Les stratégies d’internationalisation des firmes multinationales

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Mondialisation et intégration européenne
Type : Dissertation | Année : 2013 | Académie : France métropolitaine
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Les stratégies d’internationalisation des firmes multinationales
 
 

Dissertation

Corrigé

1

Sujet complet

sesT_1306_07_00C

 

France métropolitaine • Juin 2013

dissertation • 20 points

> Quels sont les déterminants des stratégies d’internationalisation de la production des firmes multinationales ?

Document 1

Quelle est l’importance des critères de localisation d’une nouvelle implantation pour votre entreprise ?


 

Source : Baromètre Ernst & Young de l’attractivité de l’Europe, 2009.

Champ : 809 décideurs internationaux.

Note de lecture : parmi les décideurs internationaux interrogés, 52 % considèrent que les infrastructures logistiques et transports sont un critère important de localisation d’une nouvelle implantation.

Document 2

Coût horaire d’un salarié dans le textile en 2007 (en dollars)

 

Allemagne

28,17

France

21,61

Pologne

4,62

Turquie

2,96

Maroc

2,82

Thaïlande

1,75

Malaisie

1,34

Égypte

1,02

Inde

0,69

Vietnam

0,46

Pakistan

0,42

 

Source : Cahiers français, n° 347, novembre-décembre 2008.

Document 3

Évolution des coûts de transport depuis 19701


 

Source : Revue de l’OFCE, n° 87, octobre 2003.

1. Cela exclut le commerce des pays d’Europe centrale et orientale, des pays ayant appartenu à l’URSS (ex. Fédération de Russie) et des pays socialistes d’Asie.

2. CAF : coût assurance fret (comprend en plus du prix des produits importés, les frais d’assurance et de transport).

Définir les mots clés

  • Les firmes multinationales (FMN) sont des entreprises ayant des activités en dehors de leur pays d’origine. Ces firmes détiennent des filiales de production dans plusieurs pays.
  • L’internationalisation de la production signifie que les FMN produisent des biens et des services dans des filiales situées dans différents pays, en fonction de leur objectif principal, obtenir un avantage concurrentiel en améliorant leur compétitivité. Ainsi, les stratégies des FMN concernent la localisation de leur production permettant d’améliorer leur compétitivité.

Dégager la problématique

Si la stratégie des FMN est d’obtenir un avantage concurrentiel en améliorant leur compétitivité, on peut se demander quels sont les critères qui vont présider aux choix de localisation des filiales des FMN.

Analyser les documents

Document 1

Ce document met en évidence les critères pris en compte par les dirigeants des FMN pour implanter leurs filiales à l’étranger. Les critères principaux sont d’ordre qualitatif et ont un effet sur la productivité des filiales (infrastructures logistiques et transports, qualification de la main-­d’œuvre). La stabilité économique et sociale est également un critère essentiel. Des critères quantitatifs comme le coût de la main­-d’œuvre ou la fiscalité semblent moins déterminants.

Document 2

Ces données permettent de comparer le coût du travail d’un salarié du textile en 2007 entre les salariés des pays développés et ceux des pays en développement. Le faible coût du travail dans ces pays peut expliquer que les délocalisations y soient particulièrement importantes dans le secteur du textile, fortement utilisateur de main-d’œuvre non qualifiée.

Document 3

Ce graphique montre l’évolution de la part des coûts du transport dans le prix des importations depuis 1970. On constate une forte baisse de cette part entre 1970 et 1990, puis une augmentation continue à partir de la seconde moitié des années 1990. Cette évolution peut être liée à l’évolution des coûts de l’énergie et des mesures prises pour lutter contre l’insécurité, ou par l’évolution de la concurrence dans le secteur des transports.

Définir le plan

La réponse à la problématique comportera deux parties. La première portera sur les déterminants liés à l’environnement économique, politique et social des pays d’accueil ; la seconde partie s’attachera aux déterminants favorisant une baisse des coûts de production.

Corrigé

Introduction

  • Depuis le début des années 1980, le nombre de firmes multinationales (FMN) a été multiplié par plus de 10. Si on définit les FMN comme des entreprises ayant des activités productives en dehors de leur pays d’origine, on peut se demander quels sont les déterminants de leurs stratégies d’internationalisation de la production.
  • L’internationalisation de la production signifie que les FMN produisent des biens et des services dans des filiales situées dans différents pays, en fonction de leur objectif principal, obtenir un avantage concurrentiel en améliorant leur compétitivité. Ainsi, les stratégies des FMN concernent les critères qui vont déterminer la localisation de leur production. Ces critères peuvent être qualitatifs (liés à l’environnement économique, politique et social des pays d’accueil) ou quantitatifs (favorisant une baisse des coûts de production).

I. Les stratégies de localisation dépendant de l’environnement économique, politique et social

Pour obtenir un avantage concurrentiel les FMN doivent tenir compte de l’environnement économique du pays d’accueil, mais également de l’environnement politique et social.

1. L’importance de l’environnement économique

  • Lorsqu’on demande aux dirigeants de FMN quels sont les critères qui interviennent dans la décision de localisation des filiales, 52 % donnent un rôle déterminant aux infrastructures logistiques et transports et 49 % à la qualification de la main-­d’œuvre (document 1). Ainsi, ces facteurs qualitatifs qui favorisent, directement ou indirectement, la productivité des FMN expliquent en grande partie l’implantation de filiales dans les pays développés. Ces « filiales-relais » sont destinées à produire pour les marchés des régions ou pays dans lesquels elles sont implantées.
  • Le plus souvent, les localisations dans les pays développés répondent à une volonté d’améliorer la compétitivité ­hors prix grâce à l’innovation et à la qualité de la production. Ainsi, le développement de pôles de compétitivité dans certains pays (en France par exemple) favorise la concentration des filiales de FMN. Disposant d’une main-d’œuvre qualifiée, ces filiales se constituent en réseaux favorisant la diffusion de l’innovation et la maîtrise des nouvelles technologies.

