Les États-Unis et le monde à la fin des années 1960

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Les chemins de la puissance : les Etats-Unis et la Chine depuis 1918
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2015 | Académie : France métropolitaine
Corpus Corpus 1
Les États-Unis et le monde à la fin des années 1960

France métropolitaine 2015

hgeT_1506_07_02C

Sujet complet

3

CORRIGE

France métropolitaine • Juin 2015

étude critique de documents

> Analysez les deux documents pour montrer que les États-Unis sont une puissance à l’échelle mondiale à la fin des années 1960. Comment cette puissance est-elle présentée dans ces deux documents ?

 Document 1 La conquête de la Lune

Photographie prise par l’Américain Neil Armstrong, commandant de la mission de la NASA Apollo 11 (nuit du 20 au 21 juillet 1969). Cinq cents millions de personnes suivent en direct les premiers pas de Neil Armstrong et Buzz Aldrin sur la Lune, à la radio ou à la télévision, dans le monde entier.

 Document 2 Chanson du groupe Country Joe and the Fish, « Je sens que je vais y passer » (extraits)

Allez, venez tous les costauds

Oncle Sam a encore besoin de vous

Il s’est fichu lui-même dans un terrible pétrin

Là-bas, au Vietnam

Alors, lâchez vos livres et prenez un fusil

On va bien s’amuser ! […]

Allez Wall Street, faut pas traîner

J’vais avoir cette guerre… GO GO !

Il y a plein d’argent à se faire

Pour équiper l’armée

Espérez et priez juste pour que leurs bombes

Tombent bien sur le Viet-Cong1

[…]

Allez, les mères de tout le pays

Préparez vos garçons pour le Vietnam

Pères, n’hésitez pas

Faites partir vos fils avant qu’il ne soit trop tard

Et vous serez les premiers du quartier

À voir votre gamin revenir entre quatre planches.

Cette chanson est interprétée pour la première fois au festival hippie de Woodstock (États-Unis), du 15 au 18 août 1969. Interdite aux États-Unis, elle acquiert un retentissement mondial.

1. Viet-Cong : appellation péjorative désignant les Vietnamiens communistes qui se battent contre les troupes du Sud-Vietnam et des États-Unis.

Les clés du sujet

Analysez le sujet

L’énoncé

Portant sur le thème « Les chemins de la puissance », le sujet est la relation (le « et ») qu’entretiennent les États-Unis avec le monde. Il se limite « à la fin des années 1960 », en 1969 si l’on se réfère à la date des documents.

La consigne

  • Rappel méthodologique : pour bien analyser une consigne, soulignez le(s) verbe(s) qu’elle contient ; il(s) vous indique(nt) ce que vous devez faire. Puis surlignez le(s) mot(s) qui s’y rapporte(nt) ; il(s) défini(ssen)t le(s) sujets que vous devez développer. La phrase interrogative qui termine la consigne énonce la problématique à laquelle vous devez répondre en conclusion.
  • Ici, la consigne commande de « montrer la puissance ». La force des États-Unis doit être évaluée « à l’échelle mondiale », par rapport aux autres nations ainsi que le précise l’énoncé.

Les documents

  • Les documents datent de 1969. Ils sont les reflets de cette année-là. Le contexte est celui de la détente (1962-1975), période d’apaisement entre les États-Unis et l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS). La guerre froide se poursuit cependant à travers des conflits périphériques (guerre du Vietnam, conflit israélo-arabe) et la course aux armements.
  • Le document 1 est une photographie attribuée à Neil Armstrong montrant Buzz Aldrin marchant sur la Lune. C’est un document officiel de l’Agence américaine aéronautique et spatiale, la NASA, qui témoigne de l’avancée technologique des États-Unis, ainsi exposée au monde entier (500 millions de téléspectateurs).
  • Le document 2 est une chanson interprétée lors du festival de Woodstock, manifestation emblématique des mouvements contestataires américains. Interdit, ce titre est l’expression d’un courant populaire.
  • Les deux documents s’opposent dans ce qu’ils incarnent. Leur confrontation est une incitation à traiter le sujet de façon antithétique, en montrant la puissance américaine mais aussi ses limites.

Utilisez les mots clés


Évitez les pièges

  • N’utilisez pas les documents pour les opposer en tout. Le premier évoque la puissance américaine mais permet d’aborder la question des dettes que les missions Apollo ont générées ; le second renvoie à la faiblesse morale des États-Unis mais permet de faire allusion à leur force économique (via la référence à Wall Street) et militaire.
  • La puissance des États-Unis doit être évaluée par rapport au monde. À ce titre, utilisez les informations fournies dans les légendes qui accompagnent les documents.
  • Valorisez votre copie en ajoutant des connaissances personnelles quand elles illustrent ce que les documents reflètent : l’anti-américanisme des étudiants parisiens en 1968 ou une guerre périphérique autre que le Vietnam, par exemple.
Corrigé
Corrigé

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Contexte] Au lendemain de la crise de Cuba de 1962, les États-Unis et l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) entrent dans une période de détente. Si la guerre froide continue, leurs relations s’apaisent. Ce changement s’explique par les difficultés que connaissent les deux adversaires. Leur puissance est contestée, y compris dans leur propre camp.

