Annale corrigée Sujet d'oral

Marivaux, L'Île des esclaves, scène 3

Sujet d'oral • Explication & entretien

Marivaux, L'Île des esclaves, scène 3

20 minutes

20 points

1. Lisez le texte à voix haute.

Puis proposez-en une explication.

Document

Trivelin, l'un des habitants de l'île des esclaves, invite Cléanthis à faire le portrait d'Euphrosine, son ancienne maîtresse, pour la corriger et lui donner un « cours d'humanité ».

Cléanthis. – […] Madame se tait, Madame parle ; elle regarde, elle est triste, elle est gaie : silence, discours, regards, tristesse et joie : c'est tout un, il n'y a que la couleur1 de différente ; c'est vanité2 muette, contente ou fâchée ; c'est coquetterie babillarde3, jalouse ou curieuse ; c'est Madame, toujours vaine ou coquette l'un après l'autre, ou tous les deux à la fois : voilà ce que c'est, voilà par où je débute, rien que cela.

Euphrosine. – Je n'y saurais tenir4.

Trivelin. – Attendez donc, ce n'est qu'un début.

Cléanthis. – Madame se lève, a-t-elle bien dormi, le sommeil l'a-t-il rendue belle, se sent-elle du vif, du sémillant5 dans les yeux ? vite sur les armes, la journée sera glorieuse : qu'on m'habille ; Madame verra du monde aujourd'hui ; elle ira aux spectacles, aux promenades, aux assemblées ; son visage peut se manifester, peut soutenir le grand jour6, il fera plaisir à voir, il n'y a qu'à le promener hardiment, il est en état, il n'y a rien à craindre.

Trivelin, à Euphrosine. – Elle développe assez bien cela.

Cléanthis. – Madame, au contraire, a-t-elle mal reposé : Ah ! qu'on m'apporte un miroir ? comme me voilà faite ! que je suis mal bâtie7 ! Cependant on se mire8, on éprouve son visage de toutes les façons, rien ne réussit ; des yeux battus, un teint fatigué ; voilà qui est fini, il faut envelopper ce visage-là, nous n'aurons que du négligé9, Madame ne verra personne aujourd'hui, pas même le jour, si elle peut, du moins fera-t-il sombre dans la chambre. Cependant il vient compagnie10, on entre : que va-t-on penser du visage de Madame ? On croira qu'elle s'enlaidit : donnera-t-elle ce plaisir-là à ses bonnes amies ? non, il y a remède à tout : vous allez voir. Comment vous portez-vous, Madame ? Très mal, Madame : j'ai perdu le sommeil ; il y a huit jours que je n'ai fermé l'œil ; je n'ose pas me montrer, je fais peur. Et cela veut dire : Messieurs, figurez-vous que ce n'est point moi, au moins ; ne me regardez pas ; remettez à me voir11 ; ne me jugez pas aujourd'hui ; attendez que j'aie dormi. J'entendais tout cela, moi ; car nous autres esclaves, nous sommes doués contre nos maîtres d'une pénétration12… Oh ! ce sont de pauvres gens pour nous.

Marivaux, L'Île des esclaves, scène 3, 1725.

1. La couleur : l'apparence.

2. Vanité : orgueil.

3. Babillarde : bavarde.

4. Je n'y saurais tenir : je ne vais pas pouvoir le supporter.

5. Du sémillant : de la gaieté pétillante avec un vif désir de plaire.

6. Peut soutenir le grand jour : peut supporter la lumière du jour.

7. Mal bâtie : mal faite, sans beauté.

8. On se mire : on se regarde.

9. Du négligé : du laisser-aller.

10. Il vient compagnie : des visiteurs arrivent.

11. Remettez à me voir : différez votre visite.

12. Pénétration : compréhension.

2. question de grammaire. Étudiez la construction des interrogations dans la réplique suivante : « Madame se lève, a-t-elle bien dormi, le sommeil l'a-t-il rendue belle, se sent-elle du vif, du sémillant dans les yeux ? » (l. 10-12)

 

Conseils

1. Le texte

Faire une lecture expressive

Le portrait que fait Cléanthis est résolument satirique : il faut faire entendre le ton railleur de la servante à l'égard de sa maîtresse.

