Marivaux, Les Fausses Confidences, acte II, scène 13

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re Générale | Thème(s) : Marivaux, Les Fausses Confidences - Théâtre et stratagème
Type : Sujet d'oral | Année : 2020 | Académie : Inédit

Sujet d’oral • Explication & entretien

Marivaux, Les Fausses Confidences, acte II, scène 13

20 minutes

20 points

1. Lisez le texte à voix haute.
Puis proposez-en une explication.

Document 

Araminte. – […] toute réflexion faite, je suis déterminée à épouser le Comte.

Dorante, d’un ton ému. – Déterminée, madame ?

Araminte. – Oui, tout à fait résolue. Le Comte croira que vous y avez contribué ; je le lui dirai même, et je vous garantis que vous resterez ici ; je vous le promets. (À part.) Il change de couleur.

Dorante. – Quelle différence pour moi, madame !

Araminte, d’un air délibéré. – Il n’y en aura aucune. Ne vous embarrassez pas, et écrivez le billet que je vais vous dicter ; il y a tout ce qu’il faut sur cette table.

Dorante. – Eh ! pour qui, madame ?

Araminte. – Pour le Comte, qui est sorti d’ici extrêmement inquiet, et que je vais surprendre bien agréablement par le petit mot que vous allez lui écrire en mon nom. (Dorante reste rêveur, et, par distraction, ne va point à la table.) Eh ! vous n’allez pas à la table ! À quoi rêvez-vous ?

Dorante, toujours distrait. – Oui, madame.

Araminte, à part, pendant qu’il se place. – Il ne sait ce qu’il fait ; voyons si cela continuera.

Dorante, à part, cherchant du papier. – Ah ! Dubois m’a trompé.

Araminte, poursuivant. – Êtes-vous prêt à écrire ?

Dorante. – Madame, je ne trouve point de papier.

Araminte, allant elle-même. – Vous n’en trouvez point ! En voilà devant vous.

Dorante. – Il est vrai.

Araminte. – Écrivez. « Hâtez-vous de venir, monsieur ; votre mariage est sûr… » Avez-vous écrit ?

Dorante. – Comment, madame ?

Araminte. – Vous ne m’écoutez donc pas ? « Votre mariage est sûr ; madame veut que je vous l’écrive, et vous attend pour vous le dire. » (À part.) Il souffre, mais il ne dit mot ; est-ce qu’il ne parlera pas ? « N’attribuez point cette résolution à la crainte que madame pourrait avoir des suites d’un procès douteux. »

Dorante. – Je vous ai assuré que vous le gagneriez, madame. Douteux ! il ne l’est point.

Araminte. – N’importe, achevez. « Non, monsieur, je suis chargé de sa part de vous assurer que la seule justice qu’elle rend à votre mérite la détermine. »

Dorante, à part. – Ciel ! Je suis perdu. (Haut.) Mais, madame, vous n’aviez aucune inclination pour lui.

Araminte. – Achevez, vous dis-je. « …qu’elle rend à votre mérite la détermine. » Je crois que la main vous tremble ; vous paraissez changé. Qu’est-ce que cela signifie ? Vous trouvez-vous mal ?

Dorante. – Je ne me trouve pas bien, madame.

Araminte. – Quoi ! si subitement ! cela est singulier. Pliez la lettre et mettez : « À Monsieur le comte Dorimont. » Vous direz à Dubois qu’il la lui porte. (À part.) Le cœur me bat ! Il n’y a pas encore là de quoi le convaincre.

Dorante, à part. – Ne serait-ce point aussi pour m’éprouver ? Dubois ne m’a averti de rien.

Marivaux, Les Fausses Confidences, acte II, scène 13, 1737.

2. question de grammaire. Analysez la construction de la phrase « Votre mariage est sûr ; madame veut que je vous l’écrive, et vous attend pour vous le dire. » (l. 29 à 31).

 

Conseils

1. Le texte

Faire une lecture expressive

Faites entendre les apartés, ils sont essentiels dans cette scène.

Veillez à faire sentir le désarroi de Dorante, et la feinte indifférence d’Araminte.

Situer le texte, en dégager l’enjeu

Situez la scène dans l’intrigue générale de la pièce.

Notez que Dorante est ici à son tour victime d’une « fausse confidence ».

Soyez attentif à la progression de la scène : Dorante s’enfonce dans le désespoir, tandis qu’Araminte multiplie les tentatives pour qu’il avoue ses sentiments.

2. La question de grammaire

Identifiez les 4 verbes conjugués. : ils vous permettent de délimiter les 4 propositions qui composent la phrase.

Repérez une proposition subordonnée.

Pour lire la suite :