Les dynamiques territoriales 
des États-Unis et du Brésil

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud
Type : Composition | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Les dynamiques territoriales
des États-Unis et du Brésil

L’Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud

Corrigé

42

Géographie

hgeT_1200_00_38C

Sujet inédit

composition

> En utilisant vos connaissances sur les cas étudiés en cours, vous comparerez les dynamiques territoriales des États-Unis et du Brésil dans la perspective des rôles que ces pays jouent à l’échelle mondiale.

Il s’agit ici d’un sujet à vocation comparative. La problématique est suggérée par la phrase qui suit le sujet. Deux écueils sont à éviter :

  • traiter un terme du sujet puis l’autre (ici les États-Unis et le Brésil). Il faut au moins aborder les points communs d’un côté et les différences de l’autre, voire, si possible, organiser la réflexion autour de thèmes au sein desquels les points communs et les différences sont analysés ;
  • étudier les dynamiques territoriales en tant que telles. Il faut examiner les liens réciproques entre la position des États-Unis et du Brésil à l’échelle mondiale et la manière dont le territoire est organisé et évolue.
Corrigé

Rédiger une conclusion

1 La conclusion doit répondre à la problématique posée en introduction et, si possible, ouvrir la réflexion.

2 Pour cela, il faut rappeler les principaux points du développement sous la forme d’idées principales et terminer sur une phrase qui propose un autre angle d’analyse.

Ce corrigé est proposé sous une forme entièrement rédigée.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche et présentation du sujet] Les États-Unis sont la première puissance du monde alors que le Brésil commence tout juste à s’affirmer à l’échelle mondiale, même s’il est depuis longtemps le leader de l’Amérique latine. Pourtant leurs dynamiques territoriales, qui sont à la fois les fondements et les conséquences de ces positionnements, offrent de nombreux points communs.

[Problématique] Quelles sont les caractéristiques des dynamiques territoriales, c’est-à-dire les processus à l’œuvre sur les territoires qui se traduisent notamment par une croissance ou un déclin, aux États-Unis et au Brésil ? Ont-elles une influence comparable dans le rôle que ces pays jouent à l’échelle mondiale ?

[Annonce du plan] Pour répondre à ces questions, nous étudierons les dynamiques d’ensemble qui marquent ces pays « neufs » avant de nous intéresser au poids considérable des métropoles qui structurent aujourd’hui ces territoires.

I. Des pays « neufs » aux atouts importants

La maîtrise inégale d’un vaste territoire

  • Les États-Unis et le Brésil sont des pays vastes : 9,6 millions de km2 pour les États-Unis, 8,5 millions de km2 pour le Brésil. Cela leur permet de disposer d’importantes surfaces, utiles notamment pour l’agriculture. De fait, les États-Unis et le Brésil sont parmi les premiers producteurs et exportateurs mondiaux de produits agricoles. Le Brésil a récemment largement développé ses productions (en particulier de soja et de canne à sucre : il est le premier producteur mondial d’éthanol) grâce à la mise en culture de la savane au sein de très grandes exploitations agricoles. Il est de plus en plus considéré comme la ferme du monde. Ces deux pays ont également d’importantes réserves de ressources non renouvelables, notamment des hydrocarbures et des minerais.
  • Aux États-Unis comme au Brésil, l’ensemble du territoire n’est pas exploité mais il est maîtrisé par les réseaux de transports aux États-Unis, alors que ce n’est pas le cas du Brésil. Cette maîtrise nécessite en effet d’importants moyens, alors même que les densités moyennes de ces pays sont faibles. De ce fait, sauf dans les zones les plus densément peuplées, les réseaux routiers et ferroviaires offrent des mailles assez lâches. Ainsi au Brésil, la Transamazonienne (entre l’Atlantique et le Pérou), symbole de la progressive intégration de l’Amazonie et de sa mise en valeur, se limite pour l’instant à une vaste route pénétrante, souvent non asphaltée et encore inachevée. Le dynamisme économique repose largement sur la population, qui est très mobile.