La scène est propice au jeu théâtral : changez de ton lorsque Cléanthis­ imite sa maîtresse, et prenez une voix caricaturale pour faire sentir la vanité d'Euphrosine.

Situer le texte, en dégager l'enjeu

L'extrait consiste en un portrait moral : quels traits de caractère sont visés ?

Cette scène est un véritable règlement de comptes. Montrez que Trivelin­ encourage Cléanthis à « corriger » Euphrosine.

2. La question de grammaire

Repérez les différentes propositions interrogatives : il y en a trois en tout.

Observez leur construction, analysez leur portée (totale ou partielle).

1. L'explication de texte

Introduction

[Présenter le contexte] Le problème de la relation entre maîtres et valets est très présent dans le théâtre du xviiie siècle. On pense bien sûr à la pièce de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro (1784), où Figaro campe un valet aux accents prérévolutionnaires.

[Situer le texte] Dès 1725, Marivaux consacre une comédie à ce thème : L'Île des esclaves. La pièce, dont l'action se situe dans une Antiquité de pacotille de manière à éviter la censure, raconte ainsi comment des naufragés athéniens débarquent sur une île peuplée de descendants d'esclaves et sont conduits – du fait des lois de l'île – à inverser leur statut de maîtres et d'esclaves. Dans cette scène, Cléanthis a donc pris la place d'Euphrosine.

[En dégager l'enjeu] Nous allons étudier comment Cléanthis dresse le portrait satirique de son ancienne maîtresse.

Explication au fil du texte

Un caractère capricieux (l. 1-9)

Euphrosine est au centre du portrait, qui se déploie dans une progression à thème constant : « Madame se tait, Madame parle ; elle regarde, elle est triste, elle est gaie ». Le rythme est enlevé : les brèves propositions juxtaposées s'enchaînent rapidement et étourdissent le spectateur.

mot clé

Dans la progression à thème constant, le thème initial (Madame) est repris comme thème dans les phrases qui suivent.

Les antithèses « se tait » / « parle », « triste » / « gaie » expriment les brusques changements d'humeur d'Euphrosine. Une énumération souligne ses contradictions ridicules : « silence, discours, regards, tristesse et joie ».

Cléanthis insiste sur le caractère capricieux de sa maîtresse, à travers différentes expressions de sens contraires : « vanité muette » / « coquetterie babillarde », « contente ou fâchée », « jalouse ou curieuse ». On l'imagine accentuer l'aspect comique de la caricature en faisant les moues correspondantes au public.

Ce portrait n'est pas du tout du goût d'Euphrosine, incapable d'entendre les reproches de sa servante. Sa réaction exaspérée – « Je n'y saurais tenir » – amuse Trivelin, qui, comme s'il s'adressait directement au spectateur complice­, s'exclame : « ce n'est qu'un début ».

Effectivement, Cléanthis poursuit son portrait avec beaucoup de verve.

Le triomphe de la superficialité (l. 10-24)

La servante recrée une scène quotidienne : celle du lever de sa maîtresse. Pour Euphrosine, la première question qui se pose est celle de son apparence ! Et selon qu'elle a bien ou mal dormi, son attitude sera très différente.

Le premier cas évoqué, à travers la succession de propositions interrogatives (« a-t-elle bien dormi », etc.), est celle d'une bonne nuit de sommeil. Sûre de son apparence, Euphrosine se sent alors pleine d'énergie, comme l'indiquent l'exclamation guerrière : « vite sur les armes » et les verbes d'action au futur : « Madame verra du monde aujourd'hui ; elle ira aux spectacles, aux promenades, aux assemblées ». Cléanthis démontre à quel point cette vie mondaine est artificielle : l'objectif premier est bien de se montrer, comme le traduit la métonymie du « visage » que l'on peut « promener hardiment » !

