Les mécanismes de défense chez les végétaux

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Type : Pratique du raisonnement scientifique 1 | Année : 2014 | Académie : Amérique du Sud
Corpus Corpus 1
Les mécanismes de défense chez les végétaux

Génétique et évolution

svtT_1411_03_05C

Ens. spécifique

18

Amérique du Sud • Novembre 2014

pratique du raisonnement scientifique

Exercice 1 • 3 points

L’intégrité d’un organisme lui impose d’être capable de se défendre face aux multiples agresseurs auxquels il sera confronté au cours de son existence.

On cherche à montrer comment les végétaux peuvent se défendre face à leurs agresseurs.

> À partir de l’étude des documents, cochez la bonne réponse dans chaque série de propositions de QCM pour montrer comment les végétaux peuvent se défendre face à leurs agresseurs.

1. Un éliciteur est une molécule :

a) qui stimule toujours la croissance du végétal.

b) toujours produite par le végétal agressé.

c) toujours produite par l’agent agresseur.

d) qui induit toujours des réactions de défense chez le végétal agressé.

2. Les mécanismes de défense des végétaux face aux agents pathogènes :

a) sont systématiquement passifs.

b) font intervenir une cascade de signaux moléculaires.

c) font intervenir exclusivement des éliciteurs.

d) se déclenchent uniquement après intervention des éliciteurs endogènes.

3. L’acide jasmonique est :

a) une cellule de l’immunité végétale.

b) un médiateur chimique végétal.

c) un antibiotique végétal.

d) une molécule végétale neutralisant l’agresseur.

4. La réaction de défense du végétal se manifeste :

a) uniquement par la libération de molécules toxiques pour le pathogène.

b) uniquement par un épaississement de la paroi des cellules.

c) par la production de molécules répulsives pour le pathogène.

d) par des réactions de protections mécaniques et chimiques.

 DOCUMENT 1 Les éliciteurs

Les végétaux sont confrontés à des micro-organismes pathogènes tels que des virus, des bactéries ou encore des champignons. Pourtant, les plantes résistent efficacement à leurs agresseurs et développent assez rarement des symptômes sévères de maladies.

Il existe des molécules, appelées éliciteurs, qui induisent une résistance active des plantes face à leurs agresseurs. Ces substances servant de signal sont actives à faibles doses. Ces molécules sont capables de sensibiliser le système défensif des plantes puis d’engendrer une résistance. On en distingue plusieurs catégories : les éliciteurs « exogènes », qui proviennent directement de l’agresseur, telles des molécules présentes à la surface des micro-organismes pathogènes ou excrétées par ces derniers… Les éliciteurs « endogènes » sont produits par la plante elle-même par dégradation de la paroi de ses propres cellules, au niveau des lésions, pour engendrer, par exemple, des réactions de défense et de cicatrisation.

 DOCUMENT 2 Les principaux mécanismes de défense des plantes
  • Des défenses passives : les barrières mécaniques (paroi, cuticule…).
  • Des défenses actives en 3 étapes (voir le schéma ci-après) :

Étape 1 : reconnaissance des éliciteurs.

Étape 2 : production de molécules circulantes (oligosaccharides, acide jasmonique, éthylène, acide salicylique).

Étape 3 : réaction de défense (les phytoalexines sont des antibiotiques végétaux, les protéines PR, Pathogenesis Related, sont des protéines de défense ayant la propriété de résister à l’activité de protéases issues de la plante ou du pathogène et qui peuvent attaquer l’agresseur).


 
Les clés du sujet

Comprendre le sujet

  • Les notions sur les éliciteurs ne font pas partie des connaissances exigibles.
  • Les documents fournissent donc toutes les informations nécessaires pour juger de la validité des différentes propositions.
  • Il s’agit de rechercher dans les documents les informations se rapportant à telle ou telle proposition.

Mobiliser ses connaissances

Les plantes possèdent des structures et des mécanismes de défense (contre les agressions du milieu, les prédateurs, les variations saisonnières).

Corrigé
Corrigé

1. d)Exact.

Attention !

Bien prendre en compte l’idée introduite par les adverbes comme : toujours, jamais, uniquement, seulement…

b) et c) Faux. Il existe des éliciteurs endogènes ou exogènes mais c’est l’adverbe « toujours » qui est erroné.

a) Faux. Un éliciteur induit une résistance de la plante mais n’agit pas sur la croissance.

2. b)Exact.

a) Faux. Il existe des mécanismes passifs mais aussi des mécanismes actifs déclenchés par les éliciteurs. 

c) Faux. Les réactions de défense font aussi intervenir d’autres mécanismes, passifs par exemple.

d) Faux. Ils se déclenchent aussi avec les éliciteurs exogènes.

3. b)Exact.

a) Faux. « Molécule » et non « cellule ».

c) Faux. L’acide jasmonique déclenche la production d’un antibiotique végétal (phytoalexine) mais n’est pas lui-même un antibiotique.

d) Faux. C’est un signal moléculaire et non une molécule effectrice.

4. d)Exact. Réactions mécaniques (épaississement des parois) et chimiques (phytoalexine et protéine PR).

a) et b) Faux. À cause de l’utilisation de l’adverbe « uniquement ».

c) Faux. C’est le mot « répulsif » qui importe : phytoalexine et protéine PR n’éloignent pas l’agresseur mais l’attaquent.