Les inégalités de patrimoine

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Classes, stratification et mobilité sociales
Type : Étude d'un document | Année : 2013 | Académie : France métropolitaine
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Les inégalités de patrimoine
 
 

Classes, stratification et mobilité sociales

sesT_1309_07_01C

Ens. spécifique

28

CORRIGE

 

France métropolitaine • Septembre 2013

étude d’un document • 4 points

> Vous présenterez le document puis vous mettrez en évidence l’évolution du patrimoine brut des ménages en France entre 1998 et 2010.

Document

Évolution entre 1998 et 2010 du patrimoine brut1 des ménages selon le décile2


 

Source : Enquêtes Patrimoine, Insee 1998, 2004 et 2010, 2011.

Champ : France métropolitaine.

Lecture : entre 1998 et 2004, la masse de patrimoine brut détenue par les 10 % de ménages les moins bien dotés a augmenté de 9,3 %. Elle a augmenté de 20,2 % entre 1998 et 2010.

1. Patrimoine brut : ensemble des actifs financiers et non financiers détenus par un agent économique à un moment donné.

2. Décile : valeur de la variable qui partage une population en 10 parties égales du même effectif.

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

Le patrimoine brut désigne l’ensemble des éléments de richesse d’un agent économique (immobilier, liquidités, titres financiers, œuvres d’art) détenus à un moment donné.

Comprendre le document

Le graphique représente l’évolution en pourcentage du montant de patrimoine brut détenu par chaque décile des ménages français entre 1998 et 2010, décomposée en deux périodes (1998-2004 puis 2004-2010).

L’évolution du patrimoine brut des ménages français n’est pas homogène selon les déciles de population classée par patrimoine croissant. Sa croissance est plus importante à partir de la médiane. La masse de patrimoine brut des 50 % des Français les mieux dotés a progressé de 120 à 130 %. On observe que c’est dans la seconde période que cet accroissement a été le plus rapide.

À l’opposé, la masse de patrimoine brut appartenant aux 30 % les plus pauvres, s’est accrue de 10 à 20 %. En situation intermédiaire, pour les Français appartenant au 4e décile (« de D3 à D4 »), le patrimoine brut a augmenté de 70 %.

Structurer sa réponse

La réponse commencera par une présentation du document puis on mettra en évidence l’évolution du patrimoine brut des ménages français entre 1984 et 2010.

Corrigé

Introduction

Ce document est un diagramme en tuyaux d’orgue ou en bâtons, qui présente l’évolution en pourcentage du patrimoine brut des ménages français entre 1998 et 2010, répartis en déciles de populations classées par patrimoine brut croissant. Il est obtenu à partir des enquêtes patrimoine de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), réalisées en 1998, 2004 et 2010.

Développement

L’évolution du patrimoine brut des ménages, c’est-à-dire l’ensemble des actifs financiers et non financiers qu’ils possèdent à un moment donné, n’est pas homogène selon les déciles de population. En effet, sa croissance est plus importante à partir de la médiane. La masse de patrimoine brut des 50 % des Français les mieux dotés a progressé de 120 à 130 %. En revanche, la masse de patrimoine brut appartenant aux 30 % les plus pauvres ne s’est accrue que de 10 à 20 %. En situation intermédiaire, pour les Français appartenant au 4e décile (« de D3 à D4 »), le patrimoine brut a augmenté de 70 %. Les patrimoines bruts des ménages se situant dans la moitié la plus aisée de la population ont progressé globalement de 3,5 à 6,5 fois plus que les patrimoines bruts des trois premiers déciles.

La comparaison des évolutions sur les deux périodes montre par ailleurs que l’accroissement n’est pas le même sur chaque sous-période. En effet, pour les trois premiers déciles, la croissance est identique, voire plus importante sur la période 1998-2004 que sur la période 2004-2010. En revanche, à partir du quatrième décile, la croissance du patrimoine brut s’accélère sur la seconde période, notamment pour la médiane et le dernier décile (les 10 % les plus riches). En effet, la croissance du patrimoine du groupe médian est de vingt points plus forte sur la période 2004-2010, de même que pour les 10 % les plus riches. Entre 2004 et 2010, les patrimoines bruts des 70 % des ménages les plus riches ont progressé plus vite, alors que celui des 30 % des ménages les plus pauvres progressait plus faiblement qu’entre 1998 et 2004.

Conclusion

L’évolution du patrimoine brut réparti par décile de population entre 1998 et 2010, a été différenciée selon les déciles et les périodes. Les patrimoines bruts les plus importants ont progressé le plus rapidement, en particulier entre 2004 et 2010.