Les mouvements sociaux en France

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Intégration, conflit, changement social
Type : Raisonnement sur un dossier documentaire | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
&nbsp
Les mouvements sociaux en France

Int&eacute gration, conflit, changement social

Corrig&eacute

40

Ens. sp&eacute cifique

sesT_1200_00_48C

Sujet in&eacute dit

raisonnement &bull 10 points

&gt   &Agrave l&rsquo aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez comment les mouvements sociaux se sont transform&eacute s en France.

Document 1

Les organisations de masse ont subi au cours des ann&eacute es 80, en France comme dans l&rsquo ensemble des pays occidentaux, une importante &eacute rosion de leurs rangs. [&hellip ] Les partis politiques ont accus&eacute une chute du nombre d&rsquo adh&eacute rents, qui sont pass&eacute s de 875  500 en 1982 &agrave 628  000 dix ans plus tard. Ce d&eacute clin [&hellip ] a nettement plus touch&eacute la gauche parlementaire tandis que les formations de droite et d&rsquo extr&ecirc me droite, en croissance, le comblaient en partie. [&hellip ]

Le mouvement est encore plus net pour les conf&eacute d&eacute rations syndicales dont on estime qu&rsquo elles auraient perdu la moiti&eacute de leurs adh&eacute rents entre le milieu de la d&eacute cennie 1970 et celui de la d&eacute cennie ult&eacute rieure. Avec un taux de syndicalisation &eacute tabli autour de 9  % de la population active aujourd&rsquo hui, qui masque un net clivage entre secteur public et secteur priv&eacute (8  % dans le priv&eacute , contre 26  % dans le public et parapublic), la France se trouve, l&agrave encore, la lanterne rouge des pays occidentaux. [&hellip ] Au d&eacute clin quantitatif s&rsquo est ajout&eacute un d&eacute p&eacute rissement de l&rsquo activit&eacute militante, en particulier des interventions de communication dirig&eacute es vers l&rsquo ext&eacute rieur (tractage, collage, diffusion de la presse militante, porte-&agrave -porte pour les adh&eacute rents des partis, renvoyant de la sorte l&rsquo image d&rsquo un engagement sans chaleur et accentuant le mauvais ancrage social des organisations. [&hellip ]

Notre pays se trouve p&eacute riodiquement secou&eacute par des conflits sociaux d&rsquo envergure [&hellip ]. Ce sont les gr&egrave ves des cheminots (1986), des instituteurs (1987), des agents d&rsquo Air France et de la Snecma, des infirmi&egrave res (1988), conduites hors contr&ocirc le syndical par des coordinations lors de la seconde moiti&eacute des ann&eacute es 80. [&hellip ] C&rsquo est le mouvement des intermittents du spectacle de l&rsquo &eacute t&eacute 2003, la fronde des chercheurs du premier trimestre 2004, pour n&rsquo en citer que quelques-uns.

[&hellip ] L&rsquo &eacute mergence des groupes novateurs s&rsquo observe pour l&rsquo essentiel dans deux domaines. Celui de la question sociale tout d&rsquo abord, avec l&rsquo apparition &agrave partir de 1988 des syndicats SUD (Solidaires, unitaires et d&eacute mocratiques), [&hellip ] ainsi que d&rsquo associations de &laquo   sans  &raquo   : sans logement avec le DAL (Droit au logement) [&hellip ], sans emploi avec le MNCP (Mouvement national des ch&ocirc meurs et pr&eacute caires) et AC  ! (Agir ensemble contre le ch&ocirc mage), cr&eacute &eacute en 1993 &agrave l&rsquo initiative de syndicalistes  ce dernier groupe va jouer un r&ocirc le pivot entre les deux champs, syndical et associatif, notamment [&hellip ] par une synth&egrave se entre mouvement ouvrier et nouveaux mouvements sociaux.

Isabelle Sommier, &laquo   Une France protestataire  ?  &raquo ,
Sciences humaines, hors-s&eacute rie n&deg   46, automne 2004.

Document 2

Le nombre de journ&eacute es de gr&egrave ve en France
de 1976 &agrave 2004


Source  : DARES.

Champ  : Tous secteurs hors agriculture et fonction publique.

L'axe vertical indique le nombre de journ&eacute es en milliers. 

Document 3

Participation des Fran&ccedil ais &agrave diverses actions de  1981 &agrave 2008 (en % des r&eacute ponses)


Source  : Enqu&ecirc te Arval sur les valeurs des Fran&ccedil ais, Alternatives &eacute conomiques, hors-s&eacute rie n&deg   90, 4e  trimestre 2011, p 69.

Entrer dans le sujet

Les mouvements sociaux d&eacute signent des actions collectives visant &agrave transformer l&rsquo ordre social. Ils peuvent mobiliser des groupes sociaux, mais aussi des groupes &agrave statut particulier. Ils se manifestent &agrave l&rsquo occasion de conflits sociaux en rendant visibles les rapports de domination qu&rsquo ils contestent. L&rsquo affaiblissement de la contestation peut refl&eacute ter une transformation profonde des mouvements sociaux, li&eacute e &agrave l&rsquo &eacute volution de la structure sociale.

Comprendre les documents

Document  1

  • Il dresse un bilan de l&rsquo &eacute volution des mouvements sociaux en France. L&rsquo affaiblissement des organisations classiques (partis politiques et syndicats), d&rsquo abord avanc&eacute , correspond autant &agrave une diminution sensible du nombre d&rsquo adh&eacute rents, qu&rsquo &agrave une &eacute rosion de &laquo   l&rsquo intensit&eacute militante  &raquo , qui s&rsquo accompagne d&rsquo une perte de l&eacute gitimit&eacute dans la population.
  • Enfin, de nouvelles formes d&rsquo expression contestataires sont apparues depuis la fin des ann&eacute es 1980  : coordinations et autres mouvements d&eacute bordant les syndicats, mouvements sociaux plus ou moins informels comme ceux des &laquo   sans  &raquo .

Document 2

Il permet de mettre en &eacute vidence une r&eacute duction tendancielle du nombre de jours de gr&egrave ve depuis le milieu des ann&eacute es 1970. M&ecirc me si la base de calcul a &eacute t&eacute modifi&eacute e et que la fonction publique n&rsquo est pas prise en compte, des pics de contestation sont n&eacute anmoins observables.

Document 3

  • Il illustre la mont&eacute e de nouvelles formes d&rsquo actions, reposant davantage sur une action individuelle, comme la signature d&rsquo une p&eacute tition ou le boycott. Le r&ocirc le du mouvement social est alors de coordonner les actions des individus, de les agr&eacute ger pour qu&rsquo elles trouvent un &eacute cho plus important.
  • La manifestation reste une valeur s&ucirc re de la protestation, avec une pratique qui augmente.

D&eacute finir le plan

On structurera le raisonnement en deux parties traitant d&rsquo abord de l&rsquo affaiblissement des mouvements sociaux traditionnels, puis de l&rsquo &eacute mergence de nouveaux mouvements sociaux.