Les espaces maritimes, approche géostratégique

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : La mondialisation, fonctionnement et territoires
Type : Analyse de document | Année : 2015 | Académie : Inédit
Corpus Corpus 1
Les espaces maritimes, approche géostratégique

La mondialisation, fonctionnement et territoires

hgeT_1500_00_64C

Géographie

30

Sujet inédit

analyse de document

> À partir de l’analyse du document, vous montrerez en quoi l’océan Indien est un espace géostratégique. Vous penserez à souligner les limites du texte.

 DOCUMENT L’océan Indien, laboratoire de la géographie militaire américaine

Longtemps, l’océan Indien fut considéré par l’armée américaine, et l’US Navy en particulier, comme un espace géographique secondaire, à la différence des océans Atlantique et Pacifique. Or, depuis le milieu des années 2000, cette perception a substantiellement changé. Dans un article remarqué de Foreign Affairs [en 2009], le journaliste américain Robert Kaplan est même allé jusqu’à faire de l’océan Indien le centre de gravité du xxie siècle. D’après lui, « la compétition entre l’Inde et la Chine suggère que l’océan Indien se situe là où les grandes batailles du xxie siècle se joueront. [...] Les États-Unis de leur côté joueront un rôle de puissance stabilisatrice dans cette région nouvellement complexe ».

Au premier abord, la croissance des actes de piraterie dans le golfe d’Aden à partir de 2008 et le déploiement de la flotte américaine (via l’OTAN et la Combined Task Force 150) pour renforcer la sécurité maritime dans l’océan Indien peuvent expliquer ce nouvel intérêt de Washington pour la zone. Près de 22 % des importations pétrolières américaines et plus de cinquante minéraux stratégiques dont dépend l’économie américaine proviennent ou transitent par la région. Mais, au-delà de cette recrudescence de la piraterie, la nouvelle attention américaine est aussi et avant tout le résultat des appréhensions de Washington quant au rôle croissant de la Chine dans l’océan Indien. Le déploiement sans précédent de navires chinois dans le golfe d’Aden pour assurer la sécurité de ses approvisionnements énergétiques, les investissements de Pékin dans ses capacités de projection de forces navales (notamment son premier porte-avions prochainement mis en service) et les hypothèses sur une stratégie chinoise dite du « collier de perles1 » dans l’océan Indien sont autant de raisons qui conduisent Washington à changer son regard sur la région.

Cette évolution est concomitante d’une réflexion plus générale menée au Pentagone depuis 2011 sur ses prépositionnements internationaux après les retraits d’Irak et d’Afghanistan, et ce principalement pour renforcer les ressources dévolues aux zones de crise potentielle (golfe Persique, océan Pacifique). Toutefois, dans le contexte politique et financier actuel, les forces américaines ne devraient pas opérer de revirement spectaculaire vers l’océan Indien. Cependant l’approche coopérative vis-à-vis de l’Inde ou de l’Australie qui anime la stratégie du Pentagone pour la zone préfigure des pratiques qui pourraient devenir structurantes pour les armées américaines. S’il est donc encore prématuré de faire de l’océan Indien le centre de gravité du xxie siècle, il constitue indéniablement un laboratoire de la géographie militaire américaine de demain.

Jean-Loup Samaan, « Géopolitique de l’océan Indien », Hérodote, 2012.

1. Stratégie menée par la Chine, qui consiste à développer des ports en eau profonde susceptibles d’accueillir sa flotte dans des États riverains de l’océan Indien (Myanmar, Pakistan).

Les clés du sujet

Lire la consigne

  • La consigne est organisée autour de la notion de géostratégie : c’est l’étude de la façon dont les États cherchent à contrôler des espaces pour des raisons économiques, politiques et militaires.
  • L’échelle retenue est celle de l’océan Indien, dont vous devez avoir une représentation visuelle précise.

Observer le document

Le document proposé est un article de la revue de géopolitique Hérodote. Il porte sur l’évolution possible de la politique de défense des États-Unis, qui accorde une importance croissante à l’océan Indien, compte tenu de ses différents enjeux. L’auteur montre également que cet espace maritime est stratégique pour d’autres puissances (la Chine et l’Inde).

Définir les axes de l’analyse

  • Vous devez montrer que l’océan Indien est un espace maritime géostratégique. Pour ce faire, vous pouvez adopter un plan en trois parties qui vous permettra d’utiliser le maximum d’informations du document.
  • Vous rappellerez d’abord que cet océan est au cœur du commerce mondial ; vous mettrez ensuite en évidence les tensions géopolitiques qui l’affectent ; vous préciserez enfin l’évolution de la stratégie militaire américaine que cette situation entraîne.
Corrigé
Corrigé

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Présentation du document] Le document qui nous est proposé est un article de Jean-Loup Samaan extrait de la revue géopolitique Hérodote parue en 2012. Il montre en quoi l’océan Indien est un laboratoire de la stratégie de défense américaine.

[Problématique et annonce du plan] Son analyse nous permettra de répondre à la question suivante : dans quelle mesure l’océan Indien est-il un espace géostratégique ? Pour y parvenir, nous montrerons d’abord qu’il s’agit d’un espace au cœur du commerce mondial, puisqu’il est le lieu de fortes tensions géopolitiques, avant de préciser l’évolution de la stratégie de défense des États-Unis.

I. Un espace au cœur du commerce mondial

1. Un espace stratégique pour l’approvisionnement énergétique et minier (2e paragraphe)

Gagnez des points !

Utilisez vos connaissances pour compléter des informations extraites du document.

  • 22 % des importations pétrolières américaines et plus de 50 minéraux stratégiques transitent par l’océan Indien. C’est le cas des hydrocarbures en provenance du golfe Persique (Arabie Saoudite, Qatar).
  • L’essentiel de l’approvisionnement énergétique et minier de la Chine transite aussi par l’océan Indien (en provenance de l’Afrique, des pays du Golfe et de l’Australie).

2. Des passages stratégiques

  • Le détroit d’Ormuz qui donne l’accès au golfe Persique voit transiter 40 % du trafic pétrolier mondial.
  • Le détroit de Bab-el-Mandeb, au nord-est de l’Afrique, est le passage obligé vers la mer Rouge et le canal de Suez ; il est vital pour les États-Unis et l’Union européenne.

II. Un espace sous tension

1. La menace de la piraterie (2e paragraphe)

Définition

La piraterie maritime est le détournement de cargaisons et la capture des équipages moyennant rançon.

  • Les actes de piraterie menacent l’approvisionnement énergétique et minier. Ils touchent notamment le golfe d’Aden (à partir de la Somalie).
  • Ce danger pousse les États-Unis, la Chine et l’Union européenne à renforcer leur flotte de guerre dans le golfe d’Aden.

2. Les rivalités entre puissances (1er et 2e paragraphes)

  • L’Inde considère l’océan Indien comme sa zone d’influence et s’inquiète du renforcement de la présence chinoise (stratégie du « collier de perles »).
  • Les États-Unis perçoivent la montée en puissance de la Chine comme un facteur de déstabilisation régionale.

III. D’un espace secondaire à un espace central pour les États-Unis

1. Au xxe siècle : « un espace géographique secondaire » (1er paragraphe)

  • Les océans Atlantique et Pacifique jouent un rôle majeur durant les conflits mondiaux et la guerre froide.
  • L’océan Indien reste à l’écart des grands événements géopolitiques, bien qu’une flotte américaine y soit présente.

2. Au xxie siècle : « le centre de gravité » du monde ? (1er et 3e paragraphes)

Info

La base aérienne de Diego Garcia, au centre de l’océan Indien, est un point d’appui stratégique durant ces opérations.

  • Depuis 2001, la lutte des États-Unis contre le terrorisme (interventions militaires en Afghanistan et en Irak), l’affirmation de la puissance chinoise et l’envolée des cours des matières premières placent l’océan Indien au cœur des préoccupations des stratèges américains.
  • Cependant, d’après l’auteur, on ne peut envisager de « revirement spectaculaire vers l’océan Indien » compte tenu des restrictions budgétaires et de la priorité donnée à l’océan Pacifique par l’administration Obama.

Conclusion

[Réponse à la problématique] Ainsi, l’océan Indien est bien un espace géostratégique : vital pour l’approvisionnement énergétique et minier de plusieurs États, il comprend de nombreux détroits stratégiques. Cependant, il est exposé à des tensions géopolitiques multiples liées à la piraterie et à la rivalité entre puissances. C’est pourquoi les stratèges américains ne le considèrent plus comme un espace secondaire.

[Critique du document] L’intérêt de ce texte est de nous montrer la complexité des enjeux géostratégiques d’un espace maritime. Cependant, il n’aborde pas la question de ses ressources propres (pêche, hydrocarbures) ni celle des contestations liées aux zones économiques exclusives.