Marivaux, La Fausse Suivante, I, 5

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ST2S - 1re STI2D - 1re STL - 1re STMG | Thème(s) : Beaumarchais, Le Mariage de Figaro – La comédie du valet
Type : Commentaire littéraire | Année : 2019 | Académie : Inédit

19

fra1_1900_00_12C

Sujet d’écrit • Commentaire

Marivaux, La Fausse Suivante, acte I, scène 5

4 heures

20 points

Intérêt du sujetLe théâtre de Marivaux marque une évolution des rapports maître-valet : le spectateur assiste ici à une sorte de jeu du chat et de la souris amusant où le valet triomphe du maître.

Commentez ce texte de Marivaux, extrait de La Fausse Suivante, en vous aidant du parcours de lecture ci-dessous.

Étudiez la dimension comique de ce passage.

Montrez ensuite comment évolue le rapport de force entre le Chevalier et Trivelin.

DOCUMENT

Frontin est le domestique d’un Chevalier. Envoyé à Paris, il propose à Trivelin de le remplacer en son absence auprès de son maître et lui révèle par mégarde le secret de ce dernier : le Chevalier est en réalité une femme qui dissimule sa véritable identité. Dans cet extrait, Trivelin se présente à son nouveau maître.

Trivelin. – Cependant, Monsieur, j’aurai l’honneur de vous dire que je m’appelle Trivelin. C’est un nom que j’ai reçu de père en fils très correctement, et dans la dernière fidélité ; et de tous les Trivelins qui furent jamais, votre serviteur en ce moment s’estime le plus heureux de tous.

Le Chevalier. – Laissez là vos politesses. Un maître ne demande à son valet que l’attention dans ce à quoi il l’emploie.

Trivelin. – Son valet ! le terme est dur ; il frappe mes oreilles d’un son disgracieux ; ne purgera-t-on jamais le discours de tous ces noms odieux ?

Le Chevalier. – La délicatesse est singulière !

Trivelin. – De grâce, ajustons-nous1 ; convenons d’une formule plus douce.

Le Chevalier, à part. – Il se moque de moi. Vous riez, je pense ?

Trivelin. – C’est la joie que j’ai d’être à vous qui l’emporte sur la petite mortification2 que je viens d’essuyer.

Le Chevalier. – Je vous avertis, moi, que je vous renvoie, et que vous ne m’êtes bon à rien.

Trivelin. – Je ne vous suis bon à rien ! Ah ! ce que vous dites là ne peut pas être sérieux.

Le Chevalier, à part. – Cet homme-là est un extravagant3. (À Trivelin.) Retirez-vous.

Trivelin. – Non, vous m’avez piqué ; je ne vous quitterai point, que vous ne soyez convenu avec moi que je vous suis bon à quelque chose.

Le Chevalier. – Retirez-vous, vous dis-je.

Trivelin. – Où vous attendrai-je ?

Le Chevalier. – Nulle part.

Trivelin. – Ne badinons4 point ; le temps se passe, et nous ne décidons rien.

Le Chevalier. – Savez-vous bien, mon ami, que vous risquez beaucoup ?

Trivelin. – Je n’ai pourtant qu’un écu à perdre.

Le Chevalier. – Ce coquin-là m’embarrasse. (Il fait comme s’il s’en allait.) Il faut que je m’en aille. (À Trivelin.) Tu me suis ?

Trivelin. – Vraiment oui, je soutiens mon caractère : ne vous ai-je pas dit que j’étais opiniâtre5 ?

Le Chevalier. – Insolent !

Trivelin. – Cruel !

Le Chevalier. – Comment, cruel !

Trivelin. – Oui, cruel ; c’est un reproche tendre que je vous fais. Continuez, vous n’y êtes pas ; j’en viendrai jusqu’aux soupirs ; vos rigueurs me l’annoncent.

Le Chevalier. – Je ne sais plus que penser de tout ce qu’il me dit.

Trivelin. – Ah ! ah ! ah ! vous rêvez, mon cavalier, vous délibérez ; votre ton baisse, vous devenez traitable, et nous nous accommoderons, je le vois bien. La passion que j’ai de vous servir est sans quartier6 ; premièrement cela est dans mon sang, je ne saurais me corriger.

Le Chevalier, mettant la main sur la garde de son épée. – Il me prend envie de te traiter comme tu le mérites.

Trivelin. – Fi ! ne gesticulez point de cette manière-là ; ce geste-là n’est point de votre compétence ; laissez là cette arme qui vous est étrangère : votre œil est plus redoutable que ce fer inutile qui vous pend au côté.

Le Chevalier. – Ah ! je suis trahie !

Marivaux, La Fausse Suivante, acte I, scène 5 (extrait), 1724.

1. Ajustons-nous : accordons-nous.

2. Mortification : humiliation, blessure d’orgueil.

3. Extravagant : fou.

4. Ne badinons point : ne plaisantons pas.

5. Opiniâtre : têtu.

6. Sans quartier : pleine et entière.

Les clés du sujet

Définir le texte

fra1_1900_00_12C_01

Construire le plan

034_PLAN