Les risques économiques d'une politique protectionniste

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Mondialisation et intégration européenne
Type : Mobilisation des connaissances | Année : 2014 | Académie : France métropolitaine


France métropolitaine • Juin 2014 

mobilisation des connaissances • 3 points

Les risques économiques d’une politique protectionniste

 À quels risques économiques peuvent s’exposer les pays qui mènent une politique protectionniste ?

Les clés du sujet

Définir les mots-clés

Une politique protectionniste est l’application d’une doctrine, le protectionnisme, stipulant qu’un pays peut avoir intérêt à protéger son marché intérieur de la concurrence étrangère. Elle cherche à provoquer une distorsion de concurrence favorable aux produits locaux : droits de douane, quotas d’importations, normes techniques restrictives, marchés publics réservés aux entreprises nationales… Le sujet demande d’exposer les risques encourus par les pays utilisant ces outils.

Structurer sa réponse

On pourra présenter d’abord les risques liés au marché intérieur, puis ceux affectant les marchés extérieurs.

Corrigé

Corrigé

Introduction

Une politique protectionniste consiste à provoquer une distorsion de concurrence favorable aux produits locaux afin de protéger un marché intérieur de la concurrence étrangère. Les divers moyens employés (droits de douane, quotas d’importations, normes techniques restrictives, marchés publics réservés aux entreprises nationales…) exposent cependant à des risques sur le marché intérieur, mais aussi sur les marchés extérieurs.

Développement

Les risques qui pèsent sur le marché intérieur sont divers. D’abord, l’atténuation de concurrence peut être défavorable aux consommateurs : ils ont alors moins de choix et payent plus cher les produits qu’ils achètent, du fait des droits de douane ou des restrictions d’importations. De plus, les entreprises nationales qui disposent d’une rente de situation offerte par la politique protectionniste ne sont plus incitées à innover et à se moderniser.

Sur les marchés extérieurs, les entreprises nationales pourront être confrontées à des gouvernements étrangers tentés d’adopter un comportement symétrique par représailles. Les exportations risquent alors de baisser, ruinant l’effet positif de la baisse des importations sur la balance courante ; à terme, la devise nationale peut même se déprécier.

Conclusion

Une politique protectionniste expose donc à des risques, tant sur le marché intérieur que sur les marchés extérieurs, où les effets se conjuguent : des entreprises moins performantes sur leur marché le sont aussi à l’exportation, entraînant une dégradation durable de la balance courante.