2. La stabilité politique et sociale

  • Dans la décision de localisation des activités d’une FMN, la stabilité de l’environnement politique et social est un facteur important. Ainsi, 49 % des décideurs internationaux font de la stabilité et de la transparence de l’environnement politique et légal un critère important, et 41 % considèrent que la stabilité du climat social ne peut qu’être positive pour inciter les FMN à s’implanter dans un pays (document 1). Cette stabilité concerne surtout les pays développés dont le caractère démocratique favorise en principe la transparence des institutions. Cependant, des régimes autoritaires, comme la Chine aujourd’hui ou la Corée du Sud il y a une vingtaine d’années peuvent faire bénéficier les filiales des FMN d’un climat social apaisé, même si c’est par la force.
  • On sait que les institutions peuvent jouer un rôle essentiel pour le bon fonctionnement du marché car sans règles claires, concernant les droits de propriété notamment, les échanges peuvent être entravés. La stabilité politique et sociale réduit l’incertitude pour les acteurs économiques. Ainsi, un système législatif stable qui protège et respecte la propriété privée ainsi que les droits des individus favorise l’implantation des filiales de FMN. De même, des politiques gouvernementales favorables à l’économie de marché encouragent les investissements directs à l’étranger (IDE). C’est surtout vrai pour les pays en développement et les anciennes économies socialistes qui connaissent le processus de transition vers l’économie de marché.

[Transition]

La localisation des filiales de FMN dépend de critères qualitatifs liés à l’environnement économique, politique et social du pays d’accueil. Cependant, d’autres critères portant sur les coûts de production sont à prendre en compte.

II. Les déterminants liés aux coûts de production

Pour améliorer leur compétitivité-prix, les FMN vont localiser leur production dans les pays où le coût du travail est le moins élevé, ou leur permettant de bénéficier d’une fiscalité avantageuse.

1. Le coût du travail et la fiscalité

  • Pour 45 % des décideurs internationaux, les coûts de la main-d’œuvre sont un critère important de localisation d’une nouvelle implantation d’une filiale (document 1). En effet, le coût salarial est le coût principal de la production, surtout pour des activités fortement utilisatrices de main-d’œuvre peu qualifiée. Ce coût explique les délocalisations dans l’industrie textile, le coût horaire d’un salarié pakistanais étant plus de 60 fois moins élevé qu’en Allemagne (document 2). Cependant, il faut nuancer cet écart de coût salarial car la productivité des salariés allemands du textile est plus élevée que celle des salariés pakistanais, réduisant ainsi les différences de coût salarial unitaire.
  • Au coût du travail, on peut ajouter une fiscalité avantageuse permettant un niveau d’imposition moins élevé des profits des filiales de FMN. Ainsi, 42 % des décideurs internationaux considèrent qu’une faible taxation des entreprises est un critère important pour la localisation des filiales des FMN (document 1). Certaines filiales profitant de faibles prix de transfert pour accroître leurs profits vont localiser leurs productions dans des pays où le taux d’imposition est faible.

2. Le coût du transport

  • Une grande partie de la production des filiales est destinée à être exportée vers des pays où le pouvoir d’achat est élevé, ce sont les filiales-ateliers implantées dans les pays disposant d’une main-d’œuvre peu coûteuse. Mais les gains obtenus grâce à la faiblesse du coût salarial ne doivent pas être annulés par des coûts de transport trop élevés. Entre 1970 et 1990, période de fort développement de la multinationalisation des firmes, la part des coûts de transport dans le prix des importations a baissé d’environ 5,5 points (document 3).
  • Cependant, cette baisse relative des coûts de transport semble s’interrompre à partir du début des années 1990. On assiste même à une hausse de ces coûts au cours de la seconde moitié des années 1990 (document 3). On peut l’expliquer par l’évolution des coûts de l’énergie et des mesures prises pour lutter contre l’insécurité, ou par l’évolution du secteur des transports, de moins en moins concurrentiel. Si ce phénomène perdure, on pourrait assister dans les années à venir à un mouvement de relocalisation des activités.
  • Même s’ils semblent moins déterminants, les critères liés à la baisse des coûts de production jouent un rôle important dans les stratégies de localisation des FMN.

Conclusion

  • Les déterminants des stratégies d’internationalisation des FMN sont multiples. On peut les regrouper en deux catégories principales. La première concerne les déterminants liés à l’environnement économique, politique et social des pays d’implantation des filiales de FMN. Ainsi, les infrastructures logistiques et transport ainsi que la qualification de la main-d’œuvre favorisent la compétitivité des FMN. De plus, la stabilité et la transparence de l’environnement politique et légal réduit l’incertitude pour les entreprises. La seconde catégorie, même si elle apparaît moins importante, concerne les coûts de production (notamment la main-d’œuvre et la fiscalité), ainsi que les coûts du transport, dont la hausse relative peut remettre en cause la nécessité de délocaliser la production.
  • Les stratégies d’internationalisation de la production favorisent, depuis quelques années, les investissements directs à l’étranger dans les économies émergentes. Le problème est, aujourd’hui, de savoir quels seront les effets de cette évolution pour les pays développés, notamment en termes d’emplois.