Les inégalités entre territoires français

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Pourquoi et comment aménager le territoire ?
Année : 2016 | Académie : Inédit


Sujet inédit

maîtriser les différents langages • 20 points

Les inégalités entre territoires français

▶ 1. Sous la forme d’un développement construit d’une vingtaine de lignes et en vous appuyant sur les exemples étudiés en classe, vous décrirez les types d’inégalités qui affectent le territoire français.

▶ 2. Replacez chaque terme de la liste ci-dessous à la place qui lui convient dans la légende de la carte.

Dynamiques du territoire français

hge3_1600_00_22C_01

Espace de faible densité

Région industrielle en reconversion

Périphérie dynamique

Hub aéroportuaire mondial et régional

Technopôle, centre d’innovation

Le cœur du territoire

Axe majeur à grande vitesse

Principaux ports

Métropole régionale

Métropole mondiale

Voie maritime mondiale

Les clés du sujet

 1. Pour traiter comme il faut cette partie du programme, il faut décrire correctement les « inégalités croissantes entre territoires français ». Le plus simple est de consacrer une partie à chaque catégorie d’inégalités, sans oublier les inégalités spatiales (car c’est une épreuve de géographie !).

Dans chaque partie, tu dois absolument penser aux différentes échelles d’analyse : à l’échelle nationale, tu peux comparer les régions entre elles ; à l’échelle départementale, ce sont les départements ; à des échelles plus fines, comme l’échelle communale ou infra-communale, tu peux, par exemple, examiner les inégalités entre les différentes parties d’une aire urbaine.

Corrigé

Corrigé

Conseil

Chaque partie doit, de préférence, commencer par une phrase indiquant l’idée principale que tu vas développer : inégalités sociales, économiques, spatiales.

▶ 1. Si on mesure les inégalités sociales entre les territoires par le taux de pauvreté, de premières disparités apparaissent à l’échelle régionale : les régions méridionales et septentrionales sont les plus défavorisées. À l’échelle départementale, une même région – telle l’Île-de-France – peut regrouper les départements ayant le taux de pauvreté le plus faible (Yvelines, 9 %) et le plus fort (Seine-Saint-Denis, 27 %) du pays. Mais c’est à l’échelle communale et infra-communale que les inégalités sociales sont les plus grandes. Les communes qui comptent le plus de personnes pauvres sont les villes-centres des grandes aires urbaines. La seule aire urbaine de Paris concentre 20 % des Français vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Les inégalités entre territoires sont aussi des inégalités économiques, mesurables par l’emploi, notamment celui des cadres qui représente les deux tiers de la croissance de l’emploi. Les régions qui connaissent la plus forte croissance de ces cadres sont les régions dynamiques : atlantiques, méridionales, alpines, et l’Île-de-France. À l’inverse, les régions les moins dynamiques sont la Lorraine et les régions de la « diagonale du vide ». À une autre échelle, la croissance du nombre de cadres profite aux capitales régionales beaucoup plus qu’aux villes petites et moyennes.

Les inégalités entre territoires sont enfin des inégalités spatiales. Elles se mesurent dans l’accès des populations aux services, notamment ceux de la vie courante (supermarché, école, établissement de soins). Là encore, les inégalités sont croissantes et mesurables à toutes les échelles. Dans les régions très urbanisées (Île-de-France, PACA), la quasi-totalité des habitants accède aux services en moins de sept minutes. Mais c’est le cas pour moins de la moitié de la population en Corse. Les différences sont plus importantes encore entre les grands espaces urbanisés, notamment les métropoles, et le reste du territoire, un phénomène qu’aggravent les contraintes de relief (Pyrénées, Alpes du Sud).

▶ 2.

hge3_1600_00_22C_02