Les mots clés de la littérature du xxe siècle

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 2de - 1re L - 1re ES - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus Corpus 2
Les mots clés de la littérature du xxe siècle

FB_Bac_99066_Lit1_F104

104

Récap’ express

mouvements littéraires et courants de pensée

Dada ou dadaïsme. Mouvement littéraire et artistique visant à la destruction de toutes les valeurs et à la désagrégation du langage. Le mouvement, fondé en 1916 par un jeune poète roumain, Tristan Tzara, reçoit l’appellation de « dada » précisément parce que le mot ne signifie rien. Le dadaïsme a largement préparé le terrain au surréalisme.

Existentialisme. Système philosophique issu des philosophes Kierkegaard (1813-1855) et Heidegger (1889-1976) représenté en France par Sartre et Camus. Pour les existentialistes, l’homme ne se définit que parla somme de ses actes et ne trouve son identité qu’à travers son existence. Aucune divinité ne donnera de sens à sa vie. Jeté dans un monde absurde, l’homme découvre avec angoisse qu’il est responsable de ce qu’il fait ; il est « condamné à être libre » et à se choisir à tous les instants.

Surréalisme. Mouvement poétique fondé en 1924 par André Breton et Philippe Soupault (>fiche74) et qui s’étend très vite à tous les arts. Le surréalisme veut libérer l’artistedescontraintes imposées par le goût et la raison. La poésie sera désormais une plongée dans l’inconscient dont elle transcrira les messages les plus insolites et les plus imagés, en l’absence de toute préoccupation esthétique ou morale. On atteint alors un monde surréel.

l’homme face à sa condition

Absurde. Sentiment que l’existence et la marche du monde n’ont pas de sens. La notion d’absurde est empruntée à Camus qui, dans Le Mythe de Sisyphe (1942), L’Étranger (1942) et Caligula (1945), montre la vanité, l’incohérence et l’absurdité de la condition humaine. Le héros absurde affronte cependant son destin.

Engagement. Attitude consistant à mettre son œuvre au service d’une idéologie. Le thème de l’engagement de l’écrivain, s’est développé à partir de la Seconde Guerre mondiale et a été mis à l’honneur par Jean-Paul Sartre(>fiche89) : la fonction de l’écrivain est de « faire en sorte que nul ne puisse ignorer le monde et que nul ne s’en puisse dire innocent » (Qu’est-ce que la littérature ? 1947). Tout homme, qu’il le veuille ou non, se trouve engagé, car ne pas choisir est encore une manière de choisir, donc de se faire complice des injustices ou des oppressions du monde.

voies et formes nouvelles

Avant-garde (théâtre). Nouvelle forme de théâtre qui se développe dans les années 1950 à la suite de Ionesco, Beckett, Genet(>fiche101). Joué dans les petites salles parisiennes, ce théâtre est fondé sur le non-sens, qui déconstruit le dialogue et affecte la perception du temps et de l’espace.

Écriture automatique. Pratiquée par les surréalistes, elle consiste à écrire spontanément et sans aucun contrôle tout ce qui se présente à l’esprit. Cette technique sera vite abandonnée, mais les surréalistes en garderont une grande liberté d’écriture et une prédilection pour l’étrange.

Nouveau Roman. Nouvelle forme de création romanesque qui prévaut dans les années 1950 et qui se caractérise par l’absence d’intrigue, le refus de tout support chronologique, la dissolution des personnages et la présence obsédantedes objets. Le romancier perçoit le monde comme formé d’éléments discontinus où les choses jaillissent sans raison et où se meuvent des êtres infiniment complexes et indéfinissables. Selon la formule de Jean Ricardou, théoricien du Nouveau Roman, il est « l’aventure d’une écriture », plutôt que « l’écriture d’une aventure ».