Mill, De la liberté

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : La liberté
Type : Explication de texte | Année : 2016 | Académie : Moyen-Orient

38

phiT_1605_09_00C

Liban • Mai 2016

explication de texte • Série S

Mill

Expliquer le texte suivant :

Tout ce qui donne sa valeur à notre existence repose sur les restrictions posées aux actions d’autrui. Il est donc nécessaire d’imposer certaines règles de conduite, par la loi d’abord ; puis, pour les nombreuses questions qui ne sont pas de son ressort, par l’opinion. Ce que doivent être ces règles est le problème majeur des sociétés humaines. C’est un problème qui n’a pas encore trouvé de solution véritable. Il n’y a pas deux époques, voire deux pays, qui l’aient tranché de la même façon ; et la solution adoptée par une époque ou un pays donné a toujours été une source d’étonnement pour les autres. Pourtant, l’humanité n’a jamais accordé à ce problème qu’une attention limitée, comme s’il y avait toujours eu consensus sur la question. Les règles qui ont cours dans les différents pays sont si évidentes pour leurs habitants qu’elles semblent naturelles. Cette illusion universelle est un exemple de l’influence magique de l’habitude qui (…), non seulement devient une seconde nature, mais se confond constamment avec la première. La coutume, qui neutralise toute critique éventuelle des règles de conduite que l’humanité s’impose à elle-même, est une arme d’autant plus efficace que nul n’éprouve généralement le besoin de la remettre en question, que ce soit collectivement ou individuellement.

John Stuart Mill, De la liberté, 1859.

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

Les clés du sujet

Dégager la problématique du texte

Les êtres humains, pour rester libres (ce qui fait la valeur de leur existence), doivent suivre certaines règles afin de ne pas attenter à la liberté les uns des autres.

Définir ces règles devrait être leur problème principal, or ils ne s’en soucient guère, car ces règles leurs sont imposées comme si elles étaient naturelles. L’habitude de les suivre annihile tout esprit critique.

Dès lors, ce qui devrait être un vecteur de liberté peut masquer une tyrannie des lois ou de l’opinion. En pionnier du libéralisme, Mill condamne toute tentative qui exclut ou limite la liberté du champ politique.

Repérer la structure du texte et les procédés d’argumentation

Mill commence par poser le problème : il faut des règles pour préserver ce qui fait la valeur de notre existence, notre liberté. Mais comment définir ces règles ?

Il fait dans un second temps le constat que nul ne s’en soucie, car chaque société crée ses propres règles, qui semblent naturelles à chacun.

Il conclut par une sorte de mise en garde : la coutume pourrait bien masquer une tyrannie des comportements.

Éviter les erreurs

Si l’on ne comprend pas que la liberté (qui n’est citée que dans le titre) est au cœur du texte, on manque tous les enjeux. Il s’agit de concilier l’exigence de règles pour préserver sa liberté avec le fait que ces règles s’opposent à la liberté.

Partant de la question de la valeur de notre existence, Mill engage une critique virulente du conformisme de nos sociétés.