[Problématique] Dès lors, comment situer la puissance américaine à la fin des années 1960 ?

[Présentation des documents et annonce du plan] Reflets de l’Amérique de 1969, les deux documents permettent d’évaluer la force des États-Unis à l’échelle mondiale. Le premier est une photographie officielle de l’Agence américaine aéronautique et spatiale, la NASA, montrant Buzz Aldrin marchant sur la Lune. Le second document est un extrait d’une chanson interdite aux États-Unis mais qui fut pourtant interprétée lors du festival musical de Woodstock. Dans quelle mesure ces documents présentent-ils, ou non, la puissance des États-Unis ?

I. Une puissance qui impressionne et fascine le monde

Info

Spoutnik est le premier satellite mis en orbite autour de la Terre, en 1957 par l’URSS.

  • Leaders et protecteurs du bloc de l’Ouest, les États-Unis ont relevé le défi technologique imposé par l’URSS. Douze ans après Spoutnik, la mission Apollo 11 et l’exploit de Neil Armstrong et Buzz Aldrin marchant sur la Lune témoignent d’une avance ­technologique qui fascine la planète. 500 millions de téléspectateurs à travers le monde regardent en direct la retransmission de l’événement (doc. 1). Dans de nombreux autres domaines, dont l’informatique, les Américains ont distancé leurs principaux concurrents : ainsi, en 1969, quatre ordinateurs sont reliés aux États-Unis par le réseau Arpanet, précurseur d’Internet.
  • Cette avance technologique se traduit en termes économiques : évoqué dans la chanson (doc. 2, l. 7), Wall Street constitue alors la première place boursière au monde. Elle draine d’importants capitaux qui assurent aux États-Unis une domination confortée par le dollar, devise de réserve du système monétaire international.
  • Ces capitaux permettent aussi d’entretenir une puissance militaire (« Il y a plein d’argent à se faire pour équiper l’armée », doc. 2, l. 9-10) utilisée sur de nombreux fronts pour lutter contre le communisme (au Vietnam) ou aider des alliés, comme Israël contre ses voisins arabes (guerre des Six Jours de 1967).

Info

Le mouvement hippie est une contre-culture qui rejette en bloc les valeurs traditionnelles et la société de consommation.

  • Les États-Unis maîtrisent également le soft power. Outre l’usage de l’anglais, langue internationale, ils exportent leur mode de vie, des produits emblématiques de leur culture (le jean, par exemple), leur cinéma (Hollywood) et leur musique (rock, folk). Les mouvements contestataires comme celui des hippies font école chez leurs alliés. Les chansons engagées de leurs folk-singers (Joan Baez, Bob Dylan, Steve Earle, Pete Seeger, etc.) font le tour du monde.

Conseil

N’hésitez pas à lier vos parties par une transition qui reprend les termes de la problématique et propose un début de conclusion.

[Transition] Dans le cadre d’une véritable propagande (doc. 1) ou par des références inscrites dans des antiphrases (doc. 2), les documents montrent la puissance des États-Unis en 1969 ; leurs limites aussi.

II. Une Amérique impériale en proie au doute, et qui agace

Info

Herbert Marcuse est un philosophe américain, auteur de L’Homme unidimensionnel, essai de 1964 dans lequel il dénonce l’aliénation de l’individu dans la société de consommation.

  • La chanson de Joe and the Fish (doc. 2) traduit l’enlisement des États-Unis dans la guerre du Vietnam, un sévère échec politique et militaire pour ces derniers. Critiquée par sa propre jeunesse, l’intervention américaine nourrit des mouvements de révolte, incarnés par des stars du cinéma comme Jane Fonda. Ces manifestations affectent les sociétés d’autres pays occidentaux. En France, par exemple, lors de la crise de mai 1968, les étudiants se réclament des idées diffusées par Herbert Marcuse. La crise morale écorne la puissance américaine.
  • Si la chanson évoque Wall Street et les profits réalisés par les marchands d’armes, elle conduit aussi à rappeler l’écrasant déficit budgétaire entretenu par la guerre du Vietnam, réalité financière qui précipitera la fin du système monétaire international de Bretton Woods deux ans plus tard en 1971.
  • Dans ce contexte difficile, qui justifie la détente mise en œuvre avec l’URSS, le leader du « monde libre » doit encore faire face aux initiatives politiques hostiles de ses propres alliés. Le général de Gaulle, par exemple, multiplie les provocations (au Québec et au Mexique en 1967), les prises de position non alignées (politique pro-arabe au Proche-Orient en 1967) et les décisions contrariantes pour les États-Unis (sortie de la France de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord, OTAN, en 1966).

Conclusion

À la fin des années 1960, les États-Unis restent donc une grande puissance sans rival au sein du bloc de l’Ouest et face à l’URSS. Ils étonnent le monde autant qu’ils l’impressionnent et l’agacent ; mais leur volonté d’imposer leur ordre économique et politique bute toujours sur la capacité du bloc de l’Est à leur résister et suscite des sentiments d’américanophobie qui s’enracinent dans leur propre pays. Les deux documents témoignent clairement de ces deux facettes de la puissance des États-Unis à l’époque.