Les groupes d'intérêt dans la démocratie

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Le système politique démocratique
Type : Sujet de spécialité | Année : 2016 | Académie : France métropolitaine


France métropolitaine • Juin 2016

sciences sociales et politiques • 20 points

 Montrez que les groupes d’intérêt peuvent contribuer au fonctionnement de la démocratie actuelle (Sujet A).

DOCUMENT

À la différence des partis politiques, les groupes d’intérêt ne cherchent pas à exercer directement le pouvoir politique par la conquête des suffrages, mais à faire valoir certains intérêts auprès des pouvoirs publics. À la différence des mouvements sociaux, les groupes d’intérêt disposent d’une organisation relativement stable et pérenne1, avec une marque identifiable (Amnesty International), un sigle, des statuts indiquant leur raison d’être […], et des représentants qui parlent et agissent au nom de leurs adhérents, et plus généralement du groupe et de ses intérêts. Mais les groupes d’intérêt se rapprochent des partis politiques et des mouvements sociaux en ce qu’ils cherchent à représenter un groupe social, une catégorie socioprofessionnelle ou une fraction mobilisée de la société défendant des idéaux ou des intérêts économiques […]. L’existence de tels groupements est souvent dénoncée par les professionnels de la politique et les agents de l’État : ces organisations défendant des intérêts particuliers s’opposeraient à une vision de la politique comme activité publique au service de l’intérêt général, bref comme activité désintéressée. […]

Le triple travail de mobilisation, d’organisation et de représentation qu’ils effectuent est essentiel : d’une part, il permet de trouver les moyens idéologiques, financiers et sociaux pour rassembler les membres du groupe au-delà des différences et des concurrences […] ; d’autre part, ce travail assure la mise en place d’une structure permanente offrant aux membres du groupe un ensemble de services (données économiques, informations professionnelles, conseils juridiques) mobilisables dans leur activité professionnelle et dans leur action de défense. […]

Les enquêtes […] montrent que les groupes d’intérêt utilisent, simultanément ou alternativement, une très grande variété d’actions, sans qu’il soit vraiment pertinent de distinguer les formes protestataires des formes moins spectaculaires. […] Les organisations non gouvernementales savent aussi « monter un dossier », argumenter et rédiger des amendements parlementaires, et les associations d’industriels n’ont pas attendu l’invention des sondages d’opinion pour interpeller l’opinion.

Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort, Nouveau manuel de science politique, 2010.

1. Pérenne : durable.

Les clés du sujet

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

Un groupe d’intérêt est une organisation politique cherchant à influencer le pouvoir politique dans un sens favorable à ses intérêts et non à prendre le pouvoir. Les différentes composantes de la société civile organisée peuvent ainsi être considérées comme des groupes d’intérêt dès lors qu’elles cherchent à faire pression sur les pouvoirs publics, soit directement, soit en prenant à témoin l’opinion.

La démocratie désigne un système politique reposant sur le gouvernement du peuple par le peuple, celui-ci étant constitué de citoyens libres et égaux. L’existence de libertés publiques en démocratie rend possible la mobilisation de citoyens au sein de groupes d’intérêt.

Comprendre le document

Après avoir défini la notion de groupe d’intérêt et en avoir précisé les différences et les points communs avec les partis politiques et les mouvements sociaux, le document nous donne des informations sur la variété de leurs modalités d’action.

Structurer sa réponse

Il s’agit de montrer que les groupes d’intérêt contribuent au fonctionnement de la démocratie actuelle grâce à différentes stratégies allant de la contestation des décisions publiques à la coopération avec les pouvoirs publics.

Corrigé

Corrigé

Introduction

Dans une démocratie représentative, les citoyens exercent le pouvoir indirectement grâce à des représentants, issus de partis politiques. Mais ils peuvent aussi appartenir à d’autres types d’organisations, qu’il s’agisse d’associations, de syndicats ou encore d’organisations religieuses, c’est-à-dire des composantes de la société civile organisée. Dans la mesure où ces organisations cherchent à influencer le pouvoir politique dans un sens favorable à leurs intérêts, elles se muent en groupes d’intérêt. Ces derniers jouent un rôle croissant dans la démocratie. Il convient alors d’étudier leurs différentes modalités d’action pour mieux comprendre leurs apports au fonctionnement de la démocratie actuelle.

Développement

Les groupes d’intérêt peuvent choisir de contester les décisions publiques quand elles ne leur semblent pas légitimes. Les syndicats ou encore les associations peuvent ainsi mener des actions collectives protestataires comme la grève, la manifestation ou d’autres actions plus « spectaculaires » (document). Les groupes d’intérêt, revendiquant des intérêts communs à des groupes organisés de citoyens, assurent des fonctions de représentation et de mobilisation (document). En portant la voix de citoyens et en alimentant le débat public, ils contribuent à la vitalité démocratique.

Les groupes d’intérêt peuvent tout autant choisir des moyens d’action coopératifs : en influençant directement les pouvoirs publics ou en cherchant l’adhésion de l’opinion publique. Les associations écologistes, à vocation humanitaire ou encore défendant les droits de personnes discriminées, mènent ainsi régulièrement des campagnes d’information afin de médiatiser des problèmes. Ces organisations politiques peuvent également chercher à développer des liens privilégiés avec les parlementaires en l’absence de reconnaissance officielle. L’Union européenne leur accorde au contraire une place importante : elles vont produire des rapports d’expertise destinés à éclairer la prise de décision publique (document). En France, les syndicats, en coopérant avec les pouvoirs publics, qu’il s’agisse de gérer la Sécurité sociale ou de négocier les réformes du marché du travail, jouent également un rôle essentiel.

Conclusion

Dans le but d’influencer les pouvoirs publics, les groupes d’intérêt mènent différentes actions contestataires et/ou coopératives qui, lorsqu’elles vont dans le sens de l’intérêt général, contribuent au fonctionnement de la démocratie.