Les dynamiques territoriales aux États-Unis et au Brésil

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud
Type : Composition | Année : 2015 | Académie : Inédit
Corpus Corpus 1
Les dynamiques territoriales aux États-Unis et au Brésil

L’Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud

hgeT_1500_00_70C

Géographie

40

Liban • Mai 2015

composition

Les clés du sujet

Analysez le sujet

Les termes du sujet


Terme


Définition


États-Unis


Envisagés comme le pays leader de la mondialisation.


Brésil


Pays émergent – certains spécialistes disent « émergé » –, son intégration territoriale n’est pas aussi avancée que celle des États-Unis.


Dynamiques territoriales


Ce terme renvoie au fonctionnement du territoire de chaque État, c’est-à-dire de l’espace construit, organisé, produit par les sociétés humaines. Les dynamiques productives et résidentielles qui en caractérisent et modifient l’organisation sont des dynamiques territoriales.

La problématique

Quelles dynamiques territoriales pour les États-Unis et le Brésil ? Quelles sont les caractéristiques communes de l’organisation territoriale de ces deux pays ? Quelles en sont les différences ? Quelles sont les interactions entre l’intégration dans la mondialisation et les dynamiques territoriales de ces deux États ?

Utilisez les mots clés


Évitez les pièges

  • Ne faites pas une étude comparative en traitant l’un puis l’autre de ces pays. Adoptez au contraire un plan thématique dont les différentes parties établiront les similitudes et les différences de l’organisation territoriale.
  • Veillez à bien relier les dynamiques territoriales avec la mondialisation, car c’est précisément cette dernière qui donne les grands traits de l’organisation du territoire du Brésil comme de celui des États-Unis.
Corrigé
Corrigé

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Présentation] Le Brésil est déjà, à de nombreux titres, le géant de l’Amérique du Sud. Il présente de nombreux points communs avec son voisin du Nord, les États-Unis. Pourtant, la construction du territoire brésilien semble moins bien achevée.

[Problématique] Quelles sont donc les dynamiques territoriales des États-Unis et du Brésil ? Qu’ont-elles de commun ? De différent ? En quoi ces dynamiques reflètent-elles l’intégration de chaque pays dans la mondialisation ?

[Annonce du plan] Les deux pays partagent les caractéristiques d’anciens pays neufs. Ils connaissent le partage de leur territoire en centres intégrés à la mondialisation et en périphéries dont l’intégration reste incomplète.

I. Deux anciens pays neufs

1. Des espaces à conquérir

  • Les deux pays sont des États-continents. La conquête et la maîtrise de l’espace et des distances sont donc déterminantes.
  • Les États-Unis sont construits par les pionniers, qui repoussent la « frontière » vers l’ouest, tandis que des millions de migrants arrivent d’Europe.

Conseil

Un petit schéma simple peut être utile pour étayer votre démonstration. Vous pouvez développer en commentant les cycles représentés.

  • Le Brésil, en revanche, connaît une succession de cycles spéculatifs (sucre, or et surtout café), créant une structure territoriale en archipel.

2. Des sociétés multiculturelles

  • Le Brésil a reçu 5,35 millions d’immigrants entre 1872 et 1972 ; les États-Unis 71 millions entre 1820 et 2005. Dans les deux cas, les migrations ont été massives et mondiales.
  • Les deux pays ont connu l’esclavagisme. Le système a été le plus poussé au Brésil avec 5,5 millions d’esclaves en provenance d’Afrique, source d’un métissage important de la population.
  • Aux États-Unis, en revanche, les mélanges ont été peu nombreux. Les régions de plantation du Sud-Est comme les grandes villes (ghettos) connaissent des problèmes d’intégration de la minorité noire.

[Transition] Ces deux anciens pays neufs ont donc connu des histoires parallèles. Leur insertion dans la mondialisation produit pareillement centres et périphéries.

II. Des centres : métropoles et interfaces

1. Les centres aux États-Unis

Conseil

Il est recommandé de développer un exemple sur une ou plusieurs dynamiques liées à la mondialisation : voir les exemples cités entre parenthèses.

  • Le Nord-Est des États-Unis, de la megalopolis aux Grands Lacs, est le berceau de la puissance américaine. Son déclin relatif témoigne du grand « retournement spatial » à l’œuvre au profit de la Sun Belt (de la Floride à la Californie), qui constitue un deuxième espace central.
  • Ce basculement est lié à des dynamiques spatiales à toutes les échelles : montée en puissance de la façade pacifique, développement des dynamiques transfrontalières (Main Street Québec-Chicago, Mexamérique), développement des interfaces maritimes et littoralisation de l’économie (Californie, ­Floride), métropolisation (centres de commandement à l’échelle mondiale).

2. Le centre du Brésil

  • Le Brésil ne compte qu’un seul centre : le Sudeste. Polarisé par São Paulo, Rio de Janeiro et Belo Horizonte, il assure 70 % de la production industrielle du pays.
  • Cette région centrale bénéficie de dynamiques comparables à celles des centres des États-Unis : interfaces maritimes, dynamiques transfrontalières, métropolisation.

[Transition] Si le territoire américain bénéfice d’un double centre, l’avenir semble laisser davantage de possibilités à certaines périphéries du Brésil.

III. Espaces de conquête, espaces de réserve

1. Les périphéries brésiliennes

  • Les régions pionnières du Nord amazonien sont progressivement défrichées par le front pionnier. C’est un espace de conquête.
  • À l’inverse, dans le Nordeste, de très fortes inégalités sociales ne permettent pas de sortir la région du sous-développement.

2. Les périphéries américaines

  • Le vieux Sud jadis esclavagiste a longtemps été en retard. Mais depuis trente ans, par desserrement de la megalopolis, il se modernise.
  • Le grand Ouest, espace de réserve, centré sur les montagnes Rocheuses, ne connaît de croissance que dans quelques centres (Denver, Salt Lake City).

Conclusion

[Reprise] Les deux anciens pays neufs que sont les États-Unis et le Brésil ont donc connu une histoire similaire, avec des problématiques spatiale et historique comparables. Les premiers ont cependant achevé plus tôt leur intégration territoriale. Leur insertion poussée dans la mondialisation les fait bénéficier de deux régions centrales là où le Brésil n’en compte qu’une. En revanche, la périphérie amazonienne ouvre de plus grandes potentialités d’avenir pour ce dernier.

[Réponse] Les deux organisations territoriales des États-Unis et du Brésil sont donc très comparables. Elles se trouvent décalées dans le temps, comme si la structure archipélagique du développement historique du Brésil avait ralenti son intégration spatiale. L’insertion de ces deux pays dans la mondialisation entraîne une structuration du territoire en centres et périphéries très semblable, avec des dynamiques identiques de métropolisation et d’interface qui jouent pareillement sur les espaces.

[Remise en perspective] Ces deux pays ont en fait été les produits de la première mondialisation initiée par l’Europe dès le xvie siècle. Il est donc peu surprenant que leur organisation territoriale en ait été profondément affectée.