Les dynamiques de localisation des activités sous l’effet de la mondialisation

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : La mondialisation en fonctionnement
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Les dynamiques de localisation des activités sous l’effet de la mondialisation

La mondialisation en fonctionnement

Corrigé

33

Géographie

hgeT_1200_00_31C

Sujet inédit

étude critique de document

>À partir de l’analyse critique de la carte proposée, vous montrerez les inégalités mondiales relatives au commerce international.

Document

Le commerce international de marchandises


Source : OMC, 2008 (chiffres de 2007).

  • Les échanges commerciaux internationaux correspondent aux flux qui traversent les frontières (importations/exportations), ceci est essentiel pour comprendre cette carte.
  • Commencez par bien observer la légende. Les cercles représentent la valeur des échanges. Il faut également savoir distinguer les flux intrarégionaux des flux interrégionaux. Le commerce intrarégional correspond aux échanges au sein de la zone elle-même.
  • Pour l’étude critique d’une carte, vous devez savoir que les choix de représentation ne se font pas au hasard. Ils participent d’une vision du monde.
  • N’hésitez pas à zoomer sur un cas qui vous semble intéressant. Vous n’avez pas le temps de tout décrire mais vous pouvez choisir un exemple représentatif.
Corrigé

Analyser une carte

1 Prenez le temps de bien comprendre la légende. Regardez les unités, s’il s’agit de valeurs absolues ou relatives (pourcentages).

2 Repérez ensuite les phénomènes les plus remarquables sur la carte. Pour décrire les phénomènes, vous devez pouvoir situer les principales régions du monde et les caractériser. Il est nécessaire de pouvoir les expliquer en proposant des hypothèses. Enfin, n’oubliez pas les régions à l’écart du phénomène décrit. Cela fait partie de l’analyse.

3 Vous devez pouvoir critiquer la représentation cartographique sur le fond (choix du contenu et des indicateurs) et sur la forme (type de projection, figurés…). Sachez par exemple distinguer une projection polaire (plus centrée sur le pôle nord) d’une projection Mercator (plus classique) où les longitudes et les latitudes se coupent à angle droit.

Ce corrigé est proposé sous une forme entièrement rédigée.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche] Le commerce de marchandises s’est mondialisé ces dernières années grâce aux progrès des transports mais aussi grâce à la multiplication des accords favorisant les échanges internationaux.

[Problématique] Pour autant, la géographie de ces flux commerciaux à l’échelle mondiale est-elle uniforme ?

[Présentation du document et annonce du plan] La carte de l’organisation du commerce international en 2008 permet de répondre à cette question, en montrant des régions qui dominent et d’autres qui sont en retrait.

I. Les régions qui dominent le commerce international

La Triade, moteur du commerce mondial

  • La carte montre avant tout clairement le poids de la Triade dans le ­commerce mondial. La région Asie-Pacifique échange dix fois plus que le continent africain par exemple.
  • Les pôles de la Triade dominent doublement le commerce international : ils concentrent la majorité des flux commerciaux, en plus d’être les régions les plus dynamiques du commerce intrarégional.
  • La division internationale du travail se réalise principalement entre ces pays.

Le cas emblématique de l’Europe

  • L’Europe réalise la plus grande part du commerce international. Non seulement elle échange avec les deux pôles de la Triade et l’ensemble des régions du monde, mais elle occupe surtout le premier rang en terme de commerce intrarégional (4 963 milliards de dollars).
  • En effet, l’Europe est composée de nombreux États qui ont établi entre eux des relations commerciales. De plus, la mise en place d’une zone de libre-échange et l’utilisation d’une monnaie unique (l’euro) facilitent les échanges.

II. Les régions secondaires dépendantes du Nord

Des flux commerciaux drainés par les pays du Nord

  • Les autres régions du monde échangent beaucoup moins de marchandises que les pôles de la Triade en valeur absolue. L’Amérique latine, qui compte pourtant des puissances telles que le Brésil ou l’Argentine, échange ainsi quatre fois moins que l’Amérique du Nord.
  • La plupart de leurs échanges sont interrégionaux et dirigés vers la Triade. On peut supposer qu’il s’agit pour une part d’exportationsde matières premières. Le cas des pays du Moyen-Orient est emblématique. Ces pays exportent surtout du pétrole vers les principaux consommateurs d’énergie que sont les pôles de la Triade.
  • La proximité géographique et culturelle peut expliquer l’importance de certains échanges. Si l’on suit les flèches, on constate que les pays africains échangent de manière privilégiée avec l’Europe, ce qui s’explique par l’histoire commune aux deux continents à travers la colonisation.

Des flux Sud-Sud minoritaires

Dans cette géographie du commerce mondial, les flux Sud/Sud restent très minoritaires. Certains continents ont très peu de liens commerciaux entre eux. C’est le cas entre l’Amérique latine et l’Afrique.

III. Une vision partielle de la mondialisation

Une carte qui insiste sur la domination de la Triade

  • La carte étudiée propose une projection polaire, centrée sur l’Europe. Cette représentation renforce encore visuellement l’image d’une domination des pays du Nord.
  • Par ailleurs, on pourrait contester les découpages régionaux proposés. Il aurait été intéressant de pouvoir distinguer l’Union européenne du reste de l’Europe. De même, la région Asie-Pacifique est très vaste et regroupe aussi bien des pays du Nord (Japon, Corée du Sud) que du Sud (Laos, Birmanie).
  • Ces choix de représentation tendent donc à présenter une image sans doute simplifiée des échanges commerciaux.

Une géographie en mutation face à la crise ?

  • Les données statistiques représentées par le document sont fiables, puisqu’elles proviennent de l’OMC (Organisation mondiale du commerce). En revanche, elles datent de 2007, un an avant le début de la crise économique. Depuis cette date, les flux commerciaux ont baissé dans l’ensemble.
  • Les effets de la récession peuvent reconfigurer ces échanges. Les États-Unis et l’Union européenne importent moins tandis que les pays émergents constituent de plus en plus des marchés de consommation, comme c’est le cas en Chine.

Conclusion

Ce document montre que les flux du commerce mondial sont structurés par les pôles de la Triade. Cependant, les choix cartographiques tendent à exagérer cette vision d’un monde dominé par la Triade et négligent la montée des puissances émergentes : le terme de Triade commence pourtant à être moins employé suite à l’affirmation de nouveaux acteurs comme les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).