'École 2010, ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse.

 

Les clés du sujet

Analyser la consigne et dégager une problématique

sesT_2000_00_19C_03

Problématique. La mobilité sociale n'est pas le seul résultat de choix individuels. Elle s'explique aussi par des facteurs socio-économiques et sociologiques.

Exploiter les documents

Document 1. Ce tableau est une table des destinées. Que signifie cette appellation ? Comment en lire les données ? La mobilité sociale des femmes est présentée : quelles sont ses spécificités ? Aidez-vous du jeu de couleurs et de sa légende.

Document 2. Ce graphique révèle les évolutions de la structure socioprofessionnelle française depuis 1982. Quelle est la nature des données ? Quelles transformations expliquent une partie de la mobilité sociale ?

Document 3. Ce tableau compare le niveau socio-économique des ménages selon leurs configurations. Quels sont les indicateurs socio-économiques retenus ici ? À quelle notion du cours renvoie cette distinction entre types de ménages ?

Document 4. Ce graphique indique le taux d'obtention du baccalauréat selon l'origine sociale, à ne pas confondre avec le taux de réussite. Observez l'évolution générale et selon la catégorie socioprofessionnelle (CSP). Comment évolue l'écart entre les deux CSP ? Que peut-on en déduire sur le rôle de la formation dans la mobilité sociale ? Celle-ci joue-t-elle le même rôle pour toutes les CSP ?

Définir le plan

Tableau de 2 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 2 lignes ;Ligne 1 : I. La mobilité sociale liée aux évolutions socio-professionnelles; Étudiez l'évolution de la structure socioprofessionnelle. Faites le lien entre les documents 1 et 2 : où se situe une partie importante de la mobilité ?Étudiez l'élévation du niveau de formation. Quel est son effet ? (document 4); Ligne 2 : II. L'action des ressources et des configurations familiales; Étudiez le rôle du milieu social familial. Montrez que l'immobilité sociale représente une part importante des destinées (document 1). Quel phénomène cela met-il en évidence ? Montrez les inégalités d'accès aux diplômes selon les CSP (document 4).Étudiez les effets des différentes configurations familiales (document 3).;

Les titres des parties ne doivent pas figurer sur votre copie.

Introduction

[accroche] Matthieu Chedid est un musicien issu d'une lignée d'artistes prestigieux. [présentation du sujet] Cette trajectoire sociale particulière est-elle à l'image de l'attribution des positions sociales ? Autrement dit, quels sont les facteurs de la mobilité sociale dans la société française contemporaine ? [problématique] Nous allons montrer que celle-ci ne résulte pas des seuls choix individuels, mais qu'elle s'explique par des facteurs socio-économiques et sociologiques. [annonce du plan] Nous étudierons d'abord le rôle des évolutions socioprofessionnelles, puis nous montrerons le poids de la famille.

I. La mobilité sociale liée aux évolutions socioprofessionnelles

Le secret de fabrication

Il s'agit de montrer que le phénomène de mobilité structurelle est dû aux évolutions de la structure socioprofessionnelle et des niveaux de formation qui y sont liés.

1. La mobilité due aux évolutions de la structure socioprofessionnelle

La structure socioprofessionnelle est marquée par des transformations importantes entre 1982 et 2018 (document 2) : la part des agriculteurs et des ouvriers diminue (respectivement – 5 et – 10 points de pourcentage), tandis que celle des cadres et des professions intermédiaires augmente (respectivement + 10 et + 5 points de pourcentage). Une telle situation génère une mobilité structurelle.

Ces transformations expliquent que les catégories socioprofessionnelles (CSP) en déclin connaissent une mobilité forte de leurs enfants, tandis que les CSP en expansion sont marquées par une forte immobilité sociale et attirent des enfants issus d'autres CSP. Ainsi, comme le montre la table des destinées (document 1), en 2015 seu­lement 8 % des filles d'agricultrices sont agricultrices elles-mêmes (immobilité), tandis que 92 % sont mobiles. 41,7 % des filles de cadres sont elles-mêmes cadres et 31,6 % occupent des professions intermédiaires.

2. Le rôle de l'élévation du niveau de formation

Les transformations de la structure socioprofessionnelle s'accompagnent d'une élévation du niveau de formation, nécessaire pour favoriser l'accès des individus aux positions socioprofessionnelles qui se développent.

On constate ainsi, quelle que soit la CSP, une augmentation du taux d'accès au baccalauréat : moins de 5 % pour la génération née en 1929, plus de 60 % pour celles nées entre 1983 et 1987 (document 4), et 75 % aujourd'hui.

conseil

Étayez votre propos à l'aide des données issues des documents. Vous pouvez effectuer des calculs.

II. L'action des ressources et des configurations familiales

1. La transmission inégale des capitaux selon le milieu social de la famille

L'immobilité sociale est un phénomène important dans la table des destinées (document 1). Si celle-ci est faible chez les filles issues de mères indépendantes (agricultrices et artisanes, commerçantes, chefs d'entreprises) en raison de la mobilité structurelle, elle représente entre 31,4 % des filles d'employées et ouvrières non qualifiées et 41,7 % des filles de cadres en 2015.

Ce phénomène s'explique par la transmission de capitaux (économique, culturel et social) inégaux selon les CSP. Le capital culturel joue un rôle déterminant dans la réussite scolaire et professionnelle : il favorise la reproduction des positions sociales tant dans les catégories populaires que supérieures. Ainsi, en dépit de la réduction des écarts, les enfants de cadres ont encore un taux d'accès au baccalauréat supérieur de 40 points à celui des enfants d'ouvriers pour les générations nées entre 1983 et 1987 (document 4).

mot clé

Les capitaux représentent ici des ressources mobilisables pour accéder à une position sociale. Ces ressources sont plus ou moins rentables et les individus peuvent investir pour les augmenter, comme le capital d'une ­entreprise.

2. Les effets des configurations familiales sur la mobilité sociale

Les configurations familiales, qui désignent la compo­si­tion et les modes de constitution de la famille (nombre et âge des frères et sœurs, position dans la fratrie, place des grands-parents, etc.), ont des effets sur la socialisation des individus et sur leurs aspirations et leurs projets, leurs choix et leurs réussites d'étude, et donc sur leurs trajectoires sociales futures.

Certains types de famille apparaissent en difficulté pour assurer un avenir social à leurs enfants compte tenu de leurs conditions de vie, particulièrement les familles ayant quatre enfants et plus, et les familles monoparentales. En effet, 39,6 % de ces dernières et 75,3 % de celles qui ont quatre enfants et plus vivent en dessous du seuil de pauvreté en 2011 (document 3), ce qui rend difficile le financement d'études supérieures ainsi que les conditions pour étudier (espace de travail, équipement numérique, accompagnement familial, etc.).

mot clé

La pauvreté monétaire est mesurée à partir d'un seuil de revenu, fixé à 50 ou 60 % du revenu disponible. La part des personnes en dessous de ce seuil définit le taux de pauvreté.

Conclusion

[bilan] La mobilité sociale ne dépend donc pas seulement du libre choix des individus d'une trajectoire sociale, mais aussi de contraintes socio-­économiques et sociologiques fortes, liées aux évolutions de la structure socioprofessionnelle et du niveau de formation ainsi qu'au rôle de la famille. [ouverture] Le poids important de la reproduction sociale souligne l'importance majeure de l'école pour favoriser une attribution des positions dans la société moins liée à l'origine sociale et davantage aux capacités et aux choix individuels.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner