Les répertoires de l’action politique

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : La participation politique
Type : Sujet de spécialité | Année : 2015 | Académie : France métropolitaine
Corpus Corpus 1
Les répertoires de l’action politique

Question de spécialité • Sciences sociales et politiques

sesT_1506_07_02C

Sujet complet

4

CORRIGE

France métropolitaine • Juin 2015

sciences sociales et politiques • 20 points

> Le répertoire de l’action politique se limite-t-il au vote ? (Sujet B)

 DOCUMENT 1

Le vote, bien que toujours largement considéré comme utile et efficace par les jeunes générations, n’est plus le seul moyen d’expression démocratique. D’autres formes de participation sont recherchées, et l’on observe un élargissement des usages civiques et citoyens ainsi qu’une légitimité croissante de la protestation.

La participation politique non conventionnelle est en hausse dans tous les pays européens […]. En France, l’attachement à la manifestation s’affirme d’autant plus que l’on est jeune : 68 % des 18-24 ans contre 48 % des 65 ans et plus déclarent qu’il est extrêmement ou très important pour la démocratie que les gens manifestent. Un jeune sur deux (51 %) qui considère le vote comme un élément fondamental du bon fonctionnement de la démocratie juge également l’usage de la manifestation extrêmement ou très important. […]

Le développement de la participation non conventionnelle, souvent protestataire, dans les sociétés européennes, ne doit pas être considéré comme un mode de participation politique qui s’opposerait à la participation électorale.

Anne Muxel, « Les jeunes et la politique », Lapolitique en France et en Europe, Pascal Perrineau et Luc Rouban, 2007.

 DOCUMENT 2 Pourcentage de citoyens qui déclarent avoir effectué une ou plusieurs des actions citées entre février 2011 et février 2013


Participer à un débat public


Exprimer votre opinion sur des enjeux publics


Signer une pétition


Union européenne


20


44


34


Belgique


16


40


35


Allemagne


26


38


24


Espagne


12


53


34


France


28


51


51


Italie


18


32


23


Pays-Bas


16


51


44


Roumanie


27


41


22


Suède


13


43


46


Royaume-Uni


15


50


53

Source : Commission européenne, 2013.

Les clés du sujet

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

  • Le vote est l’acte électoral par lequel les électeurs désignent leurs représentants.
  • Les répertoires d’action politique font référence aux travaux de l’historien et sociologue américain Charles Tilly. Ils désignent l’ensemble des registres et des modalités de l’action politique connus et utilisables par les individus dans le cadre de leur participation politique.

Comprendre les documents

  • Dans le document 1, A. Muxel analyse la montée des formes de participation protestataire en Europe et en France chez les jeunes. Elle précise qu’elles ne remettent pas en cause l’attachement au vote.
  • Le document 2 présente des données européennes sur l’implication de citoyens européens dans trois formes de participation politique autres que le vote, entre février 2011 et février 2013. En France, il apparaît que la majorité des citoyens ont au moins une fois exprimé leur opinion sur des enjeux publics ou signé une pétition sur la période observée.

Structurer sa réponse

Il s’agit de montrer que le vote est une forme de participation politique centrale dans le répertoire d’action politique avant d’évoquer le développement d’autres modalités de participation qui lui sont complémentaires.

Corrigé
Corrigé

Introduction

Dans une démocratie représentative, les citoyens désignent leurs représentants lors de l’accomplissement du vote. Il fait partie d’un répertoire d’action politique qui, d’après C. Tilly, désigne un registre et des modalités de l’action politique connus et utilisables par les individus dans le cadre de leur participation politique. Mais se limite-t-il au vote ? Nous étudierons tout d’abord l’importance du vote, évoquerons ensuite la montée des actions protestataires et questionnerons enfin leurs places respectives.

Développement

  • Depuis l’instauration du suffrage universel, le vote est l’acte central par lequel les citoyens expriment leur opinion. Il s’est ensuite ritualisé, obéissant à des modalités d’organisation identiques sur tout le territoire. Il est devenu une norme malgré son caractère non obligatoire en France. Cela révèle sa portée symbolique. Certes, le taux d’abstention progresse pour tous les scrutins, mais l’acte électoral est encore qualifié de « largement utile et efficace » par les jeunes (document 1).
  • D’autres formes de participation tendent à se développer. Elles sont parfois qualifiées de « non conventionnelles » (document 1) par opposition à tous les actes électoraux. Par exemple, en France, un peu plus d’un citoyen sur deux déclare avoir déjà signé une pétition entre 2011 et 2013, c’est deux fois plus qu’en Allemagne et que la moyenne européenne (document 2). Pour les jeunes, les participations protestataires sont des moyens privilégiés et légitimes pour faire entendre leur opinion (document 1). Elles font donc partie de leur répertoire d’action politique.
  • Les participations politiques protestataires ne remplacent pas le vote mais traduisent des besoins de s’exprimer différemment en dehors des élections. Par exemple, la majorité des jeunes qui accordent de l’importance au vote est également très attachée à la manifestation. En effet, différents moyens coexistent au sein d’un répertoire d’action politique qui tend à s’élargir (document 1). En fonction de leurs ressources, les groupes sociaux vont choisir des actions qui leur correspondent. Ainsi, 68 % des jeunes soulignent l’importance de la manifestation dans une démocratie, c’est 20 points de plus que pour les plus de 65 ans (document 1).

Conclusion

La participation politique ne se réduit pas au vote, même si celui-ci garde un caractère central. D’autres formes de participation, le plus souvent protestataires, progressent et font partie intégrante d’un répertoire d’action politique dans lequel les citoyens vont puiser.