Méiose et diversité des gamètes

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Type : Restitution des connaissances | Année : 2014 | Académie : Nouvelle-Calédonie
Corpus Corpus 1
Méiose et diversité des gamètes

Génétique et évolution

svtT_1411_11_03C

Ens. spécifique

6

Nouvelle-Calédonie • Novembre 2014

restitution des connaissances • 8 points

> Expliquez, en vous limitant au cas d’un individu hétérozygote pour trois gènes, comment la méiose permet la diversité génétique des gamètes.

Vous illustrerez votre raisonnement par des schémas successifs*, en partant d’une cellule possédant deux paires de chromosomes.

&ndash La première paire porte le gène A (allèles A et a) et le gène B (allèles B et b).

&ndash La seconde paire porte le gène D (allèles D et d).

Votre exposé comportera une introduction, un développement structuré et une conclusion.

* Il n’est pas attendu que toutes les étapes de la méiose soient schématisées.

Les clés du sujet

Comprendre le sujet

  • Ce sujet classique, limité à la formation des gamètes, est à ne pas confondre avec des sujets proches portant sur le brassage au cours de la reproduction sexuée impliquant méiose et fécondation. Ici, seuls les brassages intra- et interchromosomiques au cours de la méiose sont à aborder.
  • Le sujet demande de raisonner avec trois gènes portés par deux paires de chromosomes, ce qui implique que deux d’entre eux sont liés, portés par le même chromosome, le troisième étant situé sur l’autre paire. Cela est nécessaire pour traiter des brassages intra- et interchromosomiques.
  • Il est important d’insister sur le fait que chaque méiose est unique et que tous les types de gamètes ne peuvent résulter d’une seule méiose.
  • Pour arriver à établir la diversité totale des gamètes produits par l’individu (en ne considérant que les trois gènes), il suffit de considérer 2 méioses au cours desquelles il y a eu un brassage intrachromosomique suivi d’un brassage interchromosomique différent pour les deux méioses.

Mobiliser ses connaissances

  • Méiose et fécondation participent à la stabilité de l’espèce.
  • La méiose assure le passage de la phase diploïde à la phase haploïde. Elle suit une phase de réplication de l’ADN et se compose de deux divisions successives, la deuxième n’étant pas précédée d’une duplication de l’ADN. Ces deux divisions conduisent, à partir d’une cellule mère diploïde (2n chromosomes), à quatre cellules filles haploïdes, les gamètes (n chromosomes).
  • Méiose et fécondation sont à l’origine du brassage génétique.
  • Lors de la méiose se produisent les brassages intra- puis interchromosomique :
  • le brassage intrachromosomique, ou recombinaison par crossing-over, a lieu entre chromosomes homologues appariés lors de la prophase de la première division de méiose 
  • le brassage interchromosomique est dû à la migration indépendante des chromosomes homologues de chaque paire lors de l’anaphase de la première division. Il concerne donc des chromosomes remaniés par le brassage intrachromosomique qui l’a précédé.