Une population mobile

  • La population se déplace pour trouver un emploi ou améliorer ses conditions de vie. Ainsi la Sun Belt accueille la plupart des flux de migrants au sein des États-Unis (et en provenance des autres pays). Au Brésil, de nombreuses personnes quittent le Nordeste en crise au profit du Sudeste en pleine croissance, ce qui accentue ces tendances.
  • À ces mouvements vers les zones en pleine croissance, il faut ajouter ceux de conquête territoriale. Si les fronts pionniers n’existent plus aux États-Unis où la totalité du territoire est maîtrisé, ils constituent encore un important facteur de peuplement et de développement au Brésil, du sud-est vers le nord-ouest. Ils se traduisent souvent par un défrichement de la forêt, l’appropriation des terres (aux dépens des populations traditionnelles) et leur mise en culture. Cependant, les principales dynamiques territoriales sont principalement articulées par les métropoles.

II. Des métropoles qui structurent le territoire

Le rôle prépondérant des métropoles littorales

  • L’essentiel des dynamiques territoriales repose sur les villes, notamment les métropoles. Le taux d’urbanisation est comparable aux États-Unis et au ­Brésil : 86 % au Brésil, 84 % aux États-Unis. Les grandes métropoles dominent ces ensembles. Ainsi, au Brésil, l’agglomération de São Paulo compte presque 20 millions d’habitants et produit 25 % de la richesse nationale. Aux États-Unis, le déséquilibre de la hiérarchie urbaine n’est pas aussi prononcé, mais les métropoles concentrent plus de 80 % de la population urbaine. New York, l’une des premières métropoles mondiales, abrite le siège social de 43 des 500 plus grosses entreprises américaines.
  • Ce sont les métropoles des régions dynamiques (le Sudeste au Brésil, la Sun Belt aux États-Unis) qui ont connu la plus forte croissance. Si aux États-Unis, cela entraîne un certain rééquilibrage entre les métropoles de la Megalopolis et celles de la Sun Belt, au Brésil, cela se traduit par un accroissement des inégalités territoriales.
  • Cette concentration de la population et des activités renforce leurs capacités d’attraction etde rayonnement et a aussi un effet à l’échelle des métropoles : le manque d’espace dans les centres se traduit par un étalement urbain et l’existence de quartiers aux dynamiques très différenciées, qu’il s’agisse de la richesse ou de l’intégration à l’économie nationale et mondiale.

Les principales interfaces avec l’extérieur

  • Ces métropoles sont les principales interfaces entre le territoire national et l’espace mondialisé. Elles sont, pour les plus importantes d’entre elles, inscrites dans la mondialisation dont elles sont un des éléments moteurs (New York, Washington) ou un relais (São Paulo, Chicago, San Francisco).
  • New York est, à l’échelle mondiale, à la fois un siège du pouvoir politique (siège de l’ONU), un centre de la finance, des flux aériens, du commerce et de l’économie (par la concentration des sièges sociaux). C’est également un lieu d’innovation à la fois technique et culturelle, influent même dans la mode.
  • São Paulo n’est pas aussi puissante mais elle concentre, avec Rio de Janeiro, les acteurs brésiliens de la mondialisation et représente la principale porte d’entrée pour les investisseurs étrangers. Ce rôle se traduit par un fort brassage de la population, un paysage urbain marqué par la concentration d’immeubles et de gratte-ciel et une évolution des bases économiques vers les services et les industries microélectronique, chimique et aéronautique.

La difficile question des inégalités territoriales

  • Ces mouvements se traduisent par des inégalités territoriales qui tendent à croître non seulement à l’échelle des métropoles mais aussi dans l’ensemble du pays. L’intérieur des États-Unis et le nord du Brésil sont marqués par des dynamiques territoriales assez modestes.
  • Cependant, alors que l’intérieur des États-Unis est maîtrisé mais peu occupé et peu mis en valeur, au Brésil la pauvreté domine dans les espaces où les dynamiques territoriales sont négatives. Les inégalités existent dans les deux pays mais le niveau de misère est plus prononcé au Brésil.

Conclusion

[Réponse à la problématique] Les dynamiques territoriales sont comparables au Brésil et aux États-Unis. Elles reposent sur d’importantes ressources naturelles, une population dynamique et nombreuse, une forte métropolisation et des investissements massifs pour maîtriser le territoire. Cependant les États-Unis présentent une maîtrise plus grande qui leur permet de jouer un rôle mondial plus important alors qu’au Brésil, le potentiel n’est pas encore totalement exploité.

[Ouverture] Dans les deux cas, il reste à réduire les inégalités, ce qui constitue un défi de taille.