Ménopause et PMA

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : Féminin-masculin : synthèse
Type : Partie 3 | Année : 2015 | Académie : Pondichéry
Corpus Corpus 1
Ménopause et PMA

Féminin/masculin

sci1_1504_12_00C

SVT

32

Pondichéry • Avril 2015

Féminin/masculin • 6 points

 DOCUMENT 1 Concentrations sanguines en hormones chez la femme avant et après la ménopause

La ménopause survient, en moyenne autour de 50 ans, après une durée de 12 mois consécutifs sans règles. Elle traduit l’épuisement du stock d’ovocytes et l’arrêt du fonctionnement des ovaires.


D’après Fauci et al., Harrison’s Principles of Internal Medicine

 DOCUMENT 2 Grossesses tardives et PMA

Parmi les mères les plus âgées au monde, citons le cas d’une Espagnole qui, en 2006, donna naissance à deux fils jumeaux à 66 ans et 358 jours, ou encore celui d’une Roumaine qui, en 2005, eut une fille à 66 ans et 238 jours.

D’après Wikipedia

En France, la procréation médicalement assistée (PMA) ou assistance médicale à la procréation (AMP) est encadrée par la loi n° 2004-800 du 6 août 2004 relative à la bioéthique. […] Même si aucune limite d’âge n’est clairement formulée, la prise en charge par l’assurance maladie est fixée au 43e anniversaire de la receveuse. « Il est possible de continuer après jusqu’à l’âge physiologique de la grossesse, environ 48 ans, si vous payez », expliquait René Frydman dans un entretien au Monde le 18 février 2012.

D’après www.lemonde.fr, 07/11/2012

 DOCUMENT 3 Des techniques de PMA

Insémination artificielle


Technique consistant à déposer le sperme, à l’aide d’un cathéter, directement dans la cavité utérine.


Stimulation ovarienne


Traitement médicamenteux (par injections ou comprimés) à base d’hormones permettant de stimuler la maturation d’un ou plusieurs follicules par chacun des ovaires.


FIVETE


Fécondation in vitro avec transfert d’embryon dans l’utérus après récupération des ovocytes et des spermatozoïdes. En cas de nécessité, cette solution permet le recours à un don d’ovocytes, de sperme ou bien d’embryon.

>1. D’après vos connaissances, expliquez les variations hormonales observées à la ménopause.

>2. Ailleurs qu’en France, des femmes âgées et ménopausées ont pu donner naissance à des enfants.

a) Expliquez l’obligation d’avoir recours à la PMA chez les femmes âgées, ménopausées, qui désirent avoir des enfants, en choisissant, parmi celles proposées dans le document 3, la technique la plus adaptée à cette situation.

b) Discutez de l’éventualité d’une grossesse par PMA aussi tardive en France.

Les clés du sujet

Interpréter les questions

  • Les deux questions sont des questions à rédiger, et non des QCM comme c’est souvent le cas sur ce type de sujet.
  • La question 1 porte sur la compréhension du document 1 en rapport avec vos connaissances.
  • La question 2 nécessite une lecture attentive des documents 2 et 3.

Comprendre les documents

  • Le document 1 est un graphe donnant les concentrations des hormones ovariennes (progestérone et œstradiol) et hypophysaires (LH et FSH) avant et après ménopause.
  • Le document 2 est un texte concernant la législation à propos de la PMA et de l’âge légal en France, en comparaison avec d’autres pays d’Europe.
  • Le document 3 rappelle les procédures de trois techniques classiques de PMA.

Organiser les réponses

  • Pour la première question, commencez par décrire rapidement le graphe du document 1, puis évoquez l’arrêt du fonctionnement ovarien et du rétrocontrôle des hormones ovariennes sur le complexe hypothalamo-hypophysaire observé à la ménopause.
  • Dans la question 2a, vous devez trouver dans le document 3 la technique de PMA la plus adaptée en théorie pour une femme ménopausée ; il convient de vous aider des réponses trouvées à la question 1. Puis, dans la partie 2b, vous devez utiliser le document 2.
Corrigé
Corrigé

>1. On observe sur le graphe du document 1 qu’à la ménopause :

  • les concentrations d’hormones ovariennes, progestérone et œstradiol, chutent fortement (de 80 et 120 pg/mL à environ 30 pg/mL) ;
  • les concentrations d’hormones hypophysaires, LH et FSH, augmentent fortement (de 10 environ à 70 et 50 UI/L).

On sait que la ménopause s’accompagne d’un arrêt de fonctionnement des cycles ovarien et utérin (arrêt de l’ovulation et des règles). Ceci explique la chute des concentrations d’hormones ovariennes.

On sait qu’habituellement la combinaison de progestérone et d’œstradiol exerce un rétrocontrôle négatif sur le complexe hypothalamo-hypophysaire (cette combinaison freine la sécrétion de GnRH par l’hypothalamus et de FSH et LH par l’hypophyse). La levée de ce rétrocontrôle négatif, due à la chute des concentrations d’hormones ovariennes, explique la hausse des concentrations de FSH et LH.

>2.a) On se propose de trouver, à l’aide du document 3, la technique de PMA la plus adaptée aux femmes ménopausées désirant avoir des enfants.

Les femmes ménopausées n’ovulent plus alors même que les taux d’hormones hypophysaires déclenchant habituellement l’ovulation (FSH et LH) sont élevés : donc la maturation des follicules ovariens ne peut plus avoir lieu ; il serait alors totalement inutile d’effectuer une stimulation ovarienne (qui se fait à base de dérivés de FSH et LH).

L’insémination artificielle est encore plus absurde, précisément puisqu’il n’y a pas d’ovule à féconder chez ces femmes.

En revanche, il est en théorie possible d’effectuer une fécondationin vitro avec transfert d’embryon en ayant recours à un don d’ovocytes. On s’affranchirait ainsi de l’absence de possibilité d’ovuler.

b) Le document 2 nous indique qu’en France, la PMA « est possible jusqu’à l’âge physiologique de la grossesse, environ 48 ans », mais qu’il faut alors payer (le remboursement n’étant possible que jusqu’à 43 ans).

Ainsi, une femme ménopausée n’a pas le droit d’avoir recours à la PMA en France : l’âge physiologique de la grossesse est alors dépassé.

Il est toutefois possible d’effectuer ce type de démarche dans d’autres pays d’Europe, comme l’Espagne ou la Roumanie, où les législations autour de la bioéthique sont beaucoup plus permissives… Est-ce une bonne chose ?