Dans le cas d'une mauvaise nuit, la réaction est bien entendu inverse, mais toujours ridicule : « Ah ! qu'on m'apporte un miroir ? (…) que je suis mal bâtie ! » Les réactions excessives de la coquette sont évoquées au moyen d'une gradation : « des yeux battus, un teint fatigué ; voilà qui est fini » et une accumulation de négations : « rien ne réussit […] nous n'aurons que du négligé, Madame ne verra personne aujourd'hui, pas même le jour ».

Même sans didascalies, on peut imaginer à la lecture du texte toute la gestuelle qui accompagne cette tirade sur scène.

La dérisoire comédie de la coquette (l. 25-35)

des points en +

Une analyse fine du texte théâtral doit toujours envisager les conditions concrètes de sa représentation sur scène. N'hésitez pas à citer une mise en scène de l'extrait présenté à l'épreuve orale.

Cependant Cléanthis parachève ce portrait sous la forme d'une petite saynète, où elle joue à la fois le rôle de sa maîtresse et de ses visiteurs impromptus.

Elle mobilise le comique de situation : Euphrosine souhaitait justement n'accueillir personne… L'ironie est particulièrement perceptible dans les interrogations rhétoriques : « que va-t-on penser du visage de Madame ? […] donnera-t-elle ce plaisir-là à ses bonnes amies ? » L'esclave suggère que les rapports mondains sont hypocrites, dissimulant moqueries et quolibets.

Cléanthis ménage les effets comiques de sa mise en scène : « il y a remède à tout : vous allez voir ». On l'imagine contrefaisant la voix d'Euphrosine en insistant sur les excuses hyperboliques, et parfaitement risibles, que donne sa maîtresse : « j'ai perdu le sommeil ; il y a huit jours que je n'ai fermé l'œil ».

Cléanthis a le pouvoir de révéler la vérité dissimulée sous les faux-semblants : « Et cela veut dire […] ». Elle souligne sa position privilégiée de témoin lucide face aux défauts de sa maîtresse : « J'entendais tout cela, moi ; car nous autres esclaves, nous sommes doués contre nos maîtres d'une pénétration… »

L'exclamation finale, faussement compatissante, agit comme une dernière pique ironique à l'égard d'Euphrosine : « Oh ! ce sont de pauvres gens pour nous. »

Conclusion

[Faire le bilan de l'explication] Dans cette scène, Cléanthis livre un portrait acéré de sa maîtresse et, à travers elle, de la classe sociale qu'elle représente : une aristocratie uniquement préoccupée d'elle-même, sans empathie pour les gens à son service.

[Mettre le texte en perspective] Cette scène de confrontation entre l'esclave et sa maîtresse fait écho à d'autres scènes de la pièce dans lesquelles Arlequin se venge de son côté, avec l'entrain qui le caractérise, des mauvais traitements d'Iphicrate.

2. La question de grammaire

« Madame se lève, a-t-elle bien dormi, le sommeil l'a-t-il rendue belle, se sent-elle du vif, du sémillant dans les yeux ? »

La phrase comprend trois propositions interrogatives directes juxtaposées et se termine par un point d'interrogation.

Chaque interrogation concerne la proposition entière : ce sont des interrogations totales. Chacune présente un sujet inversé : la construction est de registre soutenu.

À travers ces interrogations, Cléanthis se moque de sa maîtresse qui, dès son lever, ne se préoccupe que d'elle-même.

Des questions pour l'entretien

Lors de l'entretien, vous devrez présenter une autre œuvre que vous avez lue au cours de l'année. L'examinateur introduira l'échange et peut vous poser quelques questions sous forme de relances. Les questions ci-dessous ont été conçues à titre d'exemples.

1 Sur votre dossier est mentionnée la lecture cursive d'une autre œuvre associée au parcours « Maîtres et valets » : la pièce Dom Juan de Molière (1665). Pouvez-vous expliquer brièvement ce dont il s'agit ?

2 Comment Sganarelle s'oppose-t-il à son maître tout au long de la pièce ? Parvient-il à lui faire changer d'avis sur ses vices moraux ?

3 Présentez le dénouement de la pièce. À votre avis, comment peut-on l'interpréter symboliquement ?

